m

On ne peut que se féliciter de l’adoption, à l’unanimité, par l’Assemblée nationale, du projet de loi ratifiant le protocole visant à éliminer le commerce illicite des produits du tabac. En mettant en place un véritable contrôle de la chaîne d’approvisionnement – notamment au travers de l’instauration d’un dispositif de suivi et de traçabilité des produits du tabac qui devra être totalement indépendant –, ce protocole constitue une pièce maîtresse dans la lutte contre le tabac.  Le commerce illicite est en effet utilisé par les cigarettiers, comme par les buralistes, comme arme de dissuasion pour empêcher les gouvernements d’augmenter le prix du tabac, mesure, de très loin, la plus efficace contre le tabagisme.

Ce protocole doit s’intégrer dans un projet européen et national de lutte contre le tabagisme comportant donc  une augmentation significative des prix du tabac ; une harmonisation a la hausse de la fiscalité au niveau Européen.  S’y ajoute une évolution de la rémunération des buralistes afin que leurs revenus ne soient plus directement proportionnelle aux volumes des ventes de tabac –  favorisant ainsi ceux dont les commerces sont les plus fragilisés (zones transfrontalières et rurales) et dissuadant en revanche les « gros débitants  de tabac » à toujours vendre plus.  L’introduction puis la généralisation du paquet neutre, la possibilité d’une action de groupe complètent le dispositif.

La ministre de la Santé, s’est engagée à faire de la France un pays leader en Europe dans la lutte contre le tabac. Pour ma part sortir du tabac d’ici 2030 est un objectif que je me suis assigné en tant que cancérologue et parlementaire.

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel