m

Minuscule promenade au Grand Parc, dans cette petit coin mystérieux où le Limancet pointe du nez, entouré d’une profusion de chants d’oiseaux et d’une végétation presque irlandaise..

Nous sommes à Bordeaux, le froid tombe sur la ville avant un week-end qui ne sera que pluie et grisaille. A la faveur de quelques éclats de soleil et de mon guide entre les guides dans ces quelques hectares de terre, Jean-Baptiste Borthury, nous voilà sur les traces du Limancet comme d’autres qui sont remontés aux sources de l’Amazone.

Le périple est plus modeste, la découverte n’est pas moins grande. Ce petit morceau de terre, totalement ignoré des services municipaux, pourrait être un des endroits les plus charmants de la ville s’il y avait là un édile de quartier doué de sensibilité et de curiosité esthétique .

C’est quoi, à propos le Limancet ? Un petit ruisseau qui a longtemps permis aux cressonnières du Grand Parc d’alimenter les marchés de la ville et bien au-delà. Le dernier de cet espace urbain à affleurer ciel ouvert pour la plus grande joie  de la biodiversité végétale et animale.

L’actualité, c’est que ce petit morceau de terre, difficile à découvrir est facile à recouvrir. Le Maire de Bordeaux a choisi de « densifier »  la ville et, dans le cas, d’ajouter du logement social là où il n’y en que trop. L’immobilier trépigne au Grand Parc et le Limancet est comme ces petits vieillards pleins de verve et de gaieté mais que la moindre brutalité peut anéantir et inhumer.

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel