m

Un nouveau chapitre de ce blog s’ouvre maintenant : la campagne municipale de Bordeaux. Avouons que depuis un an, nous n’avons pas été privés de campagnes : municipale partielle, présidentielle, législative, et de nouveau municipale ! En nous ajoutant deux élections partielles en deux ans (législative nov 2004 et municipale en oct 2006), Alain Juppé nous a fortement entrainé à cette nouvelle bataille !

Nous nous rejoignons tout à l’heure avec Alain Rousset dans le quartier des Chartrons dont je suis Conseillère Générale. Nouvelle visite pour moi à cette agréable fête du vin nouveau inaugurée hier midi (sans le maire, qu’on a longuement attendu). Vin nouveau et marrons chauds, dans le frais soleil d’automne pour visiter les stands et les boutiques de la rue Notre Dame. Espérons que ce soit un succès. Je ne suis pas toujours sûre que les fêtes soit la clef du renouveau du commerce bordelais de centre ville, mais avouons que celle-ci mêlant antiquités, brocante et tradition du « bourrut » et des cornets de chataîgnes est une des plus réussies.

A tout à l’heure !

Comments 22 comments

  1. 28/10/2007 at 11:10 Gérard ELOI

    Les fêtes comme celle-là, où commes les nombreuses "fêtes de l’huître" en été sur le bassin d’Arcachon, contribuent à mettre en évidence les identités régionales et leurs richesses.
    J’espère qu’ elles contribuent ainsi à favoriser le commerce local et à encourager les PME.

    Amicalement et bon WE

    GE

  2. 28/10/2007 at 11:10 Gérard ELOI

    Les fêtes comme celle-là, où commes les nombreuses "fêtes de l’huître" en été sur le bassin d’Arcachon, contribuent à mettre en évidence les identités régionales et leurs richesses.
    J’espère qu’ elles contribuent ainsi à favoriser le commerce local et à encourager les PME.

    Amicalement et bon WE

    GE

  3. 28/10/2007 at 11:22 ben's

    Je suis heureux de constater que le souvenir de votre défaite lors de l’éléction municipale anticipée est encore très présent chez vous puisque vous la citez deux fois en l’espace de trois lignes … Puisque ces défaites (municipales et législatives) constituent visiblement pour vous un "entrainement", souhaitons que cela continue.

  4. 28/10/2007 at 11:22 ben's

    Je suis heureux de constater que le souvenir de votre défaite lors de l’éléction municipale anticipée est encore très présent chez vous puisque vous la citez deux fois en l’espace de trois lignes … Puisque ces défaites (municipales et législatives) constituent visiblement pour vous un "entrainement", souhaitons que cela continue.

  5. 28/10/2007 at 11:35 Gérard ELOI

    ben’s

    Quant à moi, je souhaite que vous soyez bien surpris au printemps !

    Encore un détail : quelle défaite aux législatives ?

  6. 28/10/2007 at 11:35 Gérard ELOI

    ben’s

    Quant à moi, je souhaite que vous soyez bien surpris au printemps !

    Encore un détail : quelle défaite aux législatives ?

  7. 28/10/2007 at 11:57 Grabinoulor

    il va falloir Ben’s vous y faire, mais votre superjuppé va devoir quitter la ville dans quelques mois – en short ou non – (figurez-vous qu’une de ses plus fidèles supportrices parisennes me disait dans un resto rugby samedi dernier qu’elle le trouvait très simple, la preuve elle l’a même vue en short une fois… mon dieu, Juppé et Sarko même combat en short Nike !). Pour ma part, je prépare le goudron et les plumes.

  8. 28/10/2007 at 11:57 Grabinoulor

    il va falloir Ben’s vous y faire, mais votre superjuppé va devoir quitter la ville dans quelques mois – en short ou non – (figurez-vous qu’une de ses plus fidèles supportrices parisennes me disait dans un resto rugby samedi dernier qu’elle le trouvait très simple, la preuve elle l’a même vue en short une fois… mon dieu, Juppé et Sarko même combat en short Nike !). Pour ma part, je prépare le goudron et les plumes.

  9. 28/10/2007 at 14:13 Eric C

    Parlons un petit peu du sujet du jour …… Le commerce Bordelais
    L’ activité la plus dynamique du commerce est l’implantation des agences bancaires à tous les coins de boulevard, d’agences immobilières dans la rue fondaudege, d’agences d’interim cours alsace lorraine. On ne peut pas dire que ces commerces nous permettent de vivre en plein centre Ville. Il faut une mixite commerciale en plein centre ville comme une mixité des populations. Les commerces du métier de bouche meurent, nous devons les soutenir.
    Il faut que la municipalité reinvestisse le " commerce de proximité" et arrête de déléguer ces compétences à une Chambre de commerce et d’industrie ultralibérale. le débat est ouvert …..

  10. 28/10/2007 at 14:13 Eric C

    Parlons un petit peu du sujet du jour …… Le commerce Bordelais
    L’ activité la plus dynamique du commerce est l’implantation des agences bancaires à tous les coins de boulevard, d’agences immobilières dans la rue fondaudege, d’agences d’interim cours alsace lorraine. On ne peut pas dire que ces commerces nous permettent de vivre en plein centre Ville. Il faut une mixite commerciale en plein centre ville comme une mixité des populations. Les commerces du métier de bouche meurent, nous devons les soutenir.
    Il faut que la municipalité reinvestisse le " commerce de proximité" et arrête de déléguer ces compétences à une Chambre de commerce et d’industrie ultralibérale. le débat est ouvert …..

  11. 28/10/2007 at 16:50 Flo

    Pour ceux qui l’ont connu : le spectre solaire, cette chouette boutique à l’angle de la rue Nancel Pénard, quasi institution bordelaise qui a fermé il y a quelques mois, est remplacée par …une banque. Mais à quoi servent donc toutes ces agences bancaires ?

  12. 28/10/2007 at 16:50 Flo

    Pour ceux qui l’ont connu : le spectre solaire, cette chouette boutique à l’angle de la rue Nancel Pénard, quasi institution bordelaise qui a fermé il y a quelques mois, est remplacée par …une banque. Mais à quoi servent donc toutes ces agences bancaires ?

  13. 28/10/2007 at 17:58 Militant socialiste

    Ah, le commerce ! La mairie de Bordeaux ne fait absolument rien pour dynamiser le commerce bordelais. Il suffit de se promener un peu en ville pour se rendre compte du nombre de pas de porte fermés (je dirais même abandonnés).
    Mais en dehors des considérations politiques, pourquoi le Conseil Régional et le Conseil Général n’ont-ils pas une politique d’appui au petit commerce en zone urbaine ?
    Nous le savons tous, beaucoup de gens sont prêts à se lancer dans l’aventure. Il leur faut pour cela un petit coup de pouce.
    Bien entendu, il ne s’agit pas seulement de "donner de l’argent" pour créer des commerces. Les aides peuvent être aussi un accompagnement administratif sérieux de ces commerçants pour éviter la fermeture dans les mois qui suivent. Elles peuvent aussi être conditionnées à la diversité du commerce d’un quartier. Quel est l’intérêt d’avoir dix épiceries ou sandwicheries dans la même rue ?
    Le commerce de certains quartiers est de très mauvaise qualité. Souvent, la conséquence de la situation économique des habitants du quartier. C’est là que la solidarité des institutions citées ci-dessus pourrait jouer un rôle pour aider les commerces à se transformer en commerces de qualité et à se diversifier. Cela n’a échappé à personne qu’un commerce qui fonctionne est aussi créateur d’emplois.
    Les dites institutions n’hésitent pas à injecter des millions d’euros dans de grosses entreprises internationales. Injectons ces sommes dans le petit commerce, cela peut s’avérer intéressant. De plus, je doute fort que les petits commerçants délocalisent…
    Cette action pourrait aussi être l’occasion de forcer la main de la mairie pour s’investir dans une véritable campagne en faveur du commerce bordelais. En effet, comment pourrait-elle justifier son absence si le Conseil Régional et le Conseil Général venaient à appuyer sérieusement le petit commerce ?
    Tout cela permettrait aussi aux commerçants d’accéder à d’autres fonds destinés au commerce.

  14. 28/10/2007 at 17:58 Militant socialiste

    Ah, le commerce ! La mairie de Bordeaux ne fait absolument rien pour dynamiser le commerce bordelais. Il suffit de se promener un peu en ville pour se rendre compte du nombre de pas de porte fermés (je dirais même abandonnés).
    Mais en dehors des considérations politiques, pourquoi le Conseil Régional et le Conseil Général n’ont-ils pas une politique d’appui au petit commerce en zone urbaine ?
    Nous le savons tous, beaucoup de gens sont prêts à se lancer dans l’aventure. Il leur faut pour cela un petit coup de pouce.
    Bien entendu, il ne s’agit pas seulement de "donner de l’argent" pour créer des commerces. Les aides peuvent être aussi un accompagnement administratif sérieux de ces commerçants pour éviter la fermeture dans les mois qui suivent. Elles peuvent aussi être conditionnées à la diversité du commerce d’un quartier. Quel est l’intérêt d’avoir dix épiceries ou sandwicheries dans la même rue ?
    Le commerce de certains quartiers est de très mauvaise qualité. Souvent, la conséquence de la situation économique des habitants du quartier. C’est là que la solidarité des institutions citées ci-dessus pourrait jouer un rôle pour aider les commerces à se transformer en commerces de qualité et à se diversifier. Cela n’a échappé à personne qu’un commerce qui fonctionne est aussi créateur d’emplois.
    Les dites institutions n’hésitent pas à injecter des millions d’euros dans de grosses entreprises internationales. Injectons ces sommes dans le petit commerce, cela peut s’avérer intéressant. De plus, je doute fort que les petits commerçants délocalisent…
    Cette action pourrait aussi être l’occasion de forcer la main de la mairie pour s’investir dans une véritable campagne en faveur du commerce bordelais. En effet, comment pourrait-elle justifier son absence si le Conseil Régional et le Conseil Général venaient à appuyer sérieusement le petit commerce ?
    Tout cela permettrait aussi aux commerçants d’accéder à d’autres fonds destinés au commerce.

  15. 28/10/2007 at 18:27 NR

    Bien sûr, bien sûr, on ne pouvait pas se limiter à décrire le problème, mais un petit coup de patte en direction des institutions(CG, CR) gérées par les socialistes ne pouvait manquer. Mais avant de dénoncer ces socialistes défaillants il aurait mieux valu de voir de près de quelles compétences ces collectivités territoriales disposent, et – eh oui! – de quels moyens. Et si on constate qu’il y a beaucoup de fric, qu’on dise où il faut enlever les sommes qu’on veut distribuer ailleurs. C’est cela, une politique responsable et pas l’approche "y a qu’à"! Alors, "militant socialiste", j’attends les chiffres et les propositions!
    (Ceci étant, je souscris entièrement à ce que Ségolène et Michèle ont dit dans leurs programmes sur le soutien nécessaire au PME/TPE, y compris le petit commerce local en tant que facteur essentiel pour des villes qui vivent. Et je fais entièrement confiance à Alain Rousset que ce problème occupera une place prioritaire dans son programme pour les municipales. Sa visite et celle de Michèle rue Notre-Dame et au marché Colbert hier et aujourd’hui s’inscrivent tout à fait dans cette orientation. )

  16. 28/10/2007 at 18:27 NR

    Bien sûr, bien sûr, on ne pouvait pas se limiter à décrire le problème, mais un petit coup de patte en direction des institutions(CG, CR) gérées par les socialistes ne pouvait manquer. Mais avant de dénoncer ces socialistes défaillants il aurait mieux valu de voir de près de quelles compétences ces collectivités territoriales disposent, et – eh oui! – de quels moyens. Et si on constate qu’il y a beaucoup de fric, qu’on dise où il faut enlever les sommes qu’on veut distribuer ailleurs. C’est cela, une politique responsable et pas l’approche "y a qu’à"! Alors, "militant socialiste", j’attends les chiffres et les propositions!
    (Ceci étant, je souscris entièrement à ce que Ségolène et Michèle ont dit dans leurs programmes sur le soutien nécessaire au PME/TPE, y compris le petit commerce local en tant que facteur essentiel pour des villes qui vivent. Et je fais entièrement confiance à Alain Rousset que ce problème occupera une place prioritaire dans son programme pour les municipales. Sa visite et celle de Michèle rue Notre-Dame et au marché Colbert hier et aujourd’hui s’inscrivent tout à fait dans cette orientation. )

  17. 28/10/2007 at 18:54 Rosa et missie

    Flo, combien de magasins que nous aimions ont disparu ! les fetes diverses ne sont pas une vraie politique en direction du commerce de centre ville.
    michèle a abordé ce theme dans sa campagne et j’espère qu’il sera repris aux municipales.

  18. 28/10/2007 at 18:54 Rosa et missie

    Flo, combien de magasins que nous aimions ont disparu ! les fetes diverses ne sont pas une vraie politique en direction du commerce de centre ville.
    michèle a abordé ce theme dans sa campagne et j’espère qu’il sera repris aux municipales.

  19. 28/10/2007 at 19:18 Militant socialiste

    @ NR : Est-ce que j’ai dit "y a qu’à" ?
    J’ai fait une proposition. Après, c’est aux élus de décider des priorités.
    Ne faisant pas partie des deux institutions citées, je ne pourrais pas vous donner de chiffres. Demandez-les leur directement.
    Par ailleurs, arrêtez de penser que chaque fois que je fais un commentaire, c’est pour attaquer des institutions dirigées par la gauche. Seulement, comme a dit Christine P dans un commentaire récent, moi non plus je n’attends rien des élus de droite. Alors je ne peux pas être déçu par leur politique. Par contre, j’attends beaucoup de la politique menée par les élus de gauche. Quand on aime bien, on châtie bien…. N’est-ce pas ?

  20. 28/10/2007 at 19:18 Militant socialiste

    @ NR : Est-ce que j’ai dit "y a qu’à" ?
    J’ai fait une proposition. Après, c’est aux élus de décider des priorités.
    Ne faisant pas partie des deux institutions citées, je ne pourrais pas vous donner de chiffres. Demandez-les leur directement.
    Par ailleurs, arrêtez de penser que chaque fois que je fais un commentaire, c’est pour attaquer des institutions dirigées par la gauche. Seulement, comme a dit Christine P dans un commentaire récent, moi non plus je n’attends rien des élus de droite. Alors je ne peux pas être déçu par leur politique. Par contre, j’attends beaucoup de la politique menée par les élus de gauche. Quand on aime bien, on châtie bien…. N’est-ce pas ?

  21. 29/10/2007 at 00:53 Petit Clos

    Banques, Bijouteries, Agences immobilières
    Le centre de Caudéran se singularise un peu des quartiers déjà décrits mais d’une façon encore plus caricaturale par l’évolution de son commerce. Banques, Bijouteries, Agences immobilières, voilà le trio gagnant. Lors de l’inauguration de notre place refaite à la manière aussi glaciale que le cours de l’Intendance j’ai écouté la liste des cadeaux remis à Hugues MARTIN encore maire par intérim par les commerçants. Presque tous venaient d’elles (à l’exception de 2 invitations au restaurant des 2 chênes)
    Il a quand même hésité à les ouvrir devant nous malgré l’omniprésence de sa claque. Mais ce bref répit me permit de faire un tour d’horizon qui me confirma leur confiscation du centre.
    En milieu rural je sais que la Région et le Conseil Général font de gros efforts. Dans mon village natal la boulangerie au feu de bois vient de ré ouvrir au bout de 10 ans grâce aux aides « Cafés de Pays ». A Pellegrue « Mireille » (11 euros le repas de campagne café compris) m’a dit que çà l’avait aussi beaucoup aidé. Pourquoi ce que Rousset a réussi à la campagne ne le ferait il pas en ville ?
    Certes des aides des collectivités locales c’est important pour le petit commerce mais je crois que les règles de la fiscalité, des charges sociales et même de la concurrence le défavorisent.
    Dans l’actualité nous voyons que la complicité Grandes Surfaces-Pouvoir Sarkhozien (Leclerc-Attali) veut faire supprimer l’interdiction de vendre à perte
    Si on fouillait dans tous ces règlements on trouverait beaucoup de choses injustes. Je sais par exemple pour les paysans que même si on fait une année déficitaire on paye quand même un forfait de charges sociales et quand notre bénéfice est entre 1 et 2 SMIC sur un euro gagné on en reverse la moitié sous forme de charges sociales. Par contre ces proportions sont moindres pour les tranches de revenus supérieures voire exonérées au dessus d’un certain plafond. On comprend mieux comment certains commerces juteux prospèrent et pourquoi la commerçante du marché de Pessac est déprimée
    Il ne suffira pas de gagner Bordeaux mais aussi de préparer les conditions pour ne pas donner un autre mandat à Sarko
    Comment regagner la confiance de ces artisans commerçants qui pensent à tort d’ailleurs que les socialistes ont abandonné la valeur travail ?

  22. 29/10/2007 at 00:53 Petit Clos

    Banques, Bijouteries, Agences immobilières
    Le centre de Caudéran se singularise un peu des quartiers déjà décrits mais d’une façon encore plus caricaturale par l’évolution de son commerce. Banques, Bijouteries, Agences immobilières, voilà le trio gagnant. Lors de l’inauguration de notre place refaite à la manière aussi glaciale que le cours de l’Intendance j’ai écouté la liste des cadeaux remis à Hugues MARTIN encore maire par intérim par les commerçants. Presque tous venaient d’elles (à l’exception de 2 invitations au restaurant des 2 chênes)
    Il a quand même hésité à les ouvrir devant nous malgré l’omniprésence de sa claque. Mais ce bref répit me permit de faire un tour d’horizon qui me confirma leur confiscation du centre.
    En milieu rural je sais que la Région et le Conseil Général font de gros efforts. Dans mon village natal la boulangerie au feu de bois vient de ré ouvrir au bout de 10 ans grâce aux aides « Cafés de Pays ». A Pellegrue « Mireille » (11 euros le repas de campagne café compris) m’a dit que çà l’avait aussi beaucoup aidé. Pourquoi ce que Rousset a réussi à la campagne ne le ferait il pas en ville ?
    Certes des aides des collectivités locales c’est important pour le petit commerce mais je crois que les règles de la fiscalité, des charges sociales et même de la concurrence le défavorisent.
    Dans l’actualité nous voyons que la complicité Grandes Surfaces-Pouvoir Sarkhozien (Leclerc-Attali) veut faire supprimer l’interdiction de vendre à perte
    Si on fouillait dans tous ces règlements on trouverait beaucoup de choses injustes. Je sais par exemple pour les paysans que même si on fait une année déficitaire on paye quand même un forfait de charges sociales et quand notre bénéfice est entre 1 et 2 SMIC sur un euro gagné on en reverse la moitié sous forme de charges sociales. Par contre ces proportions sont moindres pour les tranches de revenus supérieures voire exonérées au dessus d’un certain plafond. On comprend mieux comment certains commerces juteux prospèrent et pourquoi la commerçante du marché de Pessac est déprimée
    Il ne suffira pas de gagner Bordeaux mais aussi de préparer les conditions pour ne pas donner un autre mandat à Sarko
    Comment regagner la confiance de ces artisans commerçants qui pensent à tort d’ailleurs que les socialistes ont abandonné la valeur travail ?

Répondre à ben's Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel