m

Séance publique du 8 février 2011, examen du projet de loi bioéthique

 » Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, chers collègues,

Le domaine de la bioéthique agite des questions que les hommes se sont posées et se poseront de tous temps sans jamais recevoir de réponse définitive.

La première de ces questions est celle de la recherche scientifique. On la croit nouvelle, elle est immémoriale, cadrée une fois pour toutes, et de manière lumineuse, par un auteur qui ne connaissait pourtant de la science que de modestes balbutiements : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». L’on ne peut qu’être sidéré d’admiration en pensant que cette formulation de Rabelais date de 1532.

Cinq siècles plus tard, il nous reste à meubler cette conscience par ce que nous appelons nos valeurs et à les confronter les unes aux autres. Mais ce qui assurément doit constituer le fil rouge de notre réflexion, ce qui ne peut que nous réunir, c’est avant tout la vie, le respect de la vie, de ce qui va dans le sens de la vie, ce qui aide à la vie.

Tous les chapitres de la bioéthique méritent d’être mesurés à cette finalité. À tous, elle apporte une part de solution.

Un domaine est particulièrement exemplaire, c’est celui de la recherche sur l’embryon et sur les cellules souches embryonnaires. Nous avons assisté à une audition qui m’a laissée sidérée : il y a été édicté comme un dogme le principe intangible du respect de l’embryon humain, coupant court au débat.

Quel est donc ce principe ? Où donc est-il écrit ? Comment est-il devenu à ce point respectable que la vie elle-même ne tienne pas devant lui ?

Nous tous qui sommes présents dans cette enceinte aujourd’hui savons que les recherches dans ce domaine sont faites exclusivement à partir d’embryons surnuméraires, destinés à être détruits et en aucun cas à donner naissance à un petit être humain.

Quel est le but principal des recherches faites à partir de ces embryons et des cellules qui les composent ? Mieux connaître l’embryon, en particulier savoir ce qui fait qu’il peut n’être pas viable et que son développement est interrompu, expliquer aussi les cas d’assistances médicales à la procréation et par conséquent réduire le nombre d’embryons détruits.

Dans quel sens le principe du respect de la vie peut-il trancher sans ambiguïté ?

Pour notre part, c’est sans ambiguïté que nous vous demanderons d’autoriser, en les encadrant, les recherches sur les cellules souches embryonnaires sans recourir à ce faux-semblant qui consiste à les interdire en acceptant peureusement des dérogations.

Je vous parlais de la vie. La vie n’est pas la nature, l’acceptation de ses lois et de tout ce qu’elle paraît inéluctablement nous imposer, sinon il n’y aurait pas de médecins. Le médecin travaille pour la vie, bien souvent contre la nature et ses lois. La vie est le principe de la médecine comme la thérapeutique est celui du soin et nous devons saluer de ce point de vue le passage dans le texte de l’intérêt thérapeutique à l’intérêt médical.

C’est aussi au nom de ce principe que nous soutiendrons, dans des limites temporelles précises, l’autorisation de l’implantation post mortem d’embryons. Dans mon exercice de la cancérologie, j’ai été confrontée à des situations très significatives. J’aurais aimé avoir du temps, comme M. Jardé, pour les exposer ; je m’en tiendrai à une seule. J’ai eu à affronter la rigueur d’une loi qui a privé une femme désireuse d’être mère d’accomplir le projet qu’elle avait partagé avec son mari. Son âge – et ce n’est pas un point négligeable – l’empêchait d’envisager de refaire sa vie dans des délais lui permettant d’enfanter. C’est un poids très lourd que d’avoir à refuser pour toujours la chance qu’un enfant désiré puisse naître. Personnellement, je considère que nous devrions statuer aussi sur une exception d’insémination post mortem.

Je citerai un autre exemple. Il concerne la possibilité pour les donneuses d’ovocytes de les utiliser pour elles-mêmes, après vitrification, au cas où elles deviendraient infertiles. Les hommes traités par chimiothérapie peuvent d’ores et déjà faire conserver leurs spermatozoïdes et les utiliser ultérieurement quand ils le souhaitent, à l’âge qu’ils veulent. C’est ici non seulement le principe même de la vie mais l’exigence d’équité que je vous demande de prendre en considération.

Toutes les femmes – M. Jardé l’a évoqué rapidement – deviennent infertiles, souvent très tôt et en tout cas à un âge où elles sont en pleine santé et capables sans dommage de mener une grossesse. La nature ne l’a pas voulu mais la médecine qui s’intéresse d’abord à la vie le permet dans la seule limite de l’état de santé de la femme. Je vous demande de réfléchir à cela.

J’entends ici ou là que cette révision est bien peureuse et non dénuée de contraintes que j’appellerai circonstancielles. Ce ne sera certainement plus le cas si vous nous suivez dans cette voie. Aucun de vos électeurs ne pourra vous reprocher, quelle que soit sa confession, de n’avoir pas été scrupuleusement fidèle au principe même de la vie non plus qu’au respect de la dignité humaine et au refus de toute marchandisation du vivant. « 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel