m

Je reviens de l’inauguration de l’expo de Michelle Coquet  » Le peuple des fontaines » à la bibliothèque de la Benauge (rue Alexander Fleming). Des visages, des corps, des regards qui nous parlent après des siècles. Des couleurs qui semblent manipulées par l’artiste mais qui sont seulement l’effet des acides et des pluies sur la pierre et le bronze.
Marguerite Yourcenar a titré un de ses livres « Le temps, ce grand sculpteur ». A ce grand sculpteur, il faut un regard d’artiste, qui saisisse en même temps l’éternité d’un geste, d’une attitude, d’un mouvement de lèvres et sa formidable modernité. Nous avons ri de trouver une réelle ressemblance entre un personnage du monument des Girondins (je ne dis pas lequel) et Dominique de Villepin ! Nous sommes restés saisis de la beauté de « La République » du même monument : elle devrait être exposée dans toutes les écoles, pour montrer ce qu’elle doit être, une force sereine, attentive et référentielle. Moment de bonheur. Ce n’est pas une formule : le bon-heur, c’est bien souvent d’abord une bonne-heure.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel