m

Tout a été dit, peut être même trop dit et répété, sur le drame de Puisseguin, le 23 octobre en Gironde. Nul d’entre nous n’imagine sans effroi la fin de ces 43 personnes, heureuses de partager une modeste aventure, et brutalement saisies par les flammes. Je salue une fois encore leur mémoire et la douleur de tous leurs proches.

C’est aussi la République fraternelle qui s’est aussitôt mobilisée autour d’eux que je veux saluer. Les habitants du Libournais et du Saint-Emilionnais, quelquefois de beaucoup plus loin, qui sont spontanément venus partager la marche silencieuse du dimanche suivant et qui se sont pressés dans les deux chapelles ardentes de Puisseguin et de Petit-Palais. Tout un territoire a montré qu’il se sentait concerné et que nous étions bien des « frères humains » au sens que donnait à ces mots François Villon.

Les maires des quatre villages comptant des victimes ont été particulièrement remarquables. Patricia Raichini, maire de Petit-Palais a elle même perdu 3 membres de sa famille. Pendant près d’une semaine pourtant, elle n’a pas flanché et accueilli avec toute la conscience de sa fonction ceux qui venaient là, simples citoyens, élus nombreux dont le premier d’entre eux, journalistes par dizaines. Elle a été pour tous un pilier, un soutien, une référence et a illustré remarquablement l’importance de ce mandat de proximité qu’est le mandat municipal. Tout le territoire, là-aussi, a répondu présent et apporté un appui très concret (équipements, personnel, présence..). Le maire de Libourne, Philippe Buisson comme le député Florent Boudié ont organisé, réuni, programmé, accueilli, aplani… pendant des jours. Rien n’a manqué. Une tente abritant 1000 places assises a été montée pour la venue du Président. Aucun incident, aucun manquement n’est venu compliquer l’important dispositif qui allait avec ce déplacement.

Coup de chapeau enfin aux services de l’Etat, incarnés par le préfet Pierre Dartout et ses équipes. Là non plus, rien n’a été laissé au hasard, rien n’a manqué, de la cellule de soutien psychologique animée par mes confrères de l’hôpital Charles Perrens et de l’hôpital de Libourne aux mesures de sécurité. Merci à eux.

Oui, la République est fraternelle et elle sait répondre, parler et agir juste, être là et exprimer avec les mots même du Président de la République en conclusion de son discours « votre deuil est le nôtre ».

 

 

 

Comments 4 comments

  1. 29/10/2015 at 20:09 Louis

    Un spectacle indécent : le Président de la république avec la moitié du gouvernement et une cohorte de sous-fifres, le tout encadré par quelques centaines de gendarmes … Aucun respect pour la douleur des familles et des proches !

  2. 30/10/2015 at 09:21 citoyen

    ô Louis, rien ne trouve grâce devant vos yeux! Auriez-vous râlé autant si cette cérémonie avait été bien catholique, présidée par Mgr Richard? Et peut-être n’avez vous pas remarqué les réactions des familles et autres proches des victimes qui après un certain scepticisme avant cet événement ont tous été contents de ce témoignage de la Nation représentée, bien sûr, par son Président et des membres du gouvernement. Qu’aurait-on dit s’ils s’étaient abstenus?

    • 02/11/2015 at 11:58 Louis

      Non, je n’aurais pas râlé si le cardinal Ricard avait présidé une « cérémonie » laïque, pour une raison très simple : il ne l’aurait pas fait. Par contre, j’aurais bien aimé s’il avait célébré une messe de Requiem à Petit Palais ou à Puisseguin, pour le repos des âmes des croyants et (surtout) des non-croyants.

  3. 30/10/2015 at 09:42 Alain

    Louis, vous tenez vraiment à prendre la place de Noël Mamère sur le podium du commentaire le plus odieux ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel