m

Le premier tour de l’élection présidentielle à Bordeaux apporte un souffle d’air sur la démocratie bordelaise.

– Par leur participation massive (85,48%), les Bordelais ont choisi de peser sur leur avenir. Balayé le temps où ils ne se déplaçaient guère, pensant que de toutes manières les jeux étaient fait (pax ex, aux munipales partielles de la rentrée dernière).

– Bordeaux et la deuxième circonscription ont placé Ségolène Royal en tête (respectivement 31,4% pour l’ensemble de la ville et 32,4% pour la circonscription*). Ce vote démontre une prise de distance des Bordelais vis à vis du pouvoir UMP qui agit à Bordeaux en propriétaire. On l’a vu par exemple à l’occasion de la convocation de l’électorat pour la municipale anticipée de la rentrée dernière ou, récemment, par une discrète mais claire candidature de Juppé au poste de Président de l’Assemblée Nationale… alors que le scrutin n’a pas même eu lieu.

– Par l’addition des votes Ségolène Royal et Bayrou, Bordeaux a exprimé son exigence d’une nouvelle pratique politique, équilibrée et ouverte.

Dans la ville de Montesquieu, le moment semble enfin proche de l’équilibre des pouvoirs, du dialogue et de l’alternance. Soixante ans, c’est un peu long… Bravo et merci aux Bordelais de ce souffle d’air, auquel nous répondrons en exprimant notre volonté d’une démocratie bordelaise apaisée et ouverte.

  • voir billet précédent

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel