m

Ce jour (9 février) est consacré par France-Inter à la maladie mentale et à la psychiatrie. Signe d’intérêt et de prise de conscience de la souffrance psychique montante dans notre société. Pas une famille, ou du moins pas un cerle d’amis, où on ne rencontre l’un ou l’autre de ses modes d’expression.

Mon souhait est que l’on ne s’en tienne pas à s’interroger « comment soigner ? » « Quels moyens pour la psychiatrie? » mais aussi que l’on interroge les causes de ce mal être croissant et que l’on cherche à identifier celles sur lesquelles on peut agir.

Cette interrogation est/sera une vraie révolution. L’écologie environnementale a ouvert la voie, il faut aller au delà. La mal-bouffe cérébrale et psychique est au moins aussi dommageable que la mal bouffe de Mac’Do. Je m’inscris volontiers faucheuse volontaire des postes de télé dans les chambres des tout petits ou des machines à sous à disposition dès 9 heures du matin.

Bien sûr, le « désenchantement du monde », la perte des solidarités traditionnelles, l’affaiblissement du sens du collectif, sont plus difficiles à combattre encore que les intérets commerciaux cachés derrière les jeux stupides, l’impact accéléré des images de la télé … Avec la même honneteté qui nous fait nous demander « qu’est ce qui est mauvais pour la planète? », il faut que nous cherchions « qu’est ce qui est mauvais pour la société ? »Il faut que nous cherchions avec la même honneté « qu’est ce qui est mauvais pour la société » ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel