m

… Et la France Libre capitale du monde. Ces deux formules ne sont pas l’expression d’un cocorico tonitruant qui n’aurait pas lieu d’être. Ce sont des événements dramatiques, ayant une grande force symbolique, qui ont décidé de cette capitale. Ils auraient pu se passer à Londres ou dans toute autre capitale européenne engagée dans la lutte contre le djihadisme, mais c’est à Paris qu’ils ont eu lieu et à Paris que se sont retrouvés le 11 janvier  56 chefs d’Etats du monde libre.

Mais c’est Paris et c’est la France, et les Français à 77% favorables à l’Union Nationale, ont répondu massivement, spontanément à cette interpellation du destin ou du hasard, l’un et l’autre ont sans doute quelque part partie liée.

C’est Paris, ce sont toutes nos villes, qui sont un peu devenues, en quelques jours, capitales du monde libre « et qui entendent le rester ». La formule est du général de Gaulle. Ouvrant un grand discours, lors d’une visite en Normandie, il avait proclamé de sa voix inoubliable « Fécamp, port de pêche, et qui entend le rester« , démontrant sans le vouloir que toute grand parole a son double d’humour. Merci à lui. Les événements que nous venons de vivre, parce qu’ils ont touché en premier lieu un hebdomadaire satirique, ont suscité une réhabilitation de l’humour, lequel est non seulement « la politesse du désespoir », mais l’expression la plus policée de la liberté individuelle et, aujourd’hui, de la liberté collective.

Une pensée particulière aux juifs de France, touchés au coeur par la prise d’otages du 10 janvier, et à leur charismatique nouveau grand rabbin Haïm Korsia. Elle est motivée par cet événement mais pas seulement. Les juifs de France font consubstantiellement partie de la France. Ils font partie de notre histoire, de notre honneur et quelquefois, non par eux-mêmes mais par ce que nous avons toléré, de notre honte. Chaque shabat, ils font une prière pour la République française. Le République aujourd’hui, sans aucunement enfreindre la laïcité, est en communion particulière avec eux et leur exprime que la France, la République, sont notre maison commune. Chaque Bordelais l’a ressenti particulièrement ce 11 janvier, anniversaire de la rafle des juifs de Bordeaux, en 1944.

C’est dans la pénombre (j’ai eu envie d’écrire « la sombritude », plus fort et manquant à notre vocabulaire) du ciel, qu’il faut chercher la lumière. Il m’apparait qu’elle se situe dans ce désir et ce besoin d’être rassemblés que nous avons tous manifesté ce 11 janvier

Mon souhait, mon premier voeu, en ce tout début d’année, est qu’il perdure par-delà les semaines et les mois, et que des gestes viennent de toutes parts le concrétiser.

 

 

 

 

Comments 7 comments

  1. 12/01/2015 at 11:54 Juristique

    La manifestation nous démontre notre besoin d’un état de droit et notre refus d’une justice ordonnée par des préceptes religieux d’où qu’ils viennent.

  2. 12/01/2015 at 16:11 Louis

    Il ne faut pas confondre l’unité dans l’émotion et l’unité politique. Il va falloir mener des politiques drastiques pour que les évènements que nous avons vécus ne se reproduisent pas, et là les clivages restent profonds.

  3. 12/01/2015 at 19:53 Laurent

    Je présente à toutes et à tous mes voeux les meilleurs pour 215! Pourvu que de tels évènements cessent!!!!!
    Comme Klaus dans le commentaire d’un billet précédent, je crois que des pauvres types comme les 3 sont irrécupérables. Ces 3 s’étaient fait oublier et étaient passés légitimement en bas de la liste noire des renseignements tant le djihadisme syrien est grand…
    Un constat tristement implaccable et sans exception: les 3 étaient passés par la case prison! Et en effet, c’est en prison malgré le dispatchage qu’ils se radicalisent encore plus ou pour la première fois! Que faire alors? Pas facile…
    Mais pour faire taire ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez en incriminant l’immigration galopante, ce qui est faux: tous étaient NéS français suite à l’abandon par leur père et le fait de naître en France. Comme beaucoup. C’est ce que les anglais ont fini par admettre dans leur propre pays concernant de tels gusses.
    Enfin, je crois qu’il faut non seulement miser sur le renforcement des personnes surveillantes mais aussi en amont: N’est-ce pas Beaumarchais qui quelques années avant la Révolution française (il devait passer pour un véritable Charlie de l’époque) évrivait:  » Sans la liberté de blâmer, point d’éloges flatteurs »! Au secours l’école, l’esprit critique, la culture en l’occurrence française!!!!!
    Je voudrais revenir que le sens que Cabu donnait à sa caricature de Mahomet lorqu’il dénonçait l’INTéGRISME RELIGIEUX (il n’avait rien contre les croyants ordinaires) DE TOUTE OBéDIENCE (je pense aux conservateurs formolés contre le mariage pour tous, les complots anti-avortements, etc…) : En faisant dire par Mahomet caricaturé: « C’est dur d’être aimé par des cons » il dénonçait le sectarisme, l’intolérance poussée à son paroxysme, la barbarie des INTéGRISTES MUSULMANS (comme d’autres). Depuis Beaumarchais, le blasphème n’aurait eu lieu d’être un délit condamnable!!!!! Et pourtant qu’il paraît absurde le procès voulu par certains présidents d’association, ou chef du culte musulman en France au sujet des caricatures. Comme la République, la liberté est UNE et INDIVISIBLE. Tout ou partie d’elle même ne peut pas être négociée!!!

    • 17/01/2015 at 16:25 sylvie

      En Belgique lorsque des jeunes reviennent de Syrie, Yémen etc ceux ci peuvent être déchus de la nationalité belge.

  4. 13/01/2015 at 18:44 francis

    Je en suis pas d’accord avec Laurent : les caricatures de CH choquaient, bien au delà des intégristes, beaucoup de simples pratiquants, même si la plupart des personnes qui voyaient ces provocations préféraient détourner les yeux.
    j’aime bien la une du CH de demain,
    qui a comme un gout de miracle, ou de revanche :
    CH ne moque plus, il voit un Dieu miséricordieux !
    cf mon blog : https://bifaceb.unblog.fr/

  5. 15/01/2015 at 19:30 Laurent

    Ce qui me choque personnellement comme beaucoup qui reconnaissent l’état de DROITS français et la laïcité apaisante dans le but surtout de pacifier les obédiences religieuses entre elles plus que les non croyants avec les croyants!
    Comme le pape François, Francis vous seriez prêt à dire: « on a pas le droit de se moquer de la foi des autres » Et au nom de qui; de quoi, de quelle loi?). Pour moi, il faut dire: « on n’a pas le droit de tuer pour s’être moqué du pape, de mahomet, ou autre… »
    C’est toute la différence qui nous sépare. Dîtes-vous bien que tout athé qu’il était, Cabu n’avait rien contre les dix commandements sans ressentir le besoin d’entrer en religion, c’était une vérité qui allait, qui va de soi.
    Ce qui me dérange profondément, c’est d’entrer dans le champs de la justification, à un moindre degré de l’explication. Ces crimes contre la liberté d’expression (en France, il ne faudrait pas l’oublier si l’on veut une carte nationale d’identité pour autre chose qu’un logement social et j’en passe…) et antisémites SONT INJUSTIFIABLES! Inutile comme Mr Boubakeur d’entrer dans le pléonasme comme « ces crimes abominables »: et si l’encadrement des mosquées devenait une réalité dans un tel contexte (il n’y a pas de clergé musulman). Ensuite les dix commandements sont non seulement naturels pour les athés, mais il ne sont pas l’apanage du culte musulman (on entend souvent, « le coran ne prône pas de tels crimes »)!
    Ce que je crois aussi: il y a un problème avec l’intégration en France. Vous ne voyez jamais les Juifs se comporter ainsi (et Valls a raison en disant que la France sans les Juifs ne serait pas la France); pas plus les asiatiques qui comme les Juifs ont un autre sens de l’adaptation, du respect des valeurs de la République française.
    De la même façon, nombreux sont des jeunes et des plus vieux de banlieue dire: « et est-ce on dit quelque chose sur Israël avec les palestiniens »? Comme si la France et ses Droits, ses Devoirs, sa culture, sa République, son histoire était en Israël, en Palestine ou d’où sais-je? Que signifie être de nationalité française, de culture française pour ces personnes? Certes, l’école est un facteur de cohésion sociale et il y a de belles réussites mais il y a encore beaucoup de chemin à accomplir! Dans les banlieue, nombreux narguent l’Autorité avec un grand A à commencer par les policiers qui font ce qu’ils peuvent pour arrêter le trafic de cannabis ou autre. Je rebondis en terminant (la guerre antitabac étant menée par M.D.) à quand la vente du cannabis en pharmacie et sur ordonnance ne serait-ce que endiguer l’économie souterraine et la délinquance qui va avec à commencer par sa vente à l’abri des regards…

  6. 20/01/2015 at 15:30 francis

    à laurent
    je ne comprends pas très bien votre propos, qui me semble assez décousu,
    mais puisque vous m’interpellez, je réponds sur ce que j’ai saisi.

    oui, comme le Pape François , je serais prêt à dire: « se moquer de la foi des autres, de leur sacré, tenir des propos, des écrits offensants et blessants suscite la division, l’incompréhension, les tensions, et n’est pas souhaitable » seriez vous prêt à le dire aussi ?
    de la même manière que la liberté d’expression est limitée sur certains thèmes: le racisme, le sexisme, la shoah, la traite des noirs, pour éviter de créer de la haine.
    Pour moi, comme pour vous, comme pour nous tous, ou vraiment à quelques personnes près, bien sûr, « on n’a pas le droit de tuer pour s’être moqué du pape, de mahomet, de nelson mandela, de martin luther king, de gandhi, de l’empereur du japon, ou autres, … ». est-ce vraiment là le débat ?

    vous écrivez curieusement : « Ensuite les dix commandements sont non seulement naturels pour les athés, mais il ne sont pas l’apanage du culte musulman ».
    certainement, les dix commandements donnés par Dieu à Moïse sont avant tout juifs,
    et chrétiens. les connaissez vous ?

    en voici une version chrétienne. je ne suis pas certain que les dessinateurs de CH,
    que les athées en général s’y sentent vraiment à l’aise…

    Premier : Un seul Dieu tu aimeras et adoreras parfaitement.
    Deuxième : Son saint nom tu respecteras, fuyant blasphème et faux serment.
    Troisième commandement : Le jour du Seigneur garderas, en servant Dieu dévotement.
    Quatrième commandement : Tes père et mère honoreras, tes supérieurs pareillement.
    Cinquième commandement : Meurtre et scandale éviteras, haine et colère également.
    Sixième commandement : La pureté observeras, en tes actes soigneusement.
    Septième commandement : Le bien d’autrui tu ne prendras, ni retiendras injustement.
    Huitième commandement : La médisance banniras et le mensonge également.
    Neuvième commandement : En pensées, désirs veilleras à rester pur entièrement.
    Dixième commandement : Bien d’autrui ne convoiteras pour l’avoir malhonnêtement.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel