m

Michèle Delaunay se félicite d’apprendre que l ‘Académie de médecine approuve, dans son rapport rendu public le 9 novembre, les mesures d’information et de prévention à destination des femmes enceintes et allaitantes introduites par son amendement en tant que rapporteur dans la proposition de loi visant à la suspension de la fabrication, de l’importation, de l’exportation et de la mise sur le marché de tout conditionnement à vocation alimentaire contenant du bisphénol A.

Elle comprend les inquiétudes exprimées par l’Académie sur la brièveté du délai imposé par cette proposition de loi pour la suspension de l’utilisation du BPA. La date du 1er janvier 2014 a cependant recueilli un large consensus au sein de l’Assemblée nationale et a également été approuvée par le gouvernement : les industriels travaillent en effet depuis plusieurs années à l’élaboration de substituts et l’instauration d’une date butoir devrait les inciter à accélérer leurs travaux, tout en laissant à la communauté scientifique le temps nécessaire pour tester l’innocuité des nouveaux produits qui seront proposés. Les industriels eux-mêmes s’étaient exprimés en faveur d’un délai de mise en application de trois ou quatre années. Leurs souhaits sont donc pratiquement satisfaits.

Ajoutons par ailleurs que c’est un amendement de dernière heure du Gouvernement qui a ramené ce délai au 1er janvier 2013 pour aliments ou ustensiles à destination infantile.

Cette initiative est d’ailleurs de peu d’effets en terme de santé publique puisque la grande majorité de l’exposition infantile vient de l’alimentation normale directement ou par l’intermédiaire du lait maternel.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel