m

En cette veille de Conseil National du PS, dont nous attendons tout, y compris le contraire du meilleur, il m’apparait comme une urgence de vous parler de la situation difficile des lactariums.

Lactariums ? Kezako ? Et surtout quel rapport avec le PS ?

Eh bien justement : aucun. Mais alors, vraiment aucun, et je peux vous le dire, je le regrette.

Parce que les lactariums ce sont les lieux et les équipes où se traite et se conserve le lait maternel, si indispensable aux petits prématurés.

Lait maternel donné par les Mamans qui en ont en surplus, pour des extra-petits de moins de deux kilos qui, sans cela, risquent leur toute petite peau dans des complications digestives fatales.

Le don de lait maternel : en quelque sorte la quintescence du don à destination des plus faibles parmi les plus petits. Je vous le disais : rien à voir avec le Conseil National du Parti Socialiste, ce que nous ne pouvons que regretter.

J’ai l’intention de m’investir très fort sur la situation des lactariums. Le don de lait est tellement moins connu que le don de sang, d’organes, de cellules hématopoïtéiques que j’essaye en toutes occasions de soutenir, ne serait-ce que parce que j’ai été une grosse consommatrice des uns et des autres, il y a quelques mois encore.

Savez-vous que le litre de lait maternel est pris en charge (comptabilisé) au dessous de son prix de revient, et que les lactariums sont menacés de fermeture ? Je crains que vous soyez très nombreux à n’en rien savoir, mais les archi-petits loulous, qui naissent à 7 mois et quelques centaines de grammes, eux, ils le savent !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel