m

Notre souriant ami « le tire-bouchon » (chaque samedi dans @sudouest )  a un regard très bordelais sur le protocole républicain. J’ajoute qu’il n’est pas d’un féminisme très constant et en tout cas souvent sélectif.

Or, et nous en avons convenu dernièrement à l’Assemblée avec Régis Debray, plus sourcilleux encore que moi, le protocole républicain a un sens profond. Régis Debray suggérait même qu’il fût enseigné à l’occasion des cours d’éducation civique et citoyenne dans les écoles. Je suggère que cela concerne aussi les écoles de journalisme.

Lors de la très belle visite du Ministre Bernard Cazeneuve à Bordeaux, nous avons visité trois mosquées et effectué trois rencontres avec les associations ou les représentants musulmans. Celles-ci se sont développées successivement dans ma circonscription (Bordeaux-2Rives), celle de Noël Mamère, représenté par sa suppléante Naima CharaÏ, puis celle de Conchita Lacuey sur la rive droite. Et par ailleurs dans deux villes : Bordeaux pour les premières manifestations, Cenon pour les deux dernières, les plus importantes.

Le protocole a bien souvent été violé et je regrette particulièrement qu’à Cenon la place d’honneur à la tribune (la plus proche du Ministre) n’ait point été attribuée  au Maire de Cenon, Alain David. Distrait sans doute, le Maire de Bordeaux s’y est installé ; distrait également, les yeux du tire-bouchon ne se sont pas avisés de cette entorse majeure à l’égard d’un Maire qui reçoit sur son territoire au nom de ceux qui l’ont élu. Le titre eût pourtant été plaisant.

La députée Conchita Lacuey était à la place qui lui revenait sur cette même tribune: curieusement, dans tous les articles sur cette visite sa présence a été omise et son nom pas même signalé.

A la table où se sont exprimés les acteurs de « Bordeaux-partage », les trois parlementaires étaient réunis latéralement par rapport aux autres officiels.  Il manquait par ailleurs de places et nous avons décidé de « serrer le rang ». J’ai suggéré à Naïma Charaï de se positionner comme il lui revenait sur la même ligne que le Ministre, à sa gauche, faisant de même sur la droite. La parité s’en trouvait rassérénée et le protocole parfaitement respecté. Le troisième parlementaire, le Sénateur Alain Anziani, avec lequel nous nous sommes entendus, a préféré se situer  sur la branche perpendiculaire de la table.

Vétilles que ce respect de l’ordre républicain ? Non, car chaque élément a un sens profond. Les Députés l’emportent d’un fil sur les Sénateurs, pourquoi ? Parce qu’ils sont élus au suffrage universel. Les Députés du territoire l’emportent sur les Députés voisins, alors qu’ils sont tous égaux, parce qu’ils sont sur le territoire qui les a élus. Encore ceci est-il plus une tradition républicaine qu’une règle. Il est séant de l’observer.

Les anciens Ministres-parlementaires l’emportent sur leurs congénères parce qu’ils ont représenté l’Etat. Pour la même raison, les Maires anciens Premiers ministres (mais non ses représentants) l’emportent sur leur territoire devant les Parlementaires, alors que les Députés l’emportent d’ordinaire sur le Maire.

Dans tous les cas, c’est l’Etat qui a la position la plus éminente. Il est représenté sur les territoires par le Préfet, qui ne s’efface lui-même que devant un Ministre en éxercice. Personne d’autre.

Le respect du protocole républicain, c’est le respect de la République elle-même, des ses institutions comme des citoyens qui la composent. La place du Peuple (et partant du mode d’élection) est prépondérante. Il apprend aussi que mandats et fonctions n’ont de valeur que par eux-mêmes et non pour la notoriété, le prestige ou la vanité de celui qui les détient pour un temps.

Ce protocole est aussi un apprentissage. Je l’ai appris assez durement (mais pas seulement..) parce qu’il a à Bordeaux un caractère monarchique peu en rapport avec l’expérience qu’a de l’Etat le premier édile de la ville. Aux côtés du Ministre Bernard Cazeneuve, Alain Juppé a tout bonnement annexé Cenon, comme Jacques Chaban-Delmas l’avait fait de Cauderan. Le titre-bouchon avait là l’occasion d’un titre plaisant.

Politiquement, voilà qui d’ailleurs ne manquerait pas d’intérêt …

Comments 7 comments

  1. 28/02/2015 at 10:57 alphonse

    …que d’emportements….!!!…d’anciens….

    Et les futurs, alors….ne l’emporteraient sur rien…??!!!….
    Même s’ils sont d’un autre âge…?!!!!!!

  2. 28/02/2015 at 11:29 Michèle Delaunay

    Reconnaissons que le Ministre s’est laissé influencer.. Il a ouvert son discours principal à la mosquée de Cenon en parlant tout d’abord de Bordeaux, puis pour rééquilibrer de « Cenon par extension ».

    Avouons que l’équilibre politique (et géographique, de part et d’autre du fleuve) serait grandement amélioré si à l’instar de Chaban, Juppé s’étendait de l’autre côté de la Garonne. Pardon à Alain David et à Conchita de lui donner ces idées. Il y a peu à craindre qu’il les suive…

  3. 28/02/2015 at 15:51 citoyen

    Un protocole sied à ceux qui respectent les règles. Juppé se place au-dessus. Ubris bien connue.

  4. 01/03/2015 at 10:56 Freddo l'aristo

    Dans le long article consacré par @lexpress à Philippe Madrelle, l’élu bordelais michel duchene le traite de « dernier des autocrates ». Rallié à Juppé, après une courte période verte, Duchene plusieurs fois démis et remis, sait en effet de quoi il parle

  5. 01/03/2015 at 13:00 citoyen

    Mais qui prend Michel Duchêne encore au sérieux? Un vieux, méchant et
    aigri qui ne fait que jouer « la voix de son maître ».

  6. 02/03/2015 at 09:03 marc

    ce concentré de république est souvent pris pour un jeu d’egos. En expliquer le sens peut inciter les élus à s’y soumettre et les citoyens à la comprendre et à l’expliquer eux memes à leurs enfants. moi j’aime assez les travaux pratiques.

  7. 03/03/2015 at 09:06 Ysabeau

    Quelle république ? La république de la manifestation des hypocrites de janvier ? La république de la honteuse loi de programmation militaire qui limite le droit d’expression ? La république et sa vision comptable qui va supprimer 20 000 postes dans les hôpitaux (et sûrement pas des postes de pontes) ? La république pas irréprochable qui continue à soutenir les délinquants en col blanc qui détournent d’une façon ou d’une autre l’argent public en leur laissant le droit de se présenter et représenter après chaque élection (et qui, d’ailleurs en met à la tête du parti gouvernemental…) ?

Répondre à marc Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel