m

Il y une agriculture raisonnée, des constructions « haute qualité environnementale, mais qu’est-ce qu’un urbanisme raisonné ?

De manière un peu polémique, mais cependant juste, on peut répondre : le contraire de l’urbanisme à la bordelaise ; sans projet architectural, sans équipements suffisants, sans prise en compte de la qualité de vie des habitants et de leurs besoins.

La Bastide 1 (le bel empilement de caisses à savons disparates de la rive droite) en est l’exemple : le quartier est déjà engorgé par les problèmes de stationnement, aucun centre commercial ne se dessine, les équipements viendront…plus tard, la vie des personnes âgées y est d’ores et déjà difficile.

C’est tout le contraire dont nous avons débattu et que nous avons proposé, avec Etienne Parin et Emmanuelle Ajon lors du forum du 17 avril.

En un mot, l’urbanisme raisonné, ce sont des quartiers, des villes, des maisons où l’on a envie de vivre soi-même. Trop longtemps, architectes et urbanistes ont construit pour les autres, se gardant bien seulement d’imaginer qu’ils pourraient vivre eux-mêmes dans ce qu’ils proposaient. Avec le temps, Les besoins des quartiers ont changé : les problèmes de déplacement, l’allongement de la durée de vie, imposent de concevoir des quartiers où toutes les générations puissent vivre ensemble et aient à portée les équipements sociaux, administratifs, sportifs, commerciaux qui font qu’une ville est une ville, pas un dortoir.

Schématiquement :

Les équipements publics doivent précéder la densification de la population, et non pas venir après elle, où être à l’évidence sous dimensionnés par rapport aux besoins (ex : l’école Souza Mendès, la piscine du Grand Parc réduite à un bassin de 25m… La liste est longue)

– les constructions doivent tenir compte du nombre croissant de personnes à mobilité diminuée par l’âgepar le handicap, par ex en concevant des appartements, en rez -de-chaussée d’immeubles, comportant des facilités d’aménagement (largeur des portes, déplacements doux..)

– les quartiers doivent comporter un équipement phare, attractif pour la totalité de la ville, de manière à faciliter l’interpénétration des quartiers. Equipement sportif ici, équipement culturel là, qui deviendront emblématiques et identitaires du quartier nouveau.

– des parkings résidents suffisants sont indispensables, ainsi que des parkings individuels compris dans le prix du logement (à la Bastide, les appartements sont si onéreux que beaucoup de nouveaux propriétaires renoncent à l’achat de la place de parking qui est en sus).

– des espaces verts où les enfants puissent jouer, les sportifs faire un jogging, les rêveurs… rêver…

– Et surtout, et surtout, une véritable mixité sociale , avec un bon équilibre entre logement locatif conventionné dans ses diverses composantes (de social à très social), accession à la propriété, propriété .. Là est le secret. La ghettoisation est à l’origine de toutes les violences et les inconsciences.

Liste déjà longue et pourtant non close.. Quelle merveille que d’accompagner une ville dans son évolution ! Quelle merveille plus grande encore d’urbaniser un des plus beaux sites d’Europe, comme c’est le cas de la rive droite. Quel regret, pour tous les Bordelais qui aiment leur ville, d’en avoir fait ce mauvais brouillon qu’il sera pratiquement impossible d’effacer !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel