m

Un ami, dont je ne saurais trop dire s’il était radicalement optimiste ou fondamentalement pessimiste, m’a appris cette formule : « aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie ».

Eh bien, tout à l’heure, pour le baptème de la promotion 2007 de Santé Navale, tout le monde avait dans le fond de son coeur, ce souhait en forme de question « Pourvu que ce ne soit pas la dernière promo ! »

Les signes étaient bons : ciel d’azur, chants d’oiseaux au loin derrière les roulements de tambour et les prises de parole, défilé impeccable, agenouillement émouvant de la promo devant son drapeau, large affluence de public, et tous nos « grand élus », de gauche, de droite et de l’extrème milieu, réunis de manière consensuelle (j’allais dire : oecuménique) pour exprimer leur attachement à l’Ecole de Santé Navale de Bordeaux.

Notre Ecole.

De l’inquiétude de tous, il ne fut pas question dans les prises de parole ; en fond sonore, elle était présente partout, et entre maire et généraux, Présidents et médecins chefs ou grands chefs, on entendait que : « c’est pas gagné », « je suis pessimiste.. ».

Pas rose, quoi. Ce gouvernement sera-t-il assez bête de déchirer une Ecole de sa ville, alors même que Lyon, je ne dirais pas s’en moque, mais n’y attribue pas une importance notable, ne se mobilise pas, n’a pas avec son Ecole la même relation essentielle. Cent vingt ans de vie commune, ça ne laisse personne indifférent.

Autre élément : les « Lyonnais » se réjouiraient de venir à Bordeaux, les « Bordelais », élèves, gradés, personnel, vivraient comme un déchirement de partir à Lyon.

Alors, est-ce que le consensus politique, hospitalo-universitaire, économique, social, sociétal, qui anime Bordeaux finira par l’emporter ? Est-ce qu’un ministre, voire même plusieurs en l’occurence (Armées, Universités, Santé), eux-mêmes élus de villes dont ils connaissent les forces, les espoirs, les attentes, peut rester scotché à des décisions administratives, prises exclusivement au bas de colonnes de chiffres ?

Tout plaide en faveur du regroupement des deux Ecoles de Santé à Bordeaux et non à Lyon. Une fois encore, je demande aux amis de ce blog, aux amis de ces amis, à leur parents, cousins, vieilles tantes, petits enfants en âge de trifougner sur un ordinateur, de se précipiter sur le site sauvonssantenavale et de signer en ligne, comme nous avons été si nombreux à le faire de vivo cet après-midi , avant de rentrer dans l’Ecole pour le baptème de la promo.

(voir aussi le billet « Santé Navale », en date du 2/04, ainsi que ses commentaires)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel