m

Publié à 14 h 50 – Des députés de l’opposition ont reproché mardi au ministre du Travail Eric Woerth de remplacer la notion de pénibilité par celle d’incapacité dans son projet de réforme des retraites, au cours de son audition devant la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Michèle Delaunay, députée socialiste de Gironde, a accusé le gouvernement de « s’abriter derrière la difficulté de définition de la pénibilité pour la remplacer par l’incapacité ».

« Pour de très nombreux groupes professionnels, nous connaissons les risques (…) et les taux de morbidité. Nous avons toutes ces données, pourquoi ne les utilisons-nous pas ? » a-t-elle demandé.

Le gouvernement propose de maintenir la retraite à 60 ans pour les salariés qui, du fait d’une situation d’usure professionnelle constatée, souffrent d’un taux d’incapacité physique supérieur ou égale à 20%.

« Ceux qui sont usés physiquement pourront partir à 60 ans sans décote, c’est un droit social nouveau, comme celui créé pour les carrières longues en 2003 », a déclaré Eric Woerth.

Il s’agit d’un « droit sans précédent en Europe, qui concernera 10.000 personnes par an », a-t-il insisté, ajoutant que « pour la première fois, on donne la possibilité de créer un lien entre pénibilité et retraite ».

Le ministre a également estimé que « le taux d’incapacité de 20% (était) relativement faible » et correspondait à une réalité « constatée par les médecins ».

« Vous ne nous convaincrez pas que le dispositif de pénibilité constitue une avancée sociale. Quelqu’un qui souffre d’invalidité est évidemment déjà reconnu aujourd’hui », lui a répondu la députée socialiste d’Indre-et-Loire Marisol Touraine, secrétaire nationale du PS en charge des retraites.

Sur la définition de la pénibilité, des interrogations ont également émergé du camp majoritaire. Le député UMP de l’Hérault Jacques Domergue a ainsi souligné qu’« associer incapacité et pénibilité » risquait de poser de nombreux problèmes.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel