m

Comments 3 comments

  1. 03/10/2014 at 13:37 Leo

    Les professionnels du logement et de l’urbanisme sont très concernés par ce sujet. Nous participerons !

  2. 06/10/2014 at 15:36 François D

    un sujet encore trop peu connu du public pour lequel existent déjà des chaires universitaires en économie et à sciences politiques. Un vrai défi en effet et surtout si personne n’anticipe, une guerre des générations à venir

  3. 06/10/2014 at 20:46 Laurent

    Puisque à ce propos, la fiscalité est évoquée:
    À quand le courage politique de remettre à plat les tranches fiscales?
    Comment lutter sans faille, efficacement c’est à dire fermement sur la fraude fiscale et l’évasion fiscale? Je pense à toutes ces niches fiscales que les concernés peuvent s’offrir grâce à la rémunération (facile pour eux) d’un avocat fiscaliste. Je pense à l’injustice (liberté sans égalité ni fraternité?) qui fait que des plus riches paient EN PROPORTION (et quelle proportion!) moins d’impôts directs que d’autres un peu moins riches et ainsi de suite jusqu’à un certain point. Alors qu’il suffirait d’une loi et de la diffusion d’une information plus large et explicite sur ces questions. On nous parle de justice sociale; où est-elle dans ce cas là? J’ai appris que les 1% les plus riches fiscalement couvrent 30% (voire 50 sauf erreur) des impôts faisant le budget annuel de l’état: si l’on compte le court-circuitage de milliards d’euros échappant au fisc français et à l’optimisation fiscale, ça en dit long sur tout cet argent qui ne tombe pas dans les caisses publiques de l’état. Dans ce pays n’y a t-il pas de réel moyen de convaincre une large majorité de ne plus tolérer un tel état de fait et de souffler financièrement tout en relançant une bonne dose de consommation incluant la TVA?
    Cette fiscalité a été délaissée depuis des décennies alors que les déficits publics n’ont cessé de se creuser. Pourquoi la BCE a prêté à taux zéro à des banques privées qui ensuite ont (c’est du vol) prêté à l’état français à taux de quelques %? Pourquoi la France n’a t-elle emprunté à taux zéro à la BCE? Est-ce trop tard pour le faire? Pourquoi la France, ses dirigeants ne réclament-ils pas ce taux zéro depuis le début alors que son déficit culmine? ça ferait pas de mal de se passer des intérêts des emprunts. Où est le débat contradictoire en lieu et place du journalisme des petites phrases et de l’anecdote relevant de la communication? ça me révulse et ça m’indigne surtout en ces circonstances économiques!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel