m

Le dossier de la ligne d’autobus numéro 15 est exemplaire autant de l’importance de la mobilisation des citoyens que de la nécessité de l’action réelle des politiques. Je tiens au courant, presque au jour le jour, les habitants du deuxième canton mais aussi tous les Bordelais et les habitants du Bouscat, de l’évolution du dossier.

Pour mémoire : la suppression de la ligne 15 a été envisagée à la suite de la mise en service (lundi prochain) de la ligne de tram. Qui dit quoi, qui fait quoi ? C’est l’objet de cette rubrique « ligne 15 ».

Je reçois aujourd’hui le courrier officiel de Vincent Feltesse, Président de la CUB, en réponse à mon intervention documentée, détaillée, pour le maintien de la ligne 15. J’en cite ici les extraits essentiels :

 »Par courrier en date du 26 octobre, vous attirez mon atention sur la suppression de la ligne de bus 15 qui assure actuellement la liaison entre le quartier du Grand Parc et la place Gambetta (…)

Cette suppression qui devait devenir éffective mi-novembre (…) résultatit d’études (…) présentées lors de plusieurs réunions de concertation avec la ville de Bordeaux.

Le nouveau mode de transport que constitue le tramway a généré un essor considérable de la mobilité de nos concitoyens (…) Je conviens toutefois que ce constat ne peut être fait pour tous les usagers, notamment tous ceux qui connaissent une mobilité réduite.

En l’espèce, il semble que les conséquences de la suppression de la ligne 15 aient été imparfaitement appréhendées à la fois par le délégataire, les services communautaires et la ville de Bordeaux, malgré le nouveau parcours de la ligne 10, prévu pour désservir dorénavant le Grand Parc dans sa partie sud et que nous envisagions de compléter pour tenir compte des remarques des usagers.

Le changement tardif et soudain de la position de la ville de Bordeaux nous conduit aujourd’hui (…) à faire de nouvelles propositions tenant compte des grands principes mis en oeuvre dans le cadre de la restructuration du réseau de bus (…)

Diverses hypothèses ont été présentées à la ville de Bordeaux. Monsieur le Maire doit maintenant confirme les choix arbitrés par ses adjoints et collaborateurs.

S’agissant de choix qui n’impactent pas les autres communes de l’agglomération et sous réserve des principes que je viens de rappeler, c’est en effet de sa responsabillité.__

Naturellement, je vous tiendrai informée de sa décision.

(…) « 

Quelle est la matière de la lettre du Président Vincent Feltesse : – que la suppression a été décidée en accord avec la Municipalité – qu’à la fois, l’expression des besoins des usagers de la ligne 15 et mon intervention (ainsi que celle de Vincent Maurin) ont été entendues – que des nouvelles propositions sont faites au Maire de Bordeaux, décisionnaire final.

Au moment où j’écris, je reçois transmission d’un communiqué à la presse du Maire de Bordeaux, qui ne me parait pas sans saveur. Je le cite dans son intégralité :

« Grâce aux instances de concertation (conseils, ateliers) créées ces dernières années, Alain Juppé, maire de Bordeaux, suit de près les préoccupations des habitants des quartiers et apporte des solutions aux problèmes soulevés.

Après les doléances légitimes de Bordelais du Grand Parc sur l’isolement de certains d’entre eux en matière de transports en commun, le maire a saisi le président de la Communauté urbaine de Bordeaux pour l’alerter sur la desserte du quartier. Les élus bordelais de ce secteur ont également reçu les représentants de riverains, afin d’analyser la situation et relayer leurs différentes réclamations.

Ces actions conjuguées ont conduit la CUB, responsable du réseau de transports urbains, à maintenir la ligne de bus numéro 15, en complément de l’irrigation du quartier par la nouvelle extension de la ligne C du tramway.

Le maire se félicite de constater que sa demande a été entendue, dans l’intérêt du service public offert à chaque habitant. »

Le Maire de Bordeaux parait en effet se féliciter dans ce texte que ses observations aient été suivies d’effet, alors qu’il n’a fait que changer d’opinion, de manière tardive et soudaine, découvrant après dix ans de pouvoir municipal que les habitants du Grand Parc étaient aussi des électeurs.

Malgré l’austérité de rapports aussi détaillés de la situation, je tiendrai les habitants du deuxième canton au courant de chaque évolution du dossier. C’est aussi cela la nouvelle démocratie bordelaise.

Comments 8 comments

  1. 14/11/2007 at 22:12 Militant 3

    …et Juppé récupère comme un forcené! Il a eu tort et ne supporte pas – municipales obligent – que les élus d’opposition de gauche obtiennent de la cub ce qu’il n’a pas obtenu. Pôv’ grand homme d’état!

  2. 14/11/2007 at 22:23 www

    la politque ou l’art de la récup …

  3. 14/11/2007 at 22:59 Alba

    La réponse du maire est affligeante. Reconnaître que l’exercice normal de la démocratie, c’est à dire le concours de tous, ça ne devrait pas écorcher pas la bouche. Reconnaître que le travail des élus et l’intérêt des populations pour la "chose publique" ont apporté un éclairage pertinent, ça ne devrait pas vexer un maire.

    Les raideurs mises en évidence m’inspirent un commentaire prosaïque. Hier notre collègue du boulot nous a présenté sa merveilleuse acquisition: son vélo électrique. Elle vient de Lormont pour travailler au Grand Parc. Le matin, le trajet est agréable mais au retour, il faut pédaler dur pour remonter la côte des 4 Pavillons. Avec son nouveau vélo, c’est que du bonheur! Sur les surfaces planes, elle pédale en engrangeant de l’énergie dans le petit moteur qu’elle met en route pour négocier la grande côte avec un effort partagé.
    A méditer.

  4. 15/11/2007 at 10:51 JEAN-REMY

    Il pense à eux en période électorale , le problème c est qu ‘il les oublie vite . Nous avons une politique de la ville à la Nicolas .S . La France d ‘en bas est oublier ainsi que la classe moyenne

  5. 15/11/2007 at 14:37 Alain

    L’action de l’association "villages de ville" est tout autant balayée d’un revers de main par la mairie ! Or elle ne comprend aucun élu, n’a pas de couleur politique définie, qu’elle n’est donc pas en rivalité avec le maire lors des prochaines élections municipales.
    L’actuelle mairie de Bordeaux ne veut pas d’autre acteur qu’elle sur le terrain. Ou bien des petites mains à qui on donne un hochet, de type article de presse et photo, mais qui sont totalement inféodées, juste là pour être utilisées par la mairie. Notre maire fait tout et sans lui rien ne peut ni ne doit se faire. Très Sarkozyen. Comment a t’on vécu sans lui avant les municipales anticipées ?

  6. 15/11/2007 at 15:00 Nicolas

    Je me demande si AJ fait exprès! Il est tellement autiste dans sa tour d’ivoire qu’il ne voit rien sauf lui-même.

  7. 15/11/2007 at 17:18 usager de la ligne 15

    quelles sont les propositions de la CUB ? les aurons nous ce soir à la réunion publique ?

  8. 15/11/2007 at 21:55 NR

    @ usager de la ligne 15:
    il faut vraiment savoir une chose: ce n’est pas la cub qui décide comme bon lui semble. LA CUB NE FAIT RIEN CONTRE LA VOLONTE DES MAIRES DES COMMUNES QUI LA COMPOSENT; C’EST LES MAIRES QUI DOIVENT DONNER LEUR FEU VERT. En termes concrets: la décision de la cub sur la ligne 15 a été prise parce que Juppé le voulait. Aujourd’hui il tergiverse en comptant sur l’ignorance des citoyens qui pensent que c’est cette méchante cub.
    Mais son opportunisme électoraliste ne trompera pas les usagers du Grand Parc qui ont bien compris qui s’est investi pour le maintien du 15: "village de ville et Michèle Delaunay.
    Ceci étant la bataille n’est pas encore entièrement gagnée et nous ne pouvons qu’espérer que la réunion de ce soir a eu des bons résultats.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel