m

La déclaration des Droits de l’Homme, dont nous célébrons aujourd’hui le soixantième anniversaire, est universelle. Tellement universelle, qu’on en oublie qu’elle concerne aussi la France.

Illustration aujourd’hui avec la prise de parole (assez malencontreuse au demeurant) de Bernard Kouchner qui est à ma connaissance Ministre des affaires étrangères et européennes et n’imagine pas un instant que Rama Yade pourrait, à l’occasion, être utile à l’intérieur de nos frontières. Rama Yade elle-même « défend son bilan », parfaitement extra-hexagonal.

Et pourtant ! Quelle belle collection de violations pouvons-nous afficher aux frontons de la République, en violation des trois beaux mots qui y figurent. Amnesty International, le Conseil de l’Europe avec l’accablant rapport Hammarberg, n’ont pas manqué d’en faire état

Violations dans nos prisons, où les détenus ont bien souvent des conditions de vie indignes, ne serait-ce que du fait de la surpopulation. Un jeune homme de 24 ans vient de se pendre à la maison d’arrêt de Gradignan. Un détenu tous les trois jours meurt de la même manière dans nos prisons.

Faits de violence dans les centres de rétention administrative ; traque des demandeurs d’asile autour de Calais, avec hélicoptère, projecteurs et chiens policiers ; violation délibérée des normes internationales qui protègent les mineurs devant la justice ; pressions et menaces sur les personnes et violence policières qui atteignent jusqu’aux patrons de presse …

Fichages illégitimes et irresponsables avec le fichier Edvige et toute une collection d’autres, dont le fichier STIC (Système de Traitement des Infractions Constatées) qui ne réunit pas moins de 17 millions de personnes ! La majorité des lecteurs de ce blog y figurent : il suffit pour avoir cet honneur d’avoir eu la plus petite maille à partir avec une commissariat, fût-ce pour déposer plainte.

Au chapitre de ces violations aussi, les reconduites à la frontière d’étrangers, souvent depuis longtemps sur notre sol, souvent ayant un travail, parlant Français, ayant des enfants scolarisés avec les nôtres, et embarqués dans ce qu’Amnesty appelle « les charters de la honte ».

Liste bien sûr non close et que chacun pourra compléter. Je crains d’ailleurs que les mois à venir ne l’alourdissent. Comme dit Kouchner, décidément bien intégré dans le gouvernement dont il fait partie, « les Droits de l’Homme sont si souvent contraires à la politique ».

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel