m

L’intervention hier de Nicolas Sarkozy, précédée d’habiles coup-de-mentonnades sécuritaires, n’a apporté aucune éclaircie véritable à ce double échec politique : notre pays se paupérise, et cette paupérisation est supportée en premier lieu par les plus pauvres.

Notre pays se paupérise : la politique de retour à la croissance, ce « choc de confiance » dont Christine Lagarde a entouré la promotion de loi TEPA (« travail, emploi, pouvoir d’achat »), est un échec complet. Six mois après l’ « avènement » de Nicolas Sarkozy, mais aussi après 66 mois de pouvoir de la majorité qui le porte et de lui même comme ministre, tous les indices, tous les paramètres économiques sont au rouge. Non, ce n’est pas une fatalité de notre Europe. Ce n’est le cas, ni en Allemagne, ni en Espagne, nos plus proches voisins.

Cette paupérisation est supportée en premier lieu par les plus pauvres : les plus riches ont reçu au contraire dès le mois de juillet le paiement de leur soutien et de leur concours dans la campagne passée comme dans la campagne permanente qu’est devenue notre vie politique. Pour exemple : un chèque d’une valeur moyenne de 50 000 euros aux propriétaires des plus gros patrimoines au titre du bouclier fiscal. Ce chèque n’a attendu ni l’année suivante, ni la fin de l’année, alors que la modestissime revalorisation des petites retraites a été reportée à 2008.

Quand il s’agit du pouvoir d’achat de l’immense majorité des Français, Nicolas Sarkozy dit : « Je ne suis pas le père noêl ». Avec un peu d’esprit polémique, j’ajoute : « en tout cas, je connais mes cheminées ».

Quelles mesures donc ont été annoncées hier ?

Deux bonnes mesures, issues du programme socialiste (voir billet précédent), concernant toutes deux le logement : l’indexation du prix des loyers sur le coût de la vie, et non sur celui de la construction ; la réduction à un mois du loyer « d’avance » et la mutualisation de la caution.

Une mesure inexistante, ou plutôt qui existait déjà : la « monétisation » (voilà un mot affreux, qui évoque la monnaie, et même la petite monnaie, plus que le salaire) des heures de RTT ou du crédit d’heures. Médecin hospitalier, je pouvais déjà en bénéficier : soit accumuler ce crédit d’heures en prévision de la retraite, soit le « monétiser ». Les réactions des syndicalistes me montrent que c’était déjà le cas dans de nombreuses branches.

Une mesure incroyablement choquante, presque méprisante : le travail du dimanche. « Que vous plaignez vous, vous qui gagnez peu, qui ne pouvez finir le mois, et qui devez rogner sur les petits plaisirs de la vie, quand ce n’est pas sur l’essentiel !!! Vous pouvez non seulement faire des heures supplémentaires (pour ceux qui ont un boulot et un boulot qui le permet… soit quelques petits pour cent de ceux qui ont un problème de pouvoir d’achat), mais vous pouvez travailler le dimanche ! » . Merci, Nicolas, de rendre possible que si j’ai un boulot idiot dans la grande distribution (car c’est principalement de cela qu’il s’agit), je puisse, en plus, renoncer à voir mon gamin jouer au foot le dimanche, ou aller en famille faire une balade en vélo, ou faire une visite archéologique avec les amis de la société savante qui me passionne. Oui, vraiment, merci, Nicolas !

Je vais vous dire ce qui me choque plus que tout : à chaque intervention de Nicolas comme des députés UMP à l’Assemblée, un seul mot d’ordre : tous nos malheurs viennent des trente cinq heures. Si la France plonge, ce sont les trente cinq heures; si on a été battus au rugby, ce sont les 35 heures… Mais s’ils le pensent, que n’ont-ils le courage de les abolir au lieu de les utiliser comme alibi permanent ?

Je dis cela d’autant plus à l’aise que, médecin hospitalier, je n’ai jamais été une fanatique des 35 heures. Mais je suis par contre une fanatique du courage en politique. Ou les 35 heures ont apporté du positif et on le dit, ou elles sont synonymes d’enfer et damnation, et on les supprime au lieu de les utiliser comme paravent!

Tout à l’heure, ce samedi après-midi, j’étais dans le hall de l’Opéra (que j’appelle toujours le Grand Théâtre) à une manifestation de sensibilisation au VIH-Sida. Une femme, entre cinquante et soixante, séro-positive, est venue me parler. Elle vit avec 300 euros par mois. Les franchises médicales qui s’ajoutent à ses soins pour tout ce qui ne touche pas directement sa séro-positivité ont fini de ruiner son budget.

Décidément, elle n’a pas bien écouté Nicolas : que ne travaille-t-elle pas le dimanche ?

Comments 16 comments

  1. 01/12/2007 at 22:26 Gérard ELOI

    Bonsoir Michèle,

    Ta démonstration est encore une fois époustouflante de clairvoyance et de combativité. Où trouves-tu cette formidable énergie ?

    Il y a aussi du poignant dans ton billet, mais nous vivons une bien triste époque.

    Le sarkozysme,ce que je dis depuis longtemps, c’est : "Prendre aux pauvres pour donner aux riches".
    Et si cette politique était dans la lignée des dérives mondiales dénoncées lors de la conférence à laquelle tu aurais participé aujourd’ hui à Tours, et qui annonce un bouquin pour le 24 janvier au-sujet de la corruption en politique ?

    Racontes nous, puisque tu racontes si bien…

    Amitiés

    GE

  2. 01/12/2007 at 22:29 arad

    Sarkisot et Parozy : le couple infernal, droite et patronat ; la loi Tepa de juillet a effectivement distribué les cadeaux dans les "bonnes cheminées" comme tu dis : bouclier fiscal pour les plus riches, droits de succession réduit pour les très très riches, déduction fiscale pour les accédants à la propriété.
    Et maintenant quand il n’y a plus d’argent dans la caisse : franchises médicales pour tout le monde, redevance télé pour les personnes agées à revenus modeste, l’essence augmente pour ceux qui sont obligé de prendre leur voiture pour "travailler plus".
    Salauds de pauvres, disait je ne sais plus qui.
    Quant au reve de tuer les 35h, c’est une basse revanche du patronat
    qui n’a jamais digéré ce dernier acquis social gagné grace à la gauche.

  3. 02/12/2007 at 12:39 F.R.

    Quel sectarisme ! Comment peut on redistribuer des richesses que personne ne s’est donné la peine de gagner ? Balayez devant votre porte avant de jouer les justes des beaux quartiers.

  4. 02/12/2007 at 13:31 F.R.

    Tiens, nous sommes deux F.R. !!! Je n’ai pas écrit ce qui est au-dessus.

  5. 02/12/2007 at 13:40 F.R.

    Toutefois d’accord avec travailler plus pour gagner plus : distribuons les richesses à ceux qui travaillent : moins de chômage, plus d’emploi, de la reconnaissance et/ou de la promotion pour tous ceux qui le méritent, que ce soit en ayant des horaires pénibles, un travail harassant et sans avenir, ou en assumant au contraire des responsabilités plus lourdes. Le paquet fiscal de cet été est une honte.

  6. 02/12/2007 at 15:17 NR

    Que le faux F.R. (ou celui qui est arrivé après l’autre) mette au moins un "2" derrière son pseudo. Faire le coucou et troubler les messages ne correspond pas à l’éthique des bloggueurs.

  7. 02/12/2007 at 15:43 Eric

    Bravo pour cette constatation : la droite fait des 35 heures la source de tous nos maux, mais ne les abolit pas. Cela en dit long sur la mentalité réelle de ce président : plus à l’aise dans l’invective que dans ses certitudes

  8. 02/12/2007 at 16:24 jfpessac

    Quelques réflexions à la suite des billets précédents:

    J’ai entendu Laurence PARISOT aujourd’hui sur Canal +.
    Il semble que pour elle il suffira d’ouvrir des négociations sur les salaires quels qu’en soient les résultats.

    Si la loi TEPA donnait les résultats escomptés en terme d’heures supplémentaires, le gouvernement aurait-il besoin d’en faire la publicité à la radio ?

    Nicolas SARKOZY n’a pas donné entière satisfaction au MEDEF puisque il n’a pas totalement supprimé les 35 heures. Je crains toutefois que pour contenter le MEDEF il annonce lors de la conférence avec les partenaires sociaux d’autres mesures moins réjouissantes:
    – le contrat de travail unique
    – la possibilité qu’un accord majoritaire d’entreprise puisse contredire le droit du travail même si cet accord est moins favorable aux salariés

  9. 02/12/2007 at 17:00 M.V.

    Je suis en complet accord avec ces commentaires très fournis, très argumentés, très justes sur une réalité implacable: l’IDEOLOGIE ultra-libérale et ses dérives qui ont pour effet dévastateur l’appauvrissement général.
    Je suis révoltée de cet état de fait. Mais je suis également révoltée par le matraquage des médias -tous confondus- qui depuis l’intervention de N.S. ne cessent de marteler son bien-fondé: le président a eu raison d’ être sincère et d’avouer que "l’Etat ne peut rien" (avec référence à Jospin), que le président ne peut rien (soyons heureux d’avoir élu un Président qui a le courage d’être sincère, quelle chance nous avons!); de plus on insiste et on nous répète que tous ses arguments sont bons que ses mesures feront notre bien. ON VA FINIR PAR Y CROIRE! Avez-vous vu? Avez-vous entendu? J’ai envie de casser mon poste!
    Alors il y a deux questions:
    Comment lutter politiquement contre Sarko et son système? surtout,
    Comment faire prendre conscience aux gens de la duperie et de la malhonnêteté dont ils sont l’objet? Ce n’est pas en décrivant la situation à longueur de blog que vous obtiendrez cette lucidité. Ce n’est pas en disant les choses que l’on convainc.
    Il faut trouver des stratégies de réveil de l’opinion publique pour qu’elle ne se RESIGNE PAS.(c’est peut-être commencé)
    Quel rôle peut jouer un blog? Il faut inventer un dispositif de campagne "ANTI-MEDIAS".

  10. 02/12/2007 at 17:31 superpado

    Je crois qu’avec un Président qui vit le nez collé aux sondages si nous arrivons à les faire baisser encore en diffusant autour de nous quelques documents qui informent (on en trouve même sur le figaro!), je vous promet qu’il n’osera pas tout.
    Ce type a un problème d’égo démesuré qui l’empêche de n’être qu’un idéologue.
    Je me suis aperçu de l’impact que pouvait avoir un article bien documenté, copié sur internet et imprimé.
    C’est ce que je fait depuis des mois auprés de mon cercle d’amis et de connaissance.
    J’évite de les innonder mais je sort des trucs à chaque moment important comme aprés cette interview sur le pouvoir d’achat ou pendant les grèves sur les régimes spéciaux.
    Je m’aperçois que mes "petits tracts" trainent régulièrement sur leur tables basses et qu’ils sont tous froissés ou tachés de confiture.
    Hé oui, c’est souvent au petit déjeuner qu’ils jettent un oeil sur ce que je leur imprime.
    Chaque fois je me dis, au boulot ils auront des infos que les autres n’auront pas, c’est bon pour leur égo et c’est bon pour notre cause.
    Comme quoi on peut aussi inventer notre dispositif anti-médias nous aussi et je vous promet qu’il est trés efficace.
    Si je voulais être en plus écolo je pourrais mettre ça sur une clef USB mais je n’ai pas encore les moyens et puis tout le monde n’a pas d’ordinateur.

  11. 02/12/2007 at 17:38 Gérard ELOI

    @ M.V.

    Manipulation honteuse des medias : je suis bien de ton avis !

    Pour lutter, faut d’abord comprendre. Et les livres d’ Yvan Stefanovitch (qui doit en sortir un nouveau le 24 janvier) apportent de très bons éléments de réponse. En résumé : il existe une dictature économique mondiale qui détient presque tous les pouvoirs !

    J’en ai conclu (depuis longtemps) que si Ségolène avait ainsi été sabotée et son adversaire continue d’être encensé, c’est simplement parce que Ségolène est honnête et voulait une "opération propreté", tandis que Sarkozy est proche de Bush et du pétrole texan. (N’oublions pas que nos RG, qui ont participé activement à la campagne de leur ministre de l’intérieur, sont une petite filiale de la CIA).

    Pour répondre à ta question : que pouvons-nous faire ? Quelle est la valeur d’un blog ?

    Nous pouvons :
    -sur nos blogs personnels, en rue, dans les files au magasin,…faire la promo de nos blogs et sites : Michèle, Najat Belkacem, Désirs d’avenir,
    Daniel Schneiderman,…Nous pouvons aussi mprimerles billets les plus marquants et les distribuer (en coopération avec nos sections PS si possible).
    -nous pouvons aussi poster sur les forums des différents medias, pour tenter de convaincre.
    -nous pouvons aussi, avec nos moyens, dénoncer les errements et mensonges de ceux qui gouvernent.

    Je reste optimiste : il est visible que le sarkozysme prend aux pauvres pour donner aux riches. Mais ce qu ‘il n’avait pas vu, c’est que beaucoup de ses 53 % d’électeurs vont se trouver rejetés du côté des pauvres, et, à moins d’être devenus des zombies, vont à ce moment-là la trouver saumâtre.
    Je continue d’espérer que ce désordre économique mondial est sur la pente descendante…

    Amitiés

    GE

  12. 04/12/2007 at 23:10 Nicolas D

    Le doute s’installe petit à petit. Certainement pas assez vite pour nous, car nous aimerions que le quinquennat de NS soit déjà terminé. Mais voilà, à moins d’une catastrophe, 53% des français ont voté NS.

    Le doute s’installe disais-je ? Oui, car je sens autour de moi, des frémissements dans les humeurs et dans les propos. Autour de moi, j’entends des murmures qui s’élèvent et que je voudrais les écrire à haute voix :
    – "Et si je m’étais trompé au second tour ? Il nous avait promis des réformes et j’avais cru comprendre que cela irait mieux pour ma famille, pour moi et pour mes proches. Je travaillerai certes plus, mais ma vie serait meilleure, je pourrai vivre moins péniblement !
    6 mois après, j’ai compris que des réformes avaient été décidées, d’ailleurs NS en a parlé l’autre soir à la TV en se tortillant sur son trône : les Universités (étudiants dans la rue), Services Spéciaux (grèves), carte judiciaire (grève), loi sur la récidive (surpopulation carcérale), immigration choisie (une honte). Très bien ! Mais mon pouvoir d’achat, ma fin de mois ? Comment, je n’ai pas bien compris ? Pourquoi est-ce si long ? Je mange tous les jours, je paie mon loyer, mon chauffage, mon électricité tous les mois, mes enfants vont à l’école, comment je fais ??? Pourtant, NS avait promis….

    Oui, chers camarades des millions de français ont été trompés et dupés par un mystificateur. Notre devoir de socialiste est aussi de tenter de les rassurer et c’est parce qu’ils ont été trompés que nous devons les aider !!! Cela prendra un peu de temps, de la persévérence et du courage. Nous ne manquons ni de l’un ni de l’autre.

    Michèle Delaunay s’inscrit complètement dans cette démarche et je l’applaudit, debout.

  13. 06/12/2007 at 22:04 lionel tisserand

    RIEN POUR LES PLUS PAUVRES TOUT POUR LES PLUS RICHES NOTRE PLANNING DES FETES DE FIN D’ANEE EST BOUCLE

    SARKOZY REPREND LES MESURES DE SEGOLENE SUR LES LOYERS

    Ségolène voulait supprimer les 2 mois de dépôts de garantie pour ne pas empêcher l’accès à la location des plus modestes : Sarkozy le fait! Elle voulait indexer la hausse des loyers non plus sur l’indice du coût de la construction mais sur l’indice des prix : Sarkozy le fait! Voyez qu’il a des bons côtés ce nabot là! Les seules deux bonnes mesures de l’actuel président sont issues du pacte présidentiel de Ségolène! A suivre!

  14. 06/12/2007 at 22:04 lionel tisserand

    RIEN POUR LES PLUS PAUVRES TOUT POUR LES PLUS RICHES NOTRE PLANNING DES FETES DE FIN D’ANEE EST BOUCLE

    SARKOZY REPREND LES MESURES DE SEGOLENE SUR LES LOYERS

    Ségolène voulait supprimer les 2 mois de dépôts de garantie pour ne pas empêcher l’accès à la location des plus modestes : Sarkozy le fait! Elle voulait indexer la hausse des loyers non plus sur l’indice du coût de la construction mais sur l’indice des prix : Sarkozy le fait! Voyez qu’il a des bons côtés ce nabot là! Les seules deux bonnes mesures de l’actuel président sont issues du pacte présidentiel de Ségolène! A suivre!

  15. 29/12/2007 at 03:24 nicolas Sarkozy

    "car c’est principalement de cela qu’il s’agit" … point de ddétail très important 😉 merci pour ce bilet ! continuer !

  16. 29/12/2007 at 03:24 nicolas Sarkozy

    "car c’est principalement de cela qu’il s’agit" … point de ddétail très important 😉 merci pour ce bilet ! continuer !

Répondre à jfpessac Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel