m

Il y a les « brèves de comptoir » et maintenant les brèves de terrain. Pas toujours drôles, mais presque toujours instructives. Hier, entre les étals du vide-grenier de Bordeaux, beaucoup de rencontres plaisantes, d’autres un tantinet moins avenantes. Des « Merci Madame » pointus, quand nous proposions une invitation au meeting de Ségolène Royal. Le « Merci, Madâme », prononcé avec une légère césure entre « merci et madame » et une retombée très savante de la voix sur les deux dernières syllabes de « Madame », est très caractéristique de certains quartiers de Bordeaux. A sauvegarder sans hésiter au titre des langues régionales minoritaires.

Je ne m’offusque jamais, puisque la phrase est en réalité fort polie, mais connaissant mon monde, je n’hésite pas à répondre un peu du même ton et en particulier à prononcer « Madame Royale », en levant au contraire la voix sur les dernières syllabes, comme faisaient les courtisans en s’adressant à la fille ainée du roi Louis Louis XV qui était décorée de ce beau nom.

Bourdieu l’a dit déjà : la distinction est un art subtil et tout d’amusements*.

Devant un stand, même proposition d’invitation à un homme qui nous accueille au contraire fort bien. « Pour le le premier meeting de Sarkozy, nous étions 600, vous entendez bien 600 policiers, pour assurer sa sécurité ! On n’avait jamais vu ça. Sûr, qu’il n’aura pas les voix de tous les policiers… »

Ils étaient parait-il 60 autour de sa villa du Pyla pendant toute la durée de son séjour. Je n’ai pas vérifié cette information, si elle est juste, elle n’a pas besoin de commentaires.

Une amie, un poil morpionne comme le sont en général mes amies, m’a dit qu’elle n’avait jamais nagé au Pyla entourée de tant de garçons baraqués… Rien n’est jamais tout à fait mauvais !

Moins drôle : une dame d’une quarantaine m’interroge : « Et que ferez vous pour moi ? Si la réforme Fillon s’applique, mon mari arrivera un mois trop tard pour avoir ses trimestres. Il a commencé à quatorze ans et depuis il n’a pas cessé de décharger des camions. Il est cassé, je vous le dis cassé ». La discussion s’est prolongée, nous avons bien montré que la pénibilité devait et serait prise en compte. En voyant l’adresse du blog, elle m’a fait promettre de l’écrire. C’est fait : la pénibilité du travail sera prise en compte.

D’autres rencontres (assez souvent) « Ah, Madame Delaunay ! Vous avez soigné ma belle-soeur en 1972.. Vous étiez interne, vous vous en souvenez ? ». Je demande quand même « Vous voulez bien me rappeler son nom.. » « Madame Lalanne, d’Hagetmau ».

Madame Lalanne, d’Hagetmau, en 72 .. Mais bien sûr !

Le terrain, c’est chouette, chalheureux, détendu. De nombreuses images du photoblog en témoignent. Les « Merci, Madâme » étant de très loin minoritaires, nous en revenons avec une certaine lourdeur des pattes arrières mais toujours de bonne humeur.

Comme je mets toujours mes arrière pensées clairement en avant, j’ajoute : venez avec nous !

  • C’est pas tout à fait ce que Bourdieu a dit, mais c’est ce qu’il a pensé.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel