m

Souffle de nuit

Angoisse, je ne sais pourquoi, de la nuit qui vient. Notre liste municipale vient d’être votée. Le vent se lève dans la touffeur d’une nuit presque tropicale, où chaleur et humidité donnaient tout à l’heure à l’Athénée* une atmosphère de cinéma de brousse. Pourquoi l’inquiétude, la grande, la vraie, l’inquiétude existentielle qui tient aussi mes patients éveillés, m’apparait-elle quelquefois presque matériellement ?

(*la salle de l’athénée municipal à Bordeaux)

Agents secrets de la modernité

J’ai logé hier soir en douce dans nos documents électoraux, la phrase très percutante du philosophe Edgar Morin « Les femmes, ces agents secrets de la modernité ». En douce, je dis bien, et de manière anonyme pour que mes petites copines (et copains) qui m’ont entendu cent fois faire cette citation qui va à l’encontre de l’avis de beaucoup de politiques et analystes divers, ne me tombent pas sur le poil et ne donnent raison à ce que je revendique : j’ai beaucoup de suite dans peu d’idées. Le « peu d’idées » n’est pas flatteur au premier œil, mais là-aussi, j’assume. Je suis persuadée que chacun de nous vit sur un petit capital d’idées, ancré profond en lui comme des racines d’arbre, et que toute son existence dépend du développement qu’il leur donne. Même chose pour les écrivains : des œuvres entières sont construites sur une dizaine de fortes impressions et de sentiments profonds.

Pour les politiques, c’est plutôt bien : mieux vaut une dizaine d’idées auxquelles on croit profondément qu’une centaine au gré des modes, des conseillers en communication ou des « opportunités ». Donc, j’aime bien les politiques, et les hommes en général, qui ont une assise d’idées forgées à leur expérience de vie.

Je me suis pas mal éloignée des femmes : je l’ai dit déjà, j’écris très vite, au fil des petites touches de mon ordi et des touches, sans doute déjà plus rouillées, de ma pensée. Les diversions sont nombreuses. Montaigne déjà s’en plaignait. Excusez-moi du peu.

Retour aux femmes donc. Longtemps on a cru qu’elles perpétuaient les valeurs conservatrices, gardiennes –par force- du foyer, du buffet et de l’armoire à linge. Longtemps, elles n’ont eu d’autres choix, leur monde étant celui de la dépendance et de la soumission. Un livre vient de paraître, au titre provocant (« le lit, le pouvoir et la mort ») montrant combien les jeunes reines elles-mêmes devaient attendre la mort de leur époux pour donner leur mesure. Peu y parvenaient, grossesses et accouchements les fauchant plus sûrement que la chasse à courre.

Le travail, toujours lui, leur travail, a permis que les femmes soient ouvertes au monde. Et en effet, ce sont elles qui font bouger la société. Du foyer, qu’il ne faut pas négliger, à la marche du monde. Elles, qui ont décidé dans la première partie du siècle passé qu’il fallait « se mettre à l’électricité », installer le chauffage central, moderniser la vie intérieure de la maison, premier pas en direction de la parité domestique, condition de la parité réelle. Elles, qui aujourd’hui sont le ferment de l’ « intégration ». Je n’aime pas ce mot, mais si les populations d’origine immigrée participent aujourd’hui, et plus encore demain, à la marche commune de notre société, c’est et ce sera par les femmes. Notre action doit prioritairement les toucher et les concerner.

Entre le chauffage central et la vie des banlieues, j’ai sauté beaucoup d’étapes des batailles et du rôle des femmes. Ce n’est pas le propos ici et, plus concrêtement encore, je suis « hyper speed » comme disent les plus jeunes de mon équipe. Moi, je dis « speedou », les mots en « ou » ont une sonorité amicale qui me les fait aimer, et j’en invente à profusion.

Et donc, je retourne en hâte à l’hôpital. La vie des femmes est multiple, et c’est leur force.

Bordeaux à coeur

L’intelligence n’est qu’un outil et je ne suis même pas sûre que ce soit le meilleur. Mais c’est une sorte de dénominateur nécessaire, de condition d’existence à des tas d’autres qualités, plus importantes humainement : le courage, la générosité.. . Courageux et idiot, c’est quelquefois presque dangereux, mais intelligent et pleutre, ce n’est rien.

Ce petit couplet sur l’intelligence m’est venu en voyant un article du Sud-Ouest du jour « Capucins : la halle aux candidats », illustré d’une photo d’Hugues Martin engoncé dans un T shirt « Bordeaux à cœur » discutant avec Pierre Hurmic.

Ni Pierre, ni Hugues Martin ne sont en cause. Mais qu’Alain Juppé, dont il est de bon ton de louer l’intelligence ait accepté de choisir ce slogan à la limite de la stupidité (Bordeaux à cœur : on pense immanquablement au camembert), qu’il en décore ses ex-coéquipiers démissionnaires, au point de leur donner l’allure de vieux nounours grisonnants et de soixante huitards très attardés dans le sentiment, est clairement la preuve que l’intelligence ne fonctionne quelquefois qu’à temps partiel, comme au demeurant une bonne part des travailleurs de ce pays, condamnés à ce statut peu valorisant.

« Bordeaux à cœur »… Sommes-nous devenus assez stupides pour gober un slogan aussi creux que mensonger ? Si Alain Juppé avait eu la moindre chance de devenir maire de Paris, croit-on qu’il n’aurait pas eu « Paris à cœur » ? Hugues Martin, auquel on demandait, à l’occasion d’un débat que nous avons mené l’un en face de l’autre sur TV7, « quelle était selon lui la meilleure raison de voter Martin : « Je suis le candidat de l’amour…. ». Apercevant en fond de studio, la mine soudainement déconfite de Michel Duchène, il s’était repris « de l’amour…des Bordelais ! ».

Aux Capucins donc, le juppéisme militant se porte avec T-shirt et gros cœur sur la poitrine.. J’essaye de le jouer plutôt gai, mais ça me rend terriblement triste.

Blog à part

Le convenu de certains blogs politiques me sidère. Un blog n’est pas un site électoral. Bien que le mot ne soit pas (encore) dans le dictionnaire, essayons de le définir : c’est un mélange de journal et de forum de réflexion ; ceci sur un ton libre, quelque part entre le parlé et l’écrit pur et dur (celui des livres). Un échange proche de la conversation mais avec ce « plus », ce petit recul que donne la distance temporelle et spatiale, et le simple fait de transcrire la pensée en mots et en lettres. Cette situation intermédiaire entre l’écrit imprimé et la parole sont un des génies de la correspondance informatique : elle a la fluidité et la rapidité de la parole, sa liberté aussi, et pourtant ce début de gravité qu’a l’écrit, celui des lettres rares que l’on s’adressait, que l’on attendait jour après jour et que l’on gardait sur soi, quelquefois pendant des mois..

Pour tout dire, ce blog est pour moi un plaisir, une récréation, une respiration. J’ai la chance d’écrire facilement, comme il vient, et de dactylographier comme une vraie bonne secrétaire d’autrefois, au temps où les machines faisaient un bruit saccadé et non le doux cliquetis, presque primesautier, de mon clavier d’ordinateur. Ce fut un de mes acquis de jeune fille : j’étais partie tout un mois seule en vacances, avec un précis de dactylographie et la machine à écrire familiale. Après des jours entiers d’ « azertyuiop » au soleil, devant cet océan où j’écrivais encore cet été, mes doigts se sont mis à avoir de la mémoire et à travailler avec moi en vraie partenariat : chacun fait son boulot de son côté sans embêter l’autre. Azertyuiop est resté dans mon inconscient comme un petit personnage de bandes dessinées qui en fait voir aux grandes personnes et j’ai été contente de parler de lui à l’instant.

Retour au blog et à mon désir de le voir s’animer comme une maison amie où l’on s’arrête volontiers le temps d’un échange, d’un verre, d’une halte. Je n’y ai mis aucun filtre. Tarde seulement un peu le message d’accueil avec lequel je voudrais saluer les commentateurs. Il y a quelques mois, lisant une page d’Alain Juppé où il s’offusquait du salaire scandaleux des patrons d’entreprises, j’y étais allée d’un petit commentaire, rappelant qu’Hugues Martin au temps des législatives avait glosé ma profession de foi qui déplorait la dévalorisation du travail qu’entraine ce différentiel de salaire. Quand le salaire d’un patron équivaut à 500 smic (voire davantage), comment celui qui gagne justement le smic peut-il croire en la valeur de ce qu’il fait ? Le commentaire était on ne peut plus poli et bon genre mais je me suis méfiée : j’en ai envoyé copie à une journaliste de Sud Ouest.

Bien sûr, il n’y eut ni réponse, ni même apparition dans le blog de Juppé. Comme dans l’élection d’aujourd’hui : les dés étaient pipés, et les commentateurs sélectionnés, sinon commandités. Ce que nous devons apprendre, plus que jamais, à nos enfants et à tous les citoyens : l’esprit critique. Le cerveau, comme le parachute, ne marche que s’il est ouvert.

Deux histoires anglaises

Jean Mandouze inaugure la rubrique « l’invité du blog », ouverte à tous ceux qui voudront bien m’adresser sur le mail michele.delaunay2@wanadoo.fr une sorte de carte blanche à insérer dans le blog. Je souhaite beaucoup que ce blog où vous êtes déjà nombreux à avoir plaisir à vous retrouver devienne un véritable forum de réflexion et de propositions.

Merci de votre concours sous cette forme, comme de vos très nombreux commentaires.

(suite…)