m

J’ai eu envie de titrer ce billet « Trop, c’est trop ». Trop envahissante, excessive en effet la dérive commerciale du sport, qui atteint aujourd’hui « notre » rugby, longtemps épargné.

Coup de téléphone ce matin. « Ton hôpital loue des places de parking, un peu cher quand même… ». Il m’a fallu quelques explications pour comprendre.

« Mon » hôpital, en l’occurence, c’est l’hôpital Charles Perrens, dont je préside le conseil d’administration, fonction que j’aime particulièrement. Perrens est situé à proximité du stade Chaban Delmas et à l’occasion des grands événements sportifs, nous mettons à disposition les parkings de l’hôpital pour faciliter la vie des spectateurs d’un soir.

Dans cet esprit, a été établie une convention avec le comité d’organisation de la coupe du monde de rugby. Les 250 places de stationnement de l’hôpital ont été ainsi mises à disposition de l’organisation, à titre gracieux. Par courtoisie, nous ont été offertes pour le personnel hospitalier 7 (je dis bien sept) tickets d’entrée.

Nous apprenons ce matin que chaque place de parking est louée 20 euros pour la durée du match. Habilement, les organisateurs n’appellent pas cela une « location », mais une « participation aux frais de gestion ». Vingt euros multipliés par 250, voilà une gestion vraiment très coûteuse !

Ceci d’autant plus que les gardiens d’un soir des parkings sont des bénévoles, généreusement gratifiés d’un T shirt … Admettons qu’il y a peut-être en plus un gardien de nuit professionnel, cela n’explique aucunement les 5000 euros empochés pour chaque match.

Cela m’a tellement choquée que j’en ai fait part à la presse. J’ai trouvé une oreille attentive : certains avaient eu à payer cette somme, simplement pour éxercer leur mêtier de journaliste et garer le véhicule contenant leur matériel. J’ai appris au passage que la simple retransmission radiophonique des 4 matchs où le France est engagée avait coûté à « Sud radio » (radio dont la diffusion n’est pas mondiale) 30 000 euros.

Revenons à Perrens. Mon indignation a deux motifs. La confiance de l’équipe hospitalière a été abusée. Nulle part, dans la convention que nous avons signé, il n’est question de location payante des places que nous mettions gracieusement à disposition. Perrens est un hôpital public, et il joue pleinement sa fonction de propriété de l’Etat en facilitant la vie des citoyens (en l’occurence les spectateurs du match) quand l’occasion lui en est donnée. Si nous avions eu connaissance de cette location à titre onéreux, nous aurions mis le terrain à disposition des structures publiques (mairie, conseil général…)

Le deuxième motif est la dérive commerciale du sport. A ce niveau, une part de commerce peut être considérée comme normale, par exemple pour les droits de télévision (le rugby est alors un spectacle comme un show télévisé ou un film), mais elle doit être limitée et contrôlée. Ici, on en est à vendre les terrains de l’hôpital public, les petits marchands ambulants de saucisses et de bière sont évincés car ils ne peuvent pas payer suffisamment l’emplacement, et bien d’autres choses qui m’ont été apprises aujourd’hui.

Une compétition sportive doit être un moment de fête, convivial et populaire; pas une arnaque à gogos, dont on fait monter les prix grâce à un matraquage médiatique qui passe la raison.

A donner raison à Churchill : « Cigars, whisky, NO SPORTS » !

Comments 29 comments

  1. 12/09/2007 at 22:28 superpado

    Vous venez de poser un regard éclairant sur cette dérive.
    Le rugby que j’ai cotoyé de prés dans le sud ouest m’a appris une chose essentielle de son fonctionnement, l’esprit de solidarité.
    Cette solidarité s’exprime sur le terrain mais aussi autour.
    Le bénévolat en est encore le principal outil et c’est peut être ce qui, en ce moment charnière que connait ce sport, permet à des gens peu scrupuleux de venir se gaver.
    Le jour ou le rugby aura rejoint le football dans sa gestion financière, les stadiers refuseront d’être payé en tee schirt et les contrats seront moins opaques.
    Il connaitra d’autres dérives mais elles seront différentes.
    Ce que je trouves grave dans l’instant c’est que ce sport, toujours considéré comme un sport "d’amateurs" au sens noble du terme et attirant encore des gens heureux d’y participer est exploité par d’autres à des fins purement lucratives.
    C’est le pire moment ou les rapaces se faufilent au milieu de gens heureux pour en tirer profit.
    Je viens d’apprendre que notre sélectionneur vendait sur son site les maillots officiels de l’équipe de France (dédicacé par lui) beaucoup plus cher que le prix de la fédération de rugby.
    Il a été obligé de venir s’en expliquer devant la presse en annonçant que la différence serait versé "à des organisations caritatives", ouf, j’ai eu peur!
    Comme le disait trés bien Ségolène Royal à Melles
    "Le marché nous est aussi naturel que l’air que l’on respire ou que l’eau que l’on boit. Il s’agit là d’un jeu d’enfoncement de portes ouvertes. Mais l’eau peut être polluée et l’air vicié et c’est là que le débat politique trouve sa pertinence."
    Dommage que les Français aient choisis celui pour qui le marché reste naturel même lorsqu’il est pollué et vicié.

  2. 12/09/2007 at 22:28 superpado

    Vous venez de poser un regard éclairant sur cette dérive.
    Le rugby que j’ai cotoyé de prés dans le sud ouest m’a appris une chose essentielle de son fonctionnement, l’esprit de solidarité.
    Cette solidarité s’exprime sur le terrain mais aussi autour.
    Le bénévolat en est encore le principal outil et c’est peut être ce qui, en ce moment charnière que connait ce sport, permet à des gens peu scrupuleux de venir se gaver.
    Le jour ou le rugby aura rejoint le football dans sa gestion financière, les stadiers refuseront d’être payé en tee schirt et les contrats seront moins opaques.
    Il connaitra d’autres dérives mais elles seront différentes.
    Ce que je trouves grave dans l’instant c’est que ce sport, toujours considéré comme un sport "d’amateurs" au sens noble du terme et attirant encore des gens heureux d’y participer est exploité par d’autres à des fins purement lucratives.
    C’est le pire moment ou les rapaces se faufilent au milieu de gens heureux pour en tirer profit.
    Je viens d’apprendre que notre sélectionneur vendait sur son site les maillots officiels de l’équipe de France (dédicacé par lui) beaucoup plus cher que le prix de la fédération de rugby.
    Il a été obligé de venir s’en expliquer devant la presse en annonçant que la différence serait versé "à des organisations caritatives", ouf, j’ai eu peur!
    Comme le disait trés bien Ségolène Royal à Melles
    "Le marché nous est aussi naturel que l’air que l’on respire ou que l’eau que l’on boit. Il s’agit là d’un jeu d’enfoncement de portes ouvertes. Mais l’eau peut être polluée et l’air vicié et c’est là que le débat politique trouve sa pertinence."
    Dommage que les Français aient choisis celui pour qui le marché reste naturel même lorsqu’il est pollué et vicié.

  3. 12/09/2007 at 23:13 pticom

    L’autre matin, il y avait un excellent reportage à france info sur les contrats publicitaires de notre fututre ministre des sports bernard laporte: cela passe des piles duracell au jambon madrange, en tout 17 pubs différentes avec à la clef pour chaque contrat entre 50et 200000 euros !!
    le pauvre pierre de coubertin doit se retourner mais le sport business rime bien avec sarko et ses sbires !!

  4. 12/09/2007 at 23:13 pticom

    L’autre matin, il y avait un excellent reportage à france info sur les contrats publicitaires de notre fututre ministre des sports bernard laporte: cela passe des piles duracell au jambon madrange, en tout 17 pubs différentes avec à la clef pour chaque contrat entre 50et 200000 euros !!
    le pauvre pierre de coubertin doit se retourner mais le sport business rime bien avec sarko et ses sbires !!

  5. 13/09/2007 at 00:03 (elsa)

    (Michèle : merci.)

  6. 13/09/2007 at 01:32 Nicolas R

    Je pense que tout ceci devrait ête examiné par la police sous l’angle d’actes frauduleux.

  7. 13/09/2007 at 01:32 Nicolas R

    Je pense que tout ceci devrait ête examiné par la police sous l’angle d’actes frauduleux.

  8. 13/09/2007 at 07:44 douce-amère

    Sommes-nous en train d’assiter à la décadence de notre société. Allons-nous enfin pouvoir nous organiser pour ne plus assister mais agir afin que de nouvelles valeurs prennent le pas sur le fric-roi. Depuis ce que nous dénoncions en 68 "La société de consommation", quelles dérives nous ont menés à cette désolation ? Certains disent, il n’y a plus de philosophes, plus de grands penseurs. Faisons confiance à nous-même, devenons les "penseurs" pour ce monde à construire avant qu’il ne tombe en ruines.

  9. 13/09/2007 at 07:44 douce-amère

    Sommes-nous en train d’assiter à la décadence de notre société. Allons-nous enfin pouvoir nous organiser pour ne plus assister mais agir afin que de nouvelles valeurs prennent le pas sur le fric-roi. Depuis ce que nous dénoncions en 68 "La société de consommation", quelles dérives nous ont menés à cette désolation ? Certains disent, il n’y a plus de philosophes, plus de grands penseurs. Faisons confiance à nous-même, devenons les "penseurs" pour ce monde à construire avant qu’il ne tombe en ruines.

  10. 13/09/2007 at 07:50 michele

    Douce-amère, c’est au delà de l"argent roi"; Nicolas Sarkozy promeut l’image du Dieu argent qui est une étape de plus. Je suis puissant parce que je fréquente les riches, que je me conduis comme un riche, et que je le montre car je sais que j’en tirerai de la considération et de l’honneur..

  11. 13/09/2007 at 08:10 Explications

    La France et le comité d’organisation français ne sont pour rien dans ces pratiques commercialles. Elles sont établies par l’IRB et plus particulièrement par sa branche commerciale. L’organisation en France de cette MAGNIFIQUE épreuve était conditionnée à l’acceptation de ces contraintes commercialles anglo-saxone. Le comité français présidé par Bernard Lapasset (Pdt FFR) et Claude Atcher (ex international français) ont du batailler ferme pour réglementer le prix des places par exemple. On a ainsi des billets a seulement 10 € ce qui pour un évènement de cet ampleur est reconnaissez le logique. De plus de nombreuses écoles de rugby ont pu obtenir des places permettant ainsi à des enfants de réver dimanche dernier dans une ambiance extraordinaire à Chaban.

  12. 13/09/2007 at 08:10 Explications

    La France et le comité d’organisation français ne sont pour rien dans ces pratiques commercialles. Elles sont établies par l’IRB et plus particulièrement par sa branche commerciale. L’organisation en France de cette MAGNIFIQUE épreuve était conditionnée à l’acceptation de ces contraintes commercialles anglo-saxone. Le comité français présidé par Bernard Lapasset (Pdt FFR) et Claude Atcher (ex international français) ont du batailler ferme pour réglementer le prix des places par exemple. On a ainsi des billets a seulement 10 € ce qui pour un évènement de cet ampleur est reconnaissez le logique. De plus de nombreuses écoles de rugby ont pu obtenir des places permettant ainsi à des enfants de réver dimanche dernier dans une ambiance extraordinaire à Chaban.

  13. 13/09/2007 at 08:15 Sport et business

    Seriez vous dans un monde imaginaire ??? Bien sur que l’argent est roi dans le sport. Mais oubliez vous tout l’argent qui est reversé par le monde pro en direction des petits clubs ? La Coupe du Monde de foot 98 en France avait donné lieu à des dérives financières bien plus importantes mais demandez à un Pdt d’un petit club de foot si lui n’a pas été heureux de voir sa dotation en matériel pour son école de foot doublée ou triplée. Quand aux bénévoles de la Coupe du Monde de Rugby je doute qu’il partage votre sentiment. Que pour vous le sport doit rester amateur est une chose mais qu’ainsi à longueur de billets vous critiquiez sans cesse cette Coupe du Monde, les joueurs, l’entraineur, STOP !!!!

  14. 13/09/2007 at 08:15 Sport et business

    Seriez vous dans un monde imaginaire ??? Bien sur que l’argent est roi dans le sport. Mais oubliez vous tout l’argent qui est reversé par le monde pro en direction des petits clubs ? La Coupe du Monde de foot 98 en France avait donné lieu à des dérives financières bien plus importantes mais demandez à un Pdt d’un petit club de foot si lui n’a pas été heureux de voir sa dotation en matériel pour son école de foot doublée ou triplée. Quand aux bénévoles de la Coupe du Monde de Rugby je doute qu’il partage votre sentiment. Que pour vous le sport doit rester amateur est une chose mais qu’ainsi à longueur de billets vous critiquiez sans cesse cette Coupe du Monde, les joueurs, l’entraineur, STOP !!!!

  15. 13/09/2007 at 09:40 Nicolas R

    @ Sport et Business et Explications:
    Ne faites pas cet amalgame: bien sûr, il y a certaines retombées positives et il ne s’agit pas de condamner le sport professionnel tout court. Mais ce que relate Michèle Delaunay dans son billet est au delà du nécessaire et du supportable. Cela ne peut pas être excusé en se défaussant sur les "anglosaxons". Quel "anglosaxon" a été responsable de l’affaire des parkings?

  16. 13/09/2007 at 09:40 Nicolas R

    @ Sport et Business et Explications:
    Ne faites pas cet amalgame: bien sûr, il y a certaines retombées positives et il ne s’agit pas de condamner le sport professionnel tout court. Mais ce que relate Michèle Delaunay dans son billet est au delà du nécessaire et du supportable. Cela ne peut pas être excusé en se défaussant sur les "anglosaxons". Quel "anglosaxon" a été responsable de l’affaire des parkings?

  17. 13/09/2007 at 10:27 sport et business

    De l’emplacement de vendeurs ambulants à la problématique des parkings, des accès presse, ect etc … c’est l’IRB qui décide !!!

  18. 13/09/2007 at 10:27 sport et business

    De l’emplacement de vendeurs ambulants à la problématique des parkings, des accès presse, ect etc … c’est l’IRB qui décide !!!

  19. 13/09/2007 at 10:38 Ding Dong

    L’IRB décide peut-être, mais il aurait dû être clair dans ses conventions de partenariat.
    Dans ce cas, la confiance de l’Hôpital Charles Perrens a été abusée.
    Il me semble que cela mérite même une plainte pour abus de confiance.

  20. 13/09/2007 at 10:38 Ding Dong

    L’IRB décide peut-être, mais il aurait dû être clair dans ses conventions de partenariat.
    Dans ce cas, la confiance de l’Hôpital Charles Perrens a été abusée.
    Il me semble que cela mérite même une plainte pour abus de confiance.

  21. 13/09/2007 at 19:00 DEB

    Ce qu’il y a d’amusant, généralement, dans les commentaires de blogs, c’est l’angle que prennent les commentateurs. Peu ici, me semble-t-il, se sont indignés de cette "petite" mais bien réelle "escoquerie" commise. Et à plus d’un titre. Premièrement parce que ces parkings "font" partie de l’hôpital, et que, gratuits au titre de l’accueil hospitalier ils deviennent "autre chose", c’est-à-dire un produit commerçant, complètement détourné de son symbole (l’hôpital). Je ne sais pas si je me fais bien comprendre, mais je vois là une indécence fondamentale. Les gens qui ont imaginé faire payer un parking d’hôpital qui leur a été consenti à titre gratuit ne sont rien moins que méprisables.
    Merci Michèle pour cet exemple qui je crois très significatif de la saloperie marchande.

  22. 13/09/2007 at 19:00 DEB

    Ce qu’il y a d’amusant, généralement, dans les commentaires de blogs, c’est l’angle que prennent les commentateurs. Peu ici, me semble-t-il, se sont indignés de cette "petite" mais bien réelle "escoquerie" commise. Et à plus d’un titre. Premièrement parce que ces parkings "font" partie de l’hôpital, et que, gratuits au titre de l’accueil hospitalier ils deviennent "autre chose", c’est-à-dire un produit commerçant, complètement détourné de son symbole (l’hôpital). Je ne sais pas si je me fais bien comprendre, mais je vois là une indécence fondamentale. Les gens qui ont imaginé faire payer un parking d’hôpital qui leur a été consenti à titre gratuit ne sont rien moins que méprisables.
    Merci Michèle pour cet exemple qui je crois très significatif de la saloperie marchande.

  23. 13/09/2007 at 21:33 Lucas Clermont

    Hors sujet, mais ce billet de Maître Eolas pourrait t’intéresser parce que tu es sensible à la privation de dignité.
    http://www.maitre-eolas.fr/2007/...

    Il y décrit les conditions d’incarcération dans un mitard, le quartier disciplinaire d’une prison. L’homme, bel exemple de libéral cohérent, protège son anonymat, mais pourquoi ne pas essayer de le rencontrer sur Paris ? Son blogue est lu par plus de 10 000 personnes chaque jour, mais peut-être lui manque-t-il un relais à l’Assemblée nationale.

  24. 13/09/2007 at 23:23 Pas sportif pour un sou

    j’aime particulièrement la devise de Churchill que j’utilise souvent pour me rassurer moi meme sur ma longévité potentielle.

  25. 13/09/2007 at 23:23 Pas sportif pour un sou

    j’aime particulièrement la devise de Churchill que j’utilise souvent pour me rassurer moi meme sur ma longévité potentielle.

  26. 14/09/2007 at 01:20 James

    Un autre de Churchill bien adapté à la campagne électorale devant nous: "Blood, tears and sweat"
    (Du sang, des larmes, de la sueur)

  27. 14/09/2007 at 09:07 Kikitou

    @ James :

    Enfin, du sang !
    On va se régaler…

  28. 14/09/2007 at 13:11 Sylvain

    Mais oui, Deb, évidemment, cela a été compris : Si l’esprit de la convention est bien une volonté d’aide non commerciale dirigée vers le public, comment l’organisateur qui bénéficie gratuitement par convention d’un espace qui appartient à un hôpital ou à une université -donc ici en l’occurence à l’Etat- peut-il le mettre en location payante à son profit ? C’est un détournement choquant. Par ailleurs l’hopital aurait-il été en droit, même s’il l’avait voulu, d’autoriser qu’un profit financier se fasse par un tiers sur ses terrains ? Et il ne l’a pas voulu !

  29. 14/09/2007 at 13:11 Sylvain

    Mais oui, Deb, évidemment, cela a été compris : Si l’esprit de la convention est bien une volonté d’aide non commerciale dirigée vers le public, comment l’organisateur qui bénéficie gratuitement par convention d’un espace qui appartient à un hôpital ou à une université -donc ici en l’occurence à l’Etat- peut-il le mettre en location payante à son profit ? C’est un détournement choquant. Par ailleurs l’hopital aurait-il été en droit, même s’il l’avait voulu, d’autoriser qu’un profit financier se fasse par un tiers sur ses terrains ? Et il ne l’a pas voulu !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel