m

L’actualisation de l’étude de Pierre Kopp sur les dégâts sanitaires et sociaux du tabac constitue un tournant décisif dans la prise de conscience des ravages de cette drogue. En 2006, le chiffrage était de 47 milliards d’euros; il est aujourd’hui de 120 milliards d’euros. Ce chiffre est un coût net, tenant compte des recettes (taxes et TVA : 10,3 milliards), ainsi que des pensions non versées du fait d’une mort prématurés. L’étude complète de l’OFDT du 10 septembre est disponible en cliquant ici.

 

 

 

 

 

 

Depuis près d’un an je demande à ce que le prix du tabac soit fixé en fonction du coût sanitaire et social (mon 1er amendement ci-près d’octobre 2014). Cette dernière étude confirme l’urgente nécessité d’augmenter le prix du tabac, pour que nous puissions assumer, demain, le coût des progrès thérapeutiques et techniques de la médecine, mais aussi assumer les dépenses liées au vieillissement et à la perte d’autonomie.

Comments 2 comments

  1. 14/09/2015 at 08:32 hermeline eric

    Et donc ? Vous préconisez de multiplier le prix du tabac par 2 ! Si vous vous étiez intéressé au problème comme l’a fait votre collègue le député Barbier qui a visité les hypermarchés du tabac au Luxembourg et de Andorre ou tout simplement suivi le travail du service des douanes qui voit exploser la contrebande du tabac 500 tonnes saisies a mi années 2015 contre 420 tonnes sur toutes l’année 2014 !! Y a que vous a ne pas prendre conscience du problème ….. A moins que vous nous sortiez une autre étude bidonnée qui va nous apprendre que le tabac de contrebande est moins nocif que celui vendu par les buralistes !! Ce qui …… !! Bref votre mesure n’est qu’un pansement sur une jambe de bois !! Les mafias de l’Est vous soutiennent sans équivoque 🙂

  2. 14/09/2015 at 13:54 Jean-Claude Pioct

    Pourquoi ne parlez vous JAMAIS des les perturbateurs endocriniens ?

    Pourtant, par inaction, ceux-ci coûte 157 milliards d’euros chaque année en provoquant de nombreuses pathologies, dont le cancer.

    https://lejournal.cnrs.fr/articles/perturbateurs-endocriniens-le-cout-de-linaction

    Vous n’en faite jamais mention parce que ça touche les lobby agroalimentaire, pharmaceutique et industriel qui sont trop puissant pour vous ?

Répondre à Jean-Claude Pioct Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel