m

La France sort clairement, et je crois définitivement, de l’état de sarkolepsie (une variante politique de la narcolepsie) qui a suivi les élections présidentielles. Un an, c’est beaucoup, mais tout indique que c’est maintenant terminé. Je crois que, tout habile qu’ait été Sarkozy dans les premiers mois, ce n’est plus aujourd’hui « remontable ».

Un sondage publié aujourd’hui 20 avril par le Journal du Dimanche est de ce point de vue significatif. A la question « Estimez-vous qu’après un an, la politique de Nicolas Sarkozy ait amélioré la situation de la France ? », 79% répondent non, et 59% d’entre eux enfoncent le clou : « Non, pas du tout ».

Un moment stabilisée (la bonne apparence de Carla Bruni en Angleterre), la cote de popularité de NS, recommence à chuter : 36% (moins un point) , loin derrière celle de Fillon (52%) qui pourtant chute lui même de six points.

Les yeux des Français sont dessillés. Et pourtant leurs réactions sont fragmentées, hésitantes, mal ciblées.

Les incroyables mesures à l’encontre de la politique familiale (carte famille nombreuse, baisse des allocations) ont fait davantage réagir à droite qu’à gauche. Et encore avec cette prudence de bon ton des parents de familles nombreuses appartenant à la droite. Hervé de Charette a fait un communiqué, ma foi assez piquant, mais l’imagine-t-on défiler entre Bastille et République, avec ses enfants et les enfants de ses enfants, ceux de François Bayrou, et quelques autres ?

Comment réagir nous-mêmes à cette fragmentation, à cette absence de cohésion, du réveil politique des Français. Sachant cela très difficile, la bonne réaction serait non seulement de refuser ce qui est fait, mais de proposer. Proposer, demander, exiger, des mesures manifestant fortement une volonté d’équité sociale : l’abolition du bouclier fiscal et des autres composantes en direction des plus riches de la loi TEPA de juillet dernier, la taxation des stock options, la diminution d’un point de la TVA sur les denrées de première nécessité..

Des manifestations pour exiger positivement, ça aurait quand même une sacrée gueule et je suis sûre que nous rallierions largement au delà des limites des partis.

Chiche ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel