m

Hier 30 janvier, les militants socialistes de Bordeaux, m’ont fait la confiance de m’élire Secrétaire du Conseil Socialiste de Bordeaux.

Les Socialistes aiment beaucoup les secrétaires : Secrétaire national, Secrétaire fédéral, Secrétaire de section et.. Secrétaire des conseils de ville, pour les villes ayant plusieurs sections dans le but justement de les fédérer et de les coordonner.

Quand je pense qu’il y a des esprits chagrins pour avoir dit, dans la période du congrès, que c’était le bronx au Parti Socialiste ! Tout au contraire, les structures sont-là, sagement organisées comme sont empilées les poupées russes, tout est fait pour fonctionner et pour faire. Si ce n’était de temps à autres quelques éléphants et éléphanteaux qui prétendent se porter à leur tête avec la grâce, la capacité à détruire de larges surfaces sous leurs pas, qu’on connait à ce genre d’animal, tout n’irait pas trop mal, voire même assez bien.

Point d’éléphant, petit ou grand au Conseil Socialiste de Bordeaux, rien que des militants dont la demande, exprimée samedi par l’un d’eux, est qu’après le bruyant passage des éléphants, on leur donne envie d’avoir envie.

« Vaste programme ! » aurait dit le Général. Eh bien oui, vaste programme, mais bel objectif. Le CSB est surtout fort de la force de ses militants, mais cela constitue un certain nombre de divisions, réunies par leur certitude qu’une ville de gauche c’est meilleur qu’une ville de droite, et décidées à le démontrer.

J’emploie le terme de « divisions », terme que je n’aime pas trop, surtout quand il s’agit de réunir ces divisions, en référence à Staline et au Maire de Bordeaux. Qu’un commentateur grincheux ne vienne pas dire que j’ai comparé le Maire de Bordeaux à Staline, mais je ne fais pas sans quelque malice ainsi référence au billet précédent et à la citation d’icelui.

Le nouveau Conseil Socialiste se met donc en place. Dans la quinzaine à venir, nous constituons une équipe de secrétaires en charge qui de la culture, qui de l’emploi (les deux auront du boulot dans cette ville en panne), qui, qui, qui…

« Conviviaux dans l’élaboration, militaires dans l’exécution ». Je ne vous dirai pas qu’Obama m’a copié dans ses principes de campagne, mais quand même, il y a un petit peu de cela…

Comments 1 commentaire

  1. 02/02/2009 at 11:40 Denise

    Je confirme : ça le rend malade mon Alain ! Et si vous alliez faire un "shadow cabinet", qui ferait de l’ombre à celui de mon loulou ! Imaginez-ça, un shadow cabinet qui fait de l’ombre…

    Si c’est nécessaire, c’est pas 130 personnes qu’il aura dans le sien cabinet mon Alain, mais 200, plus si il faut… Non, mais des fois !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel