m

Il y a dans le ciel comme un gros chagrin qui enfle. Madeleine, qui tout à l’heure commentiez mon premier billet du jour, c’est comme si vous aviez été écoutée. La tristesse, depuis ce début d’après-midi, est montée de la terre vers le ciel. L’atmosphère est gonflée de pleurs retenus et de confuse attente.

Ce n’est pas la matière d’un blog politique. Pourtant si. Je voulais prendre comme slogan de ma précédente campagne législative « la politique c’est la vie ! ». On m’a dit, presque unaniment, que cela pouvait être mal compris : la politique, c’est de dont on vit ; ou encore : c’est ma raison de vivre. J’ai rétrogradé prudemment mais je ne suis pas sûre d’avoir eu raison (comme on voit, je ne suis pas sûre souvent d’avoir raison ; mais, et c’est l’envers favorable, je ne suis pas non plus sûre d’avoir tort !). Je crois vraiment que la politique, c’est aussi l’attention à tout ce qui fait la vie, et même à sa fragilité. Pierre Ier de Serbie (dont je sais hors de cela absolument rien..) disait : « tous les hommes sont égaux en cela qu’ils n’ont qu’une seule vie ».

Quoique ce Pierre Ier ait fait (je vais quand même aller vérifier quelque part, si je trouve, que ce n’était pas un affreux jojo, despotique, autocratique et autres qualités en -ique), je luis sais grâce de cette phrase, qu’au demeurant, j’ai peut-être enjolivée au fil du temps, tellement elle est mienne. Nous n’avons qu’une seule vie. Il n’y a pour aucun de session de septembre, de cours de rattrapage. Autant travailler à ce qu’on ne la rate pas trop, ni les autres, ni soi même ; c’est à dire à permettre à chacun les moyens de son autonomie sur tous les plans lui permettant de ne pas la rater. Après, si on a ces moyens, c’est la liberté de l’homme, même de rater, même de choisir de rater, et surtout d’avoir sa propre définition de ce qu’est « rater ». Mais pouvoir choisir, avoir les moyens de choisir..

C’est assurément la première fois que je mets en ligne les moments de ma vie, les moments d’une journée ordinaire (un plus qu’ordinaire parce que plus libre, avec du temps pour moi), où je m’interromps des activités concrêtes qu’a tout un chacun, et les femmes un peu plus que les autres, pour poser les idées qui passent sur l’écran.

Je l’ai fait souvent à vrai dire, mais sur de braves cahiers ou des écrans pudiques qui n’étaient ouverts à personne.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel