m

Jardinage de Pâques, le plus prometteur, le plus doux (malgré les piqûres d’un froid vif que les interstices de soleil ne suffisent pas à réchauffer), le plus propice à réflexion. Planter, poter, rempoter, c’est en effet parier et promettre.

J’écris cette ligne (abrégée) sur twitter. Les commentaires, instantanés comme sortant d’armes automatiques, me font craindre plus encore que chaque jour, cette radicalisation, cette utilisation de la haine, du désarroi et de l’ennui, qui font monter en menace de guerre civile les habitudes de penser et de croire et fossoyent ces deux amis que sont l’esprit critique et le bon sens.

Ce quart d’année où nous entrons est le plus beau. Les jours déjà grands, grandissent encore. Il n’y a dans la nature qu’attentes et promesses à qui sait les voir même au coeur des villes. Dans le petit brouhaha médiatique qui entoure nos jours, seul le contraire est relayé. Personne ou presque n’appelle à la raison, à contrer ce déni des 3 verbes clefs de notre liberté : savoir, pouvoir, vouloir.

Un quatrième est « croire ». Je lui préfère, vouloir croire, proposer sa confiance, aller vers. Des mots ? Bien davantage des gestes. Et si petit soit-il, écrire en est un..

 

Comments 1 commentaire

  1. 31/03/2013 at 22:06 brigitte Beulaygue

    Madame,
    il est clair que la critique est souvent facile, trop facile, se mettre dans l’action est plus délicat… je suis parfois votre twitter ca fuse!
    La route est longue et notre « jardin » demande beaucoup de travail… il faut beaucoup de volonté pour labourer, travailler cette terre…
    Mais quel plaisir quand les résultats arrivent au fil des jours….
    joyeuses Pâques…. regardez bien il y pousse même de beaux oeufs!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel