m

Il est clair que la loi hâtivement glissée dans la hotte du père Noël ne convaincra pas grand monde et moins encore ceux qui en attendent la traduction sur leur feuille de paye.

Nous entamons donc à l’assemblée la discussion du projet de loi « pouvoir d’achat ». Rappelons au passage que la loi « TEPA » (Travail, Emploi, Pouvoir d’Achat) portait déjà ce nom. La nécessité d’un complément six mois après est déjà en soi un aveu d’échec. La loi TEPA n’a augmenté le pouvoir d’achat que des plus riches, elle n’a pas créé un emploi, et même la mesure sur les heures supplémentaires censée libérer le travail n’a pas l’écho attendu auprès des chefs d’entreprise.

La « monétisation des RTT » présentée hier comme la pièce maîtresse du nouveau dispositif ne touche qu’un salarié sur deux, s’il a des RTT à « monétiser » : en sont exclus tous les employés des petites entreprises, ceux dont le temps de travail est annualisé (une semaine plus de 35 heures, une semaine moins..) et les employés des fonctions publiques.

Dans la fonction publique hospitalière, cette monétisation est rigoureusement impossible. Le budget global des hôpitaux est de 55 milliards d’euros, dont 70% de salaires ; 3% de ces 70% correspondent aux RTT, soit 1 milliard d’euros. Les hôpitaux, déjà largement en déficit, sont dans l’incapacité d’assurer le paiement.

Plus frappant encore : nous avons voté le budget il y un mois environ. Pas la moindre ligne de crédit est prévue pour ce paiement dans les fonctions publiques, quel que soit le montant du « rachat » , ce qui n’est pourtant pas la moindre question (tarif des heures supplémentaires ou non).

Quel sera l’écho dans la presse des interventions de notre groupe, et en particulier hier soir d’une démonstration flamboyante du député Jérome Cahuzac ? Même dans cette période de préparatifs de fête, le sujet est compréhensible de tous.

Un seul exemple : allées de Tourny, un sapin de noël de taille « familiale » coûte 80 euros ; dix heures de travail au SMIC horaire.

Comments 9 comments

  1. 19/12/2007 at 09:30 ffaure32

    Michèle, je ne peux qu’abonder dans ton sens encore une fois! Tu résumes si bien tout haut ce que tout le monde devrait ressentir tout bas.
    En revanche, pour l’achat du sapin de noel, je te conseille de pousser un peu plus loin vers le jardin public: j’ai acheté le mien 16€. Certes, il est à la dimension de ma petite "famille" et ce n’est pas un Norman (mais je préfère l’odeur dégagée par les épicéas…) mais c’est quand même plus raisonnable!

    Fred

  2. 19/12/2007 at 09:39 jfpessac

    En complément de l’article de Michèle je vous invite à lire l’intervention de Gaëtan GORCE lors de la discussion du projet de loi à l’adresse ci-dessous:

    gorce2007.typepad.fr/blog…

  3. 19/12/2007 at 09:59 BARTABA

    Claude Chabrol, fin connaisseur de la société française, préconise depuis quelques années la fessée publique administrée Place de la Concorde, pour les politiques ayant failli à l’honneur et à la probité. Bien que les chatiments corporels passent de mode, il me semblerait judicieux de remettre à l’honneur cette sanction (en s’assurant d’en écarter ceux qui pourraient y prendre plaisir), et de l’appliquer derechef au ci-devant Préfet Directeur de cabinet de Christine Boutin logé dans son HLM depuis plus de 20 ans aux frais des contribuables.
    Il y aura certainement d’autres exemples à donner.

  4. 19/12/2007 at 11:51 Crassulie

    Non, vraiment Sarko, n’est pas le Père Noël !
    Après « les chèques-cadeaux » de l’été à ses amis millionnaires, Sarko ponctionne les foyers les plus modestes en les taxant sur la redevance audiovisuelle !
    780.000 foyers jusqu’ici exonérés de la redevance audiovisuelle devront en payer la moitié en 2008. Et la totalité en 2009. L’assemblée nationale, au terme d’un débat d’une demi-heure marqué par de vifs échanges dans l’hémicycle, a fixé à 50% la réduction de la redevance audiovisuelle accordée à quelque 780.000 foyers âgés modestes qui bénéficiaient jusqu’à maintenant d’une exonération totale et devront donc verser 58 euros de taxe pour l’année 2008. La fin de l’exonération totale de la redevance télé (116 euros) est programmée au 1er janvier 2008.
    Que dire à nos retraités jusqu’alors exonérés de la redevance audiovisuelle. Qu’il faut travailler plus pour gagner plus ?

  5. 19/12/2007 at 13:16 Cherchez l'erreur

    lu dans Sud-Ouest il y a quelques temps, rubrique courrier des lecteurs : un fonctionnaire catégorie C de la fonction publique (de loin les plus nombreux) peut être indemnisé à hauteur de 65 euros la journée RTT. Le nombre de jours RTT ainsi travaillés et payés revenait, pour l’intéressé à une augmentation calculée par lui de 0,16 %, qu’il se permettait de trouver bien faible et peu motivante. Or le dit lecteur et sa calculette ne précisaient (ni ne calculaient peut-être) qu’ils s’agissait de 65 € bruts, et que ces sommes seraient tout aussi imposables que son salaire…net.

    De manière plus officielle, les journées RTT sont annocées payées à 110 %, ce qui est bien moindre que les heures supp. classiques, et bien moins que les heures supp à la sauce Sarko, non imposables (125%).
    Là aussi, si on distingue net de brut, et si on pense à l’mposition qui suivra un peu plus tard, c’est faire perdre une journée de vie contre bien peu de "vraie augmentation" si l’on peut dire

  6. 19/12/2007 at 17:21 M.V.

    Le pouvoir d’achat en cause pour le loyer!
    Enorme problème, plus sensible chaque jour qui passe.
    Alain Rousset a stigmatisé à plusieurs reprises le hiatus à BX entre les belles façades blanches et ce qui s’y dévoile derrière. Il y aurait là deux reportages à faire, un concernant l’apparence extérieure, l’autre la face cachée.
    Je propose à Sud-Ouest les deux en un. J’ai habité un temps dans l’ancien Hôtel de la Monnaie, près de l’église Ste Croix, résidence de logements pauvres. De passage l’autre jour, j’ai découvert la rénovation de la place Léon Duguit pavée à l’ancienne et la façade de l’Hôtel de la Monnaie nettoyée et flamboyante. Vous poussez le portail, et, constrenés vous vous retrouvez au 19ème siècle avec la noirceur et l’insalubrité des logements inchangés. C’est la politique municipale actuelle.
    Alain Rousset, dans sa lettre du 17/12/07, propose pour le bien-être des habitants de BX, une "politique de l’habitat maîtrisée et équitable…"en concordance avec l’assertion de M.Delaunay "la nouvelle fracture sociale est une fracture sanitaire".
    Je sais qu’ Alain Rousset tiendra parole.

  7. 19/12/2007 at 19:07 patrice-merignac

    et pour beaucoup de francais pour se loger c’est 100 heures de smic parce que la seul chose que l’on peut trouver ce sont les logement construit en reduction d’impots derobien ou borloo (puisque le logement social est sacrifie en echange de ces constructions) ,1 kilos de boeuf, 1 heures,1 kilos de poisson frais 3 heures, un pain 20 minutes,1 litre de lait 15 minutes, une de livre de beurre 10 minutes etc…….. et comment on compte pour un demandeur d’emploi non indemnise (que je suis) madame la depute ou pour un rmiste puisque le capitalisme nous a exclus du marche du travail (et nous somes quatre millions en france dans cette situation) mais pas de celui du marche que l’on fait tout les jours pour survivre en allant le plus souvent faire nos courses à l’hypermarche le plus proche de chez moi carrefour a merignac et qui profite de toute les largesses pour ne pas payer les charges sociales patronnale que je paie en payant ma tva lorsque je remplis non pas un caddy mais juste un panier afin de ne pas depasser mon budget pour ne pas avoir un decouvert aupres de ma banque mais engrange des benfices sans reellement reconnaitre le travail de ses employes et en les faisant travaille le plus souvent a temps partiel.

    en pensant que la facture d’edf ou d’eau de la lyonnaise des eaux sera prochainement a payer avec encore une petite augmentation de 2 % ou plus que ce soit sur ma consommation ou sur l’abonnement et dont vont bien profiter de par les benefices que cela procure pour empocher les dividendes certain en france mais pas tous trop peu

  8. 19/12/2007 at 19:49 michele

    Oui malheureusement patrice-merignac, ce calcul en heures de smic n’est que trop démonstratif ! J’ai pris l’exemple du sapin de noel, parce que cela m’a paru particulièrement attristant que ce plaisir familial, qui devrait etre simple et accessible par tous, puisse atteindre ces prix.

    Non, je n’ai pas acheté ce sapin à 80 euros mais un plus modeste à 30 euros pour l’inauguration de ma permanence. Je n’avais que quelques minutes, garée en double file (ne le dites à personne..) et j’ai été surprise à la fois des prix des sapins et du grand nombre de personnes qui en commandaient un ou qui repartaient avec.

    C’est aussi l’écart des prix entre les sapins qui est choquant : 80 euros ici, 20 euros en grande surface ou sur d’autres places de Bordeaux si l’on choisit un pin. Pourquoi, jusque dans cette petite joie simple, y a-t-il une si forte ségrégation, toujours sur les memes critères ?

  9. 17/01/2008 at 12:48 castel benoit

    ou est la permanence d alain rousset pour les municipales

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel