m

Pour la 3ème fois, j’accueille Laurent Fabius à Bordeaux. Les deux premières étaient toutes différentes : il s’était arrêté dans notre ville en soutien de mes campagnes électorales. Je le revois dans ma minuscule permanence de campagne cantonale, un peu à l’étroit eu égard à tous ceux qui étaient venu le saluer et le remercier de sa venue. La deuxième visite avait déjà plus d’envergure, dans ma permanence de campagne législative. Courte visite mais dont je lui avais su grand gré, car les candidats et les équipes étaient nombreux à souhaiter sa présence.

La 3ème se situe dans tout autre décor. Nouveau Ministre du Tourisme, entré dans son très large portefeuille des Affaires étrangères lors du dernier remaniement, « Laurent » était ce matin dans notre ville pour visiter, aux côtés de son quasi frère jumeau (devinez qui ?), le chantier de la cité des civilisations du vin, un bateau de croisière en escale dans le port de la Lune et enfin, signer à la Mairie le contrat « Bordeaux, première destination touristique 2015 ».

Une parenthèse à ce beau programme : Laurent suivait pendant tout ce temps l’avancée (ou plutôt l’absence avancée) du sort de M Atlaoui, condamné à mort par la justice indonésienne, pour soupçon de trafic de stupéfiant. M Atlaoui est ouvrier soudeur, dans tous les cas peu suspect d’être un « gros bonnet » de la drogue. Le problème majeur n’est pas là pourtant : la justice indonésienne n’a pas été sur le dossier exempte du soupçon d’appliquer une consigne dogmatique d’exemplarité et par ailleurs, la France rejette la peine de mort pour ses ressortissants où qu’ils soient et plaide pour l’abolition universelle de la peine de mort.

Laurent Fabius avait eu la veille (d’après ce que j’ai compris de ses dires aux médias) le condamné au téléphone pour l’assurer de la mise en oeuvre de tous les moyens diplomatiques de la France, y compris à titre humanitaire. Il était en contact permanent avec notre ambassade. Laurent a de multiples collaborateurs, mais dans cette circonstance comme dans tant d’autres, la responsabilité est sienne et, dans ce type de drame, elle n’est pas légère. Je tenais à écrire cela, pour lui faire l’hommage de la multiple charge que représente au jour le jour un Ministère de cette importance.

Je reviens à son séjour bordelais, O combien moins pesant. Un mot, intentionnellement souriant, de l’étape bateau de croisière qui bien sûr relevait du tourisme et de l’attrait de notre territoire, mais où j’aurais eu toute ma place dans mon ancienne fonction de Ministre des personnes âgées et de la Silver Economie.

La Silver Economie ne faisait aucunement partie de l’intitulé officiel de mon Ministère, non plus que du programme de la visite de Laurent. Avouons qu’elle présidait pour autant à cette étape : l’âge des croisiéristes mais surtout le décor intérieur du navire la rapprochaient davantage de cette noble ambition de faire de l’avancée en âge un atout, y compris économique, que des défis de la marine du XXIème siècle. De fait, une magnifique démonstration de la place et du rôle des âgés dans la société. Point n’est besoin cependant d’assimiler mes conscrits et au delà, à un décor de plantes artificielles, de canaris empaillés et de photographies de Luis Mariano..

Dernière étape dans l’enceinte de la Mairie. Discours d’Alain, discours de Laurent, le second rappelant que le dernier discours qu’ils avaient prononcé côte à côte datait de mai 2012, quand le premier avait remis les clefs du Quai d’Orsay entre ses mains.

Rien de désagréable dans ce souvenir que Laurent sut rendre gratifiant pour Alain en rajoutant : « je tiens cependant tout de suite à rassurer tous ceux qui nous entourent, rien de commun aujourd’hui dans ce beau lieu, nulle intention fâcheuse, que de nous réjouir ensemble du choix qui a été fait de Bordeaux, destination touristique d’excellence 2015 et féliciter Alain Juppé et son équipe d’y avoir largement contribué ».

La vie politique est faite de diversité. Divers aussi cet hommage en forme de 2ème clin d’oeil à ce Ministre unanimement respecté, dans comme au dehors de nos frontières. Ne boudons pas les raisons de nous faire du bien, non plus que de croire et d’espérer.

 

 

 

Comments 1 commentaire

  1. 25/04/2015 at 19:42 Alain

    On a souvenance que saint Laurent fut naguère l’ange-gardien d’Alain. Pour le reste, on soupçonne le Laurent en visite à Bordeaux d’être de quelques mois l’aîné du mystérieux jumeau évoqué ci-dessus qui, murmure-t-on, serait en vérité une jumelle. S’ils font la paire, il y a fort à parier qu’ils voient plus loin que leur compère d’un jour. Comprenne qui pourra.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel