m

Plusieurs billets* de ce blog portent ce titre. Hollande est aujourd’hui Président de la République, notre Président, et garder ce même titre n’est pas marque de familiarité, mais de constance, ce qui en politique est synonyme de confiance.

Je viens de réécouter les voeux de Président, « bashés » comme il se doit par la poignée de journalistes addicts du genre (qui critiquant le cadrage, qui d’autre le regard, qui encore tout le reste..) et j’y trouve ce que la première écoute m’a donnée. L’impression d’une force dans la tempête.

Déterminé,  à l’évidence au service de rien d’autre que de le République (cela fût-il toujours le cas en des temps antérieurs ?) ,  Hollande a parlé non selon ses communicants comme on l’a dit, mais selon sa conviction. C’est pour moi essentiel.

La première j’ai regretté qu’en ce jour où tant sont dans la solitude, il n’ait pas davantage (c’est à dire de manière plus immédiate, plus évidente) parlé au coeur de chacun. « La France, c’est chacun de vous, chaque jour, la France nous en sommes, les uns et les autres, à égalité, les artisans, les emblèmes, les porteurs, et chaque pas que nous faisons en avant, c’est en son nom que nous le faisons.. »

La première, j’ai regretté, je regrette bien souvent, qu’il n’ose plus user de son admirable sourire, naturel, amical, simple. Pas une fois dans ces voeux. Peut-être basheurs et critiqueurs de tout poils, communicants et experts, ont ils fini par en dessécher la spontanéité.

Un mot de gentil petit docteur. Hollande ne s’est autorisé aucune pause pour « reconstituer la force de travail ». Il revenait pour ces voeux d’Arabie séoudite, nous serons demain autour de lui pour un premier Conseil des Ministres de 2014. J’admire sa force de travail mais je la redoute aussi, la travail est en effet une force mais la tension dont il est entouré  la transforme en risque.

« L’amitié est présente, elle est même nécessaire. Mais ici, toute familiarité est exclue ». Ce sont quelques mots de ceux, admirables en tous points, que François Hollande, Président de quelques jours, avait prononcé en nous accueillant lors de notre premier Conseil.du printemps 2012.

Toute familiarité est exclue de ce billet. L’amitié demeure, plus que jamais dans la tourmente d’un pays tourmenté.

*parmi d’autres, 27 avril 2007, 17 oct 2011, 22 janv 2012..

Comments 4 comments

  1. 02/01/2014 at 22:47 Alain

    Je n’ai regardé les voeux du président qu’hier en fin de matinée (sans m’intéresser aux commentaires) et ils m’ont satisfait, même si j’attendais effectivement avec impatience le couplet aux plus démunis.

    Surprise ce midi en entendant un ou une journaliste de France Inter évoquer comme une évidence incontestable « les voeux ratés de François Hollande ». Ratés ? Diable ! Cela n’a aucun sens. Le président de la République est lui-même, tout simplement, incorrigible homme d’écoute et de synthèse, condamné donc à mécontenter sur l’instant tout le monde. Sur l’instant, oui, mais qu’importe l’instant quand on a le devoir d’inscrire son action dans la durée, tendu vers le résultat escompté ?

    Allez savoir pourquoi, les « voeux ratés » me font penser aux mayonnaises qui ne prennent pas. Laissons les commentateurs à leurs salades, la moutarde ne monte pas au nez de François Hollande. Reconnaissons que ce n’est pas là son moindre mérite. Je fais ici le pari que c’est avec ce quinquennat « raté » qu’il gagnera sa réélection. Les commentateurs ne manqueront pas de noter alors, non sans pertinence, qu’il a raté jusqu’à sa défaite.

  2. 02/01/2014 at 22:54 curieux

    Quelqu’un peut-il me dire quand va-t-il enfin se sortir les doigts du …

  3. 03/01/2014 at 11:51 alphonse

    Normal, surtout en ces temps incertains, pour des ministres, de faire prendre la mayonnaise des voeux du Président.

    J’ai préféré ceux de Pierre JOXE, hier matin, au petit-déjeuner, mais de FranceInter.
    On y consacrerait un quinquennat entier que ce serait à peine suffisant. Mais efficace.

    Mais Joxe n’est qu’ un retraité normal, lui.

  4. 03/01/2014 at 15:20 alphonse

    Pour commencer donc mon quinquennat imaginaire selon Pierre Joxe, – et au risque de troubler l’ordre public (je ne suis pas ministre d’Etat)! ?! – commencer par « améliorer » les Conseillers de l’Intérieur…

    Car quoi?! Si la Loi, ni la Justice, ne peuvent venir à bout d’exécrables…ne faut-il pas changer et la loi, et la justice..?! Par la voie parlementaire, même si elle n’est que de façade.
    Au lieu d’abaisser la fonction ministérielle à des altercations interpersonnelles de cour de récréation qui la ramène au niveau des « agitateurs ». Quitte à se déjuger, le lendemain, comme c’est le cas aujourd’hui, en constatant qu’ils n’ont même pas encore payé le premier penny des nombreuses amendes déjà infligées par les tribunaux pour leurs récidives!
    Et donc d’avoir mis en cause, se faisant et ce défaisant, l’institution suprême et de nature quasi divine de la Vème…

    A moins…qu’on ait bien appris des leçons encore toutes fraîches expliquant combien est intéressant le point de vue (et d’action) de l’Intérieur pour s’approcher, puis s’investir, de ladite nature divine…En se rasant le matin. Et dans ce plan, nombreuses sont le récidives depuis mai2012..!

    Car sous la « fermitude » de la mayonnaise qui aurait finalement pris entre la Justice et l’Intérieur, on voit aussi bien que le divorce, même réformé (et qui ne servira qu’à appauvrir les avocats, ce qui sera bien) finira par éclater au grand jour, entre « l’ordre juste » (enfin dévoilé, avec ses insondables capacités d’enfermement à tous âges) et les vues « libertaires »(!) de Madame Taubira…

Répondre à alphonse Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel