m

En mai 68, fleurirent des slogans merveilleux dont l’un fait aujourd’hui bon office, en le modifiant tant soit peu : « Mettre les villes à la campagne ».

C’est aujourd’hui « Mettre la campagne en ville » qui peut rendre nos cités vivables et leur permettre de conjuguer santé et agrément. Les efforts de « densification urbaine » des procureurs de l’écologie sacrifient bien souvent les espaces végétalisés à l’appétit des promoteurs. Exemple à Bordeaux dans le quartier hier bien nommé du « Grand Parc » où se concentrent les efforts de rattrapage du retard de la ville en logement social, au détriment de l’aération et de la belle disposition « sans vis-à-vis » du bâti.

Le projet de végétalisation urbaine que j’ai présenté à l’occasion des élections législatives à la fois dans mon bilan (pour les propositions déjà faites à Bordeaux) et dans mon programme  fait aujourd’hui des émules sur les médias sociaux : la canicule de la semaine qui vient de s’achever a rappelé brusquement les avantages de l’ombre. Qui dit « ombre » dit de préférence « arbre » à « mur » et la fraîcheur ne se trouve guère dans la minéralisation urbaine dont le Maire de Bordeaux n’a que trop abusé. La place Pey Berlan, minéralisée jusqu’aux bans publics est plus propre l’été à la cuisson des oeufs  qu’au bol d’air dont les citadins ont besoin…

La santé a aussi beaucoup à voir avec les espaces naturels et les scientifiques ont démontré que vivre à leur proximité était facteur de longévité et de santé. Outre l’ombre, arbres et arbustes oxygènent l’air, reposent la vue, amortissent les bruits, apaisent et rafraîchissent. Les arbres multi-décennaires invitent à la réflexion et à la rêverie. Le jardinage, pour tous ceux qui ont la chance d’un jardin ou même d’une terrasse, a été identifié* comme une activité décisive contre le vieillissement, à la fois par l’activité physique qu’il procure mais aussi parce qu’il est un investissement sur l’avenir, lequel protège du repli et du désarroi.

La nature est aussi une grande enseignante : elle élargit le vocabulaire, apprend le cycle des jours et des saisons, fait découvrir le jeu fugitif des couleurs et des odeurs. Pas d’artiste, qu’il soit peintre, musicien ou écrivain, qui n’ait trouvé en elle son fond de connaissances. Je plaide pour une ville qui soit non seulement verte mais botanique, où l’on indique le nom des plantes, des arbres le long des rues. On n’aime bien que ce qu’on sait nommer et le goût de la nature se développe en en apprenant le langage. Je préfère une « avenue des micocouliers » à une « place Stalingrad », tout en rendant hommage au poids de souffrances que porte le nom de cette ville.

Agriculture et jardinage urbains, récupération des eaux pluviales, compostage public, végétalisation des voies et des rues, murs de lierre accueillants aux oiseaux nicheurs, fontaines et bassins .. Et si la politique retrouvait la fraîcheur des slogans d’il y a 50 ans ?

*par les travaux de l’@ispid_bordeaux et l’équipe du Pr Dartigues

Comments 1 commentaire

  1. 25/06/2017 at 14:54 Marie-Noëlle Véran

    Toutes les villes doivent sérieusement penser à revégétaliser rues et bâtiments. A Montpellier, plusieurs petites rues ont vu sortir de terre des plantes grimpantes entretenues par les habitants. Cela leur donne un air accueillant très sympathique. Les villes devraient proposer activement des solutions en ce sens et aider les particuliers à végétaliser murs et toits.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel