m

Premier de l’an : cette date, toute arbitraire qu’elle soit, mérite un instant de réflexion. Des voeux, bien sûr, mais qui sont aujourd’hui d’abord des volontés. « Voeux » sonne comme « veux » , de « je veux » ou « tu veux ». Les parentés de son ne sont jamais un hasard : l’amour/la mort/la mer.. Tant d’autres, dont la poésie s’est nourrie.

L’année 2006 et sa suite d’interrogations et d’erreurs, achevée par la faute majeure de la pendaison de Saddam Hussein (accrue encore, je ne l’ai découvert qu’aujourd’hui, par le choix du jour de l’Aïd el Kébir où les Musulmans fêtent, entre autres, le pardon) laissent mal augurer de lendemains qui chantent spontanément.

Je ne connais en ce cas qu’un recours, et c’est beaucoup plus qu’un recours : vouloir.

Pour nous tous, cette année est décisive. Pour nous, militants du PS, sympathisants, hommes et femmes désireux de changer nettement la direction de notre entrée dans le XXIème siècle et de porter un nouveau modèle de société, elle est plus décisive encore.

Quatre rendez-vous électoraux nous attendent. Nous ne sommes plus au temps de Churchill « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts ». Nous vaincrons si nous sommes les plus forts.

Dans les deux premières campagnes, présidentielle et législative, qui entraineront les autres, je vous invite à mettre toutes vos forces. Que la première raison de voter socialiste, de proposer une alternance crédible, ce soit vous. Mettre toutes ses forces, c’est disait Garcia Marquez « faire au mieux ce pour quoi on est le moins mal fait » . Prenons chacun une responsabilité et menons-là à bien.

Il n’y a pas de concurrence entre les deux campagnes, comme je l’entends ici ou là. Ce qui sert l’une sert l’autre. Il faut cependant veiller à ce que l’électeur, qui a souvent d’autres soucis que la politique au sens électoral de ce terme, puisse bien identifier qui mènera la bataille législative et dans quels domaines principaux d’expertise.

Beaucoup le savent, je suis candidate aux élections législatives à Bordeaux en face d’Alain Juppé. Cette circonscription, emblématique de Bordeaux puisqu’elle est la seule qui ne soit que bordelaise et qu’elle couvre harmonieusement ses deux rives, appartient à la droite depuis 1945. L’enjeu est difficile, un peu plus même, mais le gagner changera radicalement l’avenir de Bordeaux et mettra fin à ce monolitisme/monothéisme qui risque à la longue de faire de notre ville une ville obédiente et légitimiste. Nous gagnerons si nous somme les plus libres et si nous portons ce besoin de respiration et d’alternance.

Disons-le : si six cent voix ne nous avaient pas manqué aux législatives partielles en face d’Hugues Martin, Alain Juppé n’aurait pu imposer cette démission collective de sa majorité et ce retour anticipé à la mairie qu’ont plébiscité.. 25% des bordelais. Faisons mieux.

J’en rebats les oreilles de mes coéquipiers : soyons forts, soyons unis, soyons libres ! Nous gagnerons.

Ce blog va entrer plus radicalement en campagne. D’ores et déjà, il a un petit frère siamois https://www.michele-delaunay.net/campagne/* où nous nous retrouverons pour échanger tous les renseignements pratiques sur la campagne et pour débattre. Deux forums vous sont ouverts, choisis après lecture de vos commentaires et de vos contributions : l’éducation et cette écologie centrée sur l’homme qui notre urgence.

J’ai émis le souhait que celui des quatre forums départementaux participatifs qui se tiendrait à Bordeaux, soit l’éducation, au sens le plus large : recherche, formation, enseignement, carte scolaire.

Très bonne et très forte année ensemble !

  • vous pouvez me joindre directement en tapant sur « contact » ou sur mon mail privé michele.delaunay2wanadoo.fr

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel