m

La droite demeurera toujours la droite, et ses méthodes inchangées depuis que le monde est monde.

Un des arguments choc de ma concurrente ump pour briguer le mandat de conseillère générale est sa « légitimité », définie par l’identité des limites des quartiers dont elle est l’adjointe avec celles du canton. Argument d’un béton un peu friable qui n’est en fait qu’une anticipation du principe de la réforme territoriale.

Besoin de « légitimité » sur un territoire ? Pas dur : découpez-le avant selon votre aise et proclamez ensuite. Les adjoints de quartier ne sont rien d’autre que des postulants conseillers généraux. Faute d’autres arguments, ils pourront toujours avancer ce découpage.

La réforme territoriale n’a d’autre objet que de revoir la carte des territoires en l’adaptant au moins mal aux chances des candidats de droite. Comment, autrement, parvenir à réduire ces insupportables contre-pouvoirs de gauche que constituent les collectivités territoriales ?

Le redécoupage des circonscriptions par le secrétaire d’Etat Alain Marleix n’avait, il y a quelques mois, pas d’autre objectif : assurer à la droite un maximum de circonscriptions.

Les vieilles méthodes décidément ont la vie dure. Et plombent gravement notre pays.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel