m

La semaine nationale de lutte contre le cancer, entre le 14 et le 21 mars est une excellente occasion de rappeler l’importance de ce vaste groupe de maladies mais aussi des progrès enregistrés et à venir dans leur traitement.

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 385 000 (211 000 hommes et 174 000 femmes) et le nombre de décès par cancer, à 149 500 (84 100 hommes et 65 400 femmes). Le cancer est dans notre pays la première cause de mortalité prématurée (avant 65 ans chez l’homme comme chez la femme).

Le cancer, une maladie bien souvent évitable.

On ne le dit pas assez, 40% des cancers pourraient être évités et plus de 50% des décès, le dépistage précoce ajoutant ses bénéfices à la prévention primaire. Les cancers évitables sont les cancers liés aux comportements, avec en tête de peloton, deux coupables : le tabac et l’alcool. Une récente étude du New England Journal of Medecine, a montré que ce sont 27 types de cancer qui sont soit directement causés soit très largement favorisés par le tabac, premier responsable de cancers graves. Les principaux de ces cancers évitables sont les suivants ; cancer broncho-pulmonairee (40.000 cas par an, dont 90% imputables au tabac) ; cancer des voies aérodigestives supérieures (environ 20.000 cas par an, imputables au tabac et à l’alcool), cancer de la vessie et du foie (20.000 cas par an, imputables au tabac, à l’alcool, ou dus à une exposition à des composants chimiques) ; cancers de la peau (11.000 cas par an imputables une surexposition solaire, cabine UV). La prévention est donc l’élément majeur de la lutte contre les cancers notamment concernant le tabac et l’alcool, qui restent les 2 premières causes de mortalité évitables en France. Ils sont la cause de cancers graves et les progrès thérapeutiques n’ont à ce jour qu’une action réduite sur l’espérance de vie des malades.

La loi de modernisation de notre système de santé, votée définitivement en décembre 2015 à l’Assemblée nationale, apporte des avancées incontestables en matière de prévention, mais aussi pour les patients atteints :

·      Mise en place d’un paquet de cigarette neutre et uniformisé, porteurs de messages sanitaires éloquents

·      Renforcement de l’interdiction de la vente de tabac aux mineurs

·      Dispositions encadrant l’utilisation et les pratiques commerciales relatives aux appareils de bronzages

·      Création d’un droit à l’oubli pour les malades d’un cancer dans l’accès aux assurances et au crédit

·      Dispositif de financement des molécules onéreuses sur le modèle de ce qui a été pratiqué pour le traitement de l’hépatite.

Enfin la loi crée une grande agence nationale de Santé publique Santé Publique France, fusion de l’INPES, l’INVs et de l’EPRUS, qui sera un centre de référence et d’excellence, fondé sur une expertise et une parole scientifique incontestables, en lien avec la recherche, lui permettant de mieux connaître, expliquer, préserver, protéger et promouvoir l’état de santé des populations. Mais n’attendons pas tout des pouvoirs publics.

Chacun de nous est concerné par la prévention et le dépistage et doit porter toutes les actions faites en ce sens. La réduction des cancers évitables est la clef pour pouvoir assumer financièrement les progrès thérapeutiques et technologiques considérables qui ont beaucoup amélioré le pronostic de nombreux cancers (dont le plus fréquent, le cancer du sein) et vont continuer de le faire dans les prochaines années.

Comments 1 commentaire

  1. 17/03/2016 at 21:15 CONSTANS

    Bonsoir. Tabac et alcool ne doivent – ils pas, enfin, être mis en cause dans les maladies de Crohn, R.C.H. et cancers du côlon y succédant fréquemment, aussi ? Plutôt que se focaliser sur des explications pseudo – scientifiques de type  » psycho  » (stress etc.; de fait, de nombreuses personnes en état de stress permanent… fument et/ou consomment de l’ alcool en excès et de nombreux porteurs de M.I.C.I. semblent être accros à l’ une de ces substances, comme par hasard.), ne doit – on pas, enfin, s’ apercevoir que tous les produits chimiques ajoutés au tabac, à l’ alcool  » conventionnel  » , attaquent les parois du système digestif jusqu’ au côlon , détruisent l’ équilibre entre champignons protecteurs -qui enrichissent le micro biote- d’ une part, ceux qui sont pro – inflammatoires d’ autre part ? Ceci se fait via la salive  » chargée  » en substances toxiques  » ,tout simplement ! Voilà pourtant des années voire des décennies que des tenants du  » bio  » évoquent les déséquilibres de la flore intestinale, des moyens naturels de la reconstituer, les causes possibles ! La France va – t – elle poursuivre dans une  » politique de l’ autruche  » sur ces sujets comme sur d’ autres : 1) personnes autistes encore considérées par une partie du  » monde psychanalytique  » français comme victimes de relations destructrices avec leur mère -pendant ce temps – là, on est passé à coté d’ autres explications qui émergent depuis quelque temps et surtout de solutions diverses du type  » méthode A.B.A.  » développées avec succès depuis plusieurs décennies à l’ étranger… ; ou encore 2)H.P.E. et H.P.I. en errance scolaire, professionnelle pour beaucoup d’ entre elles/eux alors que seuls des psychologues -rendons – leur justice dans ce cas – ci- , s’ étaient aperçus de fonctionnements émotionnels et intellectuels atypiques, bien # de retards mentaux ou autres caractéristiques dévalorisantes dont ils étaient taxés ; désormais, comme l’ activation de zones du cerveau spécifiques par rapport aux personnes  » ordinaires  » est visible grâce aux I.R.M. cérébraux, la vérité d’ hier -car cela en était déjà une- devient vérité  » scientifique  » ! Que de vies gâchées en attendant, d’ argent dépensé en vain et de pertes en terme de diversité donc de richesse de notre Société ! Signé : un GROS FUMEUR PASSIF pendant plus de 5 ans ayant dû subir des séances de rayon laser pour lésions de rétine[Eh oui, » le tabac (et ses produits chimiques) s’ en prend  » aussi  » aux yeux  » comme le démontrait, fin des années 80 déjà, une étude comparative américaine portant sur plusieurs dizaines de milliers de fumeurs et non fumeurs, étude reprise début des années 90 dans le journal  » LE PROGRES  » de LYON], devenu par la suite porteur de R.C.H. diagnostiquée en 1993. En conclusion, je vous félicite, Madame DELAUNAY, de poursuivre votre  » combat  » contre les méfaits du  » tabac  » mais je déplore le fait que des liens de causalité découlant pourtant du simple bon sens, me semble – t – il, ne soient pas encore reconnus, soulignés, en France. Vive la vie sans tabac, quasi  » sans alcool  » , aussi ! Cordialement.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel