m

Devons-nous vraiment nous taire ?

Parce qu’il était non mon ami, mais qu’il m’avait accordé sa confiance, je décide que la réponse est « non ».

Je me suis souvent disputée avec Henri Emmanuelli sur le fait qu’il était un fumeur invétéré et que je ne le voyais jamais sans que cela me fende le coeur. Il bougonnait, ronchonnait mais cela finissait toujours par « pour moi, c’est trop tard, mais tu as raison de te battre ».

De ces mots parcimonieux, de la confiance qu’il m’a faite en me confiant son diagnostic, en échangeant sur son pronostic qu’il connaissait avec la même acuité que moi, je m’autorise à « dire ». Je crois et j’espère qu’il ne me désavouerait pas.

Henri est mort d’un cancer du poumon, lequel s’ajoutait à un problème neurologique ancien, altérant sa capacité à vivre librement, mais -du moins, je le crois- pas son pronostic vital.

Il savait tout. Et pour une fois, ce « tout » a l’immensité de sa force. c’est aussi ce « tout », cette connaissance sans recours de l’inéluctable, qui m’a fait bien souvent sortir de la chambre de mes malades les larmes aux yeux d’une admiration sans bornes dont, chaque fois, je m’interrogeais si elle serait pour moi de même niveau.

J’ai écrit « Henri est mort d’un cancer du poumon ». C’est faux : Henri est mort du tabac. Devrons-nous longtemps continuer de le taire ? S’il ne me l’avait pas dit lui-même, si entre les lignes, il ne l’avait pas si souvent évoqué, moi non plus, je ne me sentirais pas autorisée à en parler.

Devrons-nous longtemps accepter de perdre ceux que nous admirons, ceux que nous aimons, ceux en lesquels nous croyons, ceux qui vont nous manquer et, dans le cas, manquer à la Politique, manquer au Parti Socialiste, ces deux derniers ayant en ces temps difficiles un urgent besoin de figures intègres, de personnalités entières, exigeantes, rudes, volontaires, qui ne louvoient, ni n’intriguent, en même temps qu’infiniment pudiques et sensibles ?

Trop, trop longtemps, dans un silence trop grand, une hypocrisie trop intolérable, les journalistes, mais aussi mes confrères, mais aussi bien souvent les familles de ces morts indus, se sont tus. Je me suis faite brocarder pour avoir relié au tabac la mort de Patrice Chéreau, jusqu’à chaque fois craindre de trahir l’intime secret de la médecine, alors que je n’était pas le médecin qui soigne. Mais Michel Delpech, Yohan Cruyff, Yul Brunner n’avaient pas caché ni leur maladie ni leur volonté qu’elle ne soit pas inutile dans la lutte contre ce fléau abasourdissant : le tabac. Et hier 20 mars pourtant, aucun candidat à la Présidentielle, mais pas toi, Benoit Hamon, qui était son « fils », n’a osé en parler.

Henri avait moins que mon âge, le désir, caché par impossibilité, de vivre et un de ses derniers tweets fut une image radieuse de sa petite fille. Nous ne devons plus supporter cet immense échec, ce terrible manque de courage. Merci à tous de votre aide.

 

 

 

 

Salut à Henri Emmanuelli

C’est pour moi un immense chagrin que la perte d’Henri Emmanuelli, qui m’honorait de sa confiance et qu’avec la sobriété qu’il exigeait, j’ai essayé d’accompagner dans sa maladie.

C’était un homme entier, intègre, volontaire, pudique que j’aimais et admirais beaucoup.

Le Parti Socialiste a besoin de femmes et d’hommes de cette trempe qui ne louvoient pas, qui n’intriguent pas et dont l’action marque durablement leur territoire.

Un coup de chapeau particulier à tout ce qu’il a réalisé pour les personnes âgées dans les Landes.

Salut à ses proches, à ses amis et à ses fidèles.

Le travail, une valeur de gauche

Beau et surtout très, très intéressant discours de Benoît Hamon à Bercy devant 15000 personnes. Changement de ton et magistral retour aux valeurs fondatrices de la gauche, en lettres majuscules. La GAUCHE historique, fondamentale, essentielle et qui, en effet,  fait toujours « battre le coeur ».

C’est un champ souvent évoqué dans ce blog, qui me retient une fois encore : la place et la valeur du travail. Ce champ est à ce point fondateur de la gauche que j’ai été gravement troublée de le voir jusque-là trop absent ou malmené dans la campagne de Benoît. Oubliées aujourd’hui, ou en tout cas non mentionnées, les phrases-clefs des Primaires :  « Notre rapport au travail doit changer », « le travail ne doit plus être au centre de la société », « qui n’est pas heureux dans son travail doit pouvoir arrêter bénéficier d’un revenu » .. (Je cite non littéralement, mais sans changer le sens) . Exit aussi, le fait que le travail doive inéluctablement se raréfier, voire disparaître, et en tout cas ne plus fonder notre rapport au réel. Il va changer, plus radicalement encore qu’on ne le croit, avec un retour majeur du travail non substituable par la technique quand nous serons demain près de 10 milliards de terriens, mais il demeurera à la base de notre place dans la société et de nos liens sociaux sous peine de basculer dans une socièté façon « le meilleur des mondes ».

J’ai entendu aujourd’hui dans le discours de Bercy : « Comme vous, je crois à l’effort, comme vous je crois au travail ». Et dans une phrase que je ne sais plus citer exactement, un salut sans réserve au rôle émancipateur du travail. Merci Benoit. Merci pour la petite fille dont tu as parlé et qui demain sera peut-être à ta place à Bercy, candidate comme toi à la Présidence de notre République ; merci pour les milliers de jeunes qui t’entouraient, merci pour tes parents (et en particulier ta maman, ce que toi seul comprendras..) qui ont travaillé, peiné, pour que tu sois ce que tu es. Merci tout court : mes grands parents et mes parents étaient, en tous points, semblables.

Et bravo pour tout ce discours. Pour ces accents de tribun, pour cet incroyable effort de concentration que suppose un tel exercice. Ne le négligeons jamais : ceux qui s’y appliquent n’ont pas « de la mémoire » mais de la volonté et une exceptionnelle capacité de travail. Toutes les cases susceptibles de rassembler la GAUCHE en lettres majuscules, celle que j’évoquais tout à l’heure, tu les as marquées et personne d’entre nous ne peut y être insensible. Oui, mon coeur a battu. Et c’est avec le coeur, mais aussi avec les mains de l’artisan, les pieds du marcheur et le réalisme du père de famille gérant un budget, que nous devons construire dans une Europe que, toi comme moi, nous aimons et à laquelle nous voulons appartenir pleinement.

 

Corrigendum et mise au point

Exercice que je déteste, je dois faire un corrigendum à l’article de Sudouest de ce jour.

Cet article était supposé être une réaction au portrait d’Anne Walryck, candidate « les républicains » dans la 2ème circonscription . Fidèle à mes engagements vis à vis de moi même, je n’ai souhaité faire aucune critique de cette candidate comme d’aucun(e) autre. Je connais peu Anne Walryck, qui intervient peu en conseil municipal et métropolitain et qui pendant toute une période se faisait régulièrement réprimander par Alain Juppé ce qui m’était très désagréable. J’entretiens avec elle des relations de civilité et n’ai aucune réserve à l’égard de sa personne. J’aurais préféré, contrairement à ce que l’article affiche en gros caractères, être opposée à Virginie Calmels qui représente tout ce que je combats. J’avoue à cette occasion être très surprise qu’en « récompense » de son retrait aux législatives et de ses aller-et-retour politiques, Alain Juppé la nomme hier officiellement première adjointe.

L’article évoque ensuite maladroitement, voire faussement d’autres sujets qui paraissaient relever d’une simple conversation. J’éclaire la situation.

  • je SOUTIENS Benoît Hamon d’autant qu’il donne chaque jour davantage des signes positifs en direction du rassemblement des socialistes (révision du revenu universel, hommage à l’action du gouvernement pendant les 5 années écoulées et particulièrement à plusieurs ministres). J’ai cependant à l’égard de son programme une réserve : il ne porte pas avec assez de vigueur le caractère émancipateur du travail (je pense en premier lieu aux femmes) et le fait qu’il est fondamentalement une valeur de gauche. La suite des billets de mon blog ces dernières semaines explique cela de manière détaillée.
  • je ne PARRAINE aucun candidat. Benoît a largement réuni les 500 signatures nécessaires. S’il avait eu besoin de moi pour être candidat, je l’aurais parrainé. Le parrainage est un acte personnel et je m’amuse que la question ne soit posée à aucun candidat qu’à moi. J’y réponds cependant.

Voilà, je tenais à préciser ce qui est confus dans le texte de Sudouest. Je me suis résolue dans cette campagne comme dans les précédentes à une attitude positive, propositionnelle et véridique, ayant pour objet la vie des Français et l’avenir de la France.

IMG_0646 copie

Article de Sud-Ouest du 15 mars 2017

 

Les nouveaux apostats

Lors du dernier Conseil de Métropole, alors que je saluais l’engagement de Benoît Hamon pour le sport comme outil de santé publique, Alain Juppé m’a narquoisement répondu: « Eh bien, les nouveaux convertis sont une fois encore les plus zélés.. ».

La formule est bien connue, mais qu’en est-il des nouveaux apostats ? Ceux qui, plus ou moins patauds, reprennent le train pour Bordeaux (c’est une image) et après avoir déserté Juppé, pour certains dès le lendemain, viennent à Canossa ?

Qu’en est-il de Juppé lui-même, qui, le jour d’après l’article du « canard enchainé », a proclamé, alors que personne ne lui demandait rien, qu’ « il ne serait pas le plan B ». Il est amusant à ce propos de poursuivre l’anecdote évoquée à l’instant. Avec beaucoup de retenue, je lui répondais qu’en matière de nouveaux convertis, chacun devait s’interroger sur soi-même avant de brocarder les autres. Sa réponse fusa aussitôt: « Moi, Madame, je n’ai pas eu à réfléchir, je me suis rallié dans la minute ». Il s’agissait bien sûr du ralliement à Fillon, aussitôt après l’annonce des résultats des primaires.

Aujourd’hui, c’est surtout des nouveaux apostats qu’il s’agit, ceux qui se saisissent de la déclaration de Fillon après sa convocation pour probable mise en examen pour s’éloigner. Notons que ces départs ne sont pas survenus tout de suite : tous ont attendu les réactions de la presse. Eût-elle été plus réceptive au ton gaullien de Fillon, eux-mêmes auraient été moins rapides et, par exemple, auraient pu attendre le rendez-vous des juges, car il ne s’agissait que d’une convocation qui aurait pu ne pas déboucher sur la mise en examen.

Ces nouveaux apostats, après avoir lu les commentaires peu amènes des médias, se sont alors autorisés au départ, amenant hier 3 mars, le journal « Libération » à mettre en ligne un compteur qui renseigne à la fois sur la célérité de chacun et sur leur nombre total en une seule journée (plus de 100).

Situation particulière à Bordeaux, car si Alain Juppé se portait candidat et venait à être élu, serait-ce sa « dauphine » qui serait effectivement couronnée Maire ? Première à avoir rejoint Fillon,  dernière du groupe des juppéistes à le quitter, sa situation serait alors peu confortable aux yeux des Bordelais. L’apostasie est un métier difficile quand il devient un art de répétition.

Garder la tête froide n’empêche pas à l’occasion de sourire. Je crois même que sourire en est la condition.