m

Ce n’est plus de trois, mais de quatre mois chaque année que s’allonge notre vie ! Ce qui fait quand même un an de plus tous les trois ans. Pas mal !

Pas mal, d’autant plus qu’on pense qu’il y a encore de la marge ; pas mal surtout, parce que s’allonge en proportion notre durée de vie en bon état, allant, marchant, pensant, vivant pour de vrai.

Si j’osais, je dirais, pas mal non plus parce que c’est nous les filles qui faisons le mieux : 84,5 ans de durée moyenne de vie, contre 77,6 ans pour les garçons. Quand ces idiots de garçons cesseront de fumer et de boire plus que nous, de conduire comme des furieux, on pourra discuter… En réalité, même si les analystes de la santé pensent que ce sont les raisons principales, je ne crois pas que ce soient les seules. Nous, les filles, même quand nous sommes des vieilles, très vieilles filles, nous savons survivre. Je suis toujours surprise, malgré la certitude qui est la mienne en la matière, quand je vais dans des résidences pour personnes âgées, dans des maisons de retraite, ou dans un petit appartement isolé d’une très vieille dame, de tous les signes de discipline personnelle, d’attachement à la vie que je trouve autour d’elles.

La médaille est belle, et on ne doit pas l’oublier. On doit moins oublier encore qu’il nous faut rendre beau le revers de la médaille. La prise en charge du « 5ème risque », très malencontreusement appelé ainsi, car il s’agit de la 5ème chance. Celle du grand âge. Celle de l’âge où l’on a besoin des autres, besoin de la solidarité nationale, besoin que l’on vous rende, avec tact et délicatesse, ce que toute votre vie vous avez donné.

La médaille est belle, et il faut savoir la regarder pleinement en face. En 1945, quand a été obtenue la retraite à 65 ans, la durée moyenne de vie était de 62,5 ans. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il faut complètement changer de regard, qu’il faut opposer à une question nouvelle, une réponse nouvelle.

Je ne suis en la matière (je l’espère), ni obscurantiste, ni dogmatique. Tout doit être pris en compte : la pénibilité (beaucoup plus complexe qu’on ne croit), la remplaçabilité (possibilité dans un mêtier d’être remplacé si l’on est malade ou simplement souffrant), la qualité même du travail. Non, on ne peut pas être aide-soignante, se lever à 5 heures du matin pour éffectuer la première tranche de service de jour après avoir fait une heure de trajet, jusqu’à 65 ans.

Une des solutions est dans l’évolution des professions : une aide soignante d’hospitalisation, peut devenir assistante de consultation, avec des horaires fixes et allégés. Je donne l’exemple des aide-soignantes parce que je le connais bien, mais mille exemples sont possibles.

Ce qui est certain, c’est que nous ne pouvons plus raisonner avec de vieux schémas. La vie a changé plus encore que le monde. Et en l’occurence, c’est tant mieux !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel