Un héros de notre temps

Le quinquennat de François Hollande est dès aujourd’hui marqué par l’entrée au Panthéon de quatre héros qui marquent notre Histoire. Quatre héros forgés par la résistance devant l’ennemi imprescriptible que fut le nazisme.

Pas un Français qui ne puisse s’en réjouir, deux hommes, deux femmes dont la force et le caractère sont en tous points remarquables et admirables.

A propos de cette panthéonisation, on m’interrogeait à l’instant dans la salle des 4 colonnes sur mon ressenti et mes attentes. Une chose m’apparaît et ne constitue en rien une réserve ou un regret à l’égard des personnalités choisies. Mais c’est sans aucun doute un souhait et le sentiment d’un besoin.

La période de la Résistance est pour la grande majorité des Français lointaine. Bien que faisant partie de l’Histoire contemporaine (nous connaissons des personnes qui l’ont vécue), elle est déjà entrée dans l’Histoire. Les circonstances la marquent et, du moins à l’identique, elles ne nous paraissent pas reproductibles à l’horizon de notre vie. Très clairement, les jeunes ne sont pas en capacité de s’y identifier.

Or, ce qui manque à notre début de siècle, c’est la conviction que l’héroïsme, l’exceptionnalité, ne sont pas des valeurs ou des ambitions d’un autre temps, non plus que d’un milieu privilégié. Un roman de Lermontov s’appelle « un héros de notre temps ». C’est celui-là qui manque pour éclairer le chemin de ceux qui sont encore à son début.

Dans cette perspective, j’avais proposé au Président et à Vincent Peillon, la panthéonisation de l’instituteur d’Albert Camus. Celui sans lequel, selon les mots du discours de prix Nobel, Camus n’aurait jamais été celui qu’il fut.

Car l’instituteur, l’enseignant aujourd’hui n’a pas un autre rôle, ne doit pas avoir une ambition plus modeste. Le petit pied-noir d’Alger, fils d’une veuve, femme de ménage, avait exactement les mêmes besoins que tant d’enfants d’aujourd’hui, dépourvus de tout « capital social », parlant un français mâtiné d’un dialecte ou d’un autre, en tout cas ne possédant que des outils fragiles dont il ne savait pas comment se servir.

A cet enfant, il faut donner des chances d’égalité, montrer qu’il est plus qu’il ne croit et même qu’il ne peut imaginer ; lui donner aussi, et le premier élément n’est rien sans le second, le désir, la volonté et le courage d’être celui-là. A tous les jeunes, il faut montrer que le héros ne sort ni d’un livre, ni d’une bande dessinée ou d’une console de jeu, mais de la vie réelle.

Ma proposition avait ce sens-là : honorer l’éducateur, l’enseignant, le formateur de caractère, l’exemple, d’où qu’il vienne, lui montrer que l’enjeu, « ce qu’on appelle gloire », n’a pas faibli depuis l’instituteur Louis Germain.

Le prochain candidat à la panthéonisation, c’est ce héros de notre temps, dont les ennemis ne portent pas forcément d’uniforme, le terrain d’action n’est pas forcément le maquis, rien de poétique, de cent fois filmé et glorifié, tout au contraire. Le héros de notre temps vit aujourd’hui dans la tragique indifférence de la société et dans le petit sauve-qui-peut.

Une journée de solidarité bien décolorée

La « journée de solidarité » instituée en 2004 par le Gouvernement de Jean-Pierre Raffarin pour contribuer à la prise en charge publique de la perte d’autonomie a perdu beaucoup de son sens au cours des années. Qui connait encore son origine ? Qui sait que la perte d’un jour de RTT ou la minute 52 secondes supplémentaires (…) qu’un salarié de la SNCF est supposé travailler chaque jour permet d’abonder le budget de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) ? Ce budget de 2,4 milliards chaque année va pour 2/3 au grand âge et pour 1/3 au secteur du handicap : il contribue aux allocations de solidarité et permet de nombreuses réalisations en direction en particulier des établissements d’accueil des personnes concernées.

Cette « décoloration » apparait de plus en plus dommageable dans ce temps de « transition démographique » où chacun devrait s’imprégner du besoin de solidarité intergénérationnelle. Les écoles sont malheureusement fermées : la journée aurait pu être consacrée à un enseignement adapté à chaque niveau de classe sur le sujet. Des initiatives telles que repas en commun avec les résidents d’un EHPAD, projections de films, débats avec des âgés, activités communes.. auraient pu donner utilement corps à ce lundi de Pentecôte « férié travaillé ».

Il n’en est malheureusement rien. Soixante-dix pour cent des Français ne travaillent pas aujourd’hui et  ce lundi n’est qu’un pont de plus parmi tous ceux du mois de mai. De moins en moins d’allusions dans les médias (pas une ligne par exemple dans Libération ni dans Sud Ouest du jour), aucune manifestation particulière envers les âgés. Peut être aurait-on opportunément pu instituer une fête des grands parents correspondant à ce jour, je ne sais, mais cette indifférence générale est consternante.

Je peux le dire maintenant, j’étais (dans mon temps de Ministre) pour ma part favorable à une deuxième journée de solidarité permettant d’assumer un meilleur financement des établissements d’accueil et permettant d’étendre la loi que j’ai élaborée à ce secteur au lieu de la centrer sur le seul domicile. Cela supposait un très gros effort de pédagogie et l’appui soit des églises (si ce jour avait été une fête religieuse), soit des anciens combattants s’il s’était agi du 8 mai, dont on aurait pu décider qu’après le 70ième anniversaire, il pouvait devenir un jour férié travaillé. Cette perspective n’a pas été retenue mais nous savons qu’une prise en charge plus complète ne pourra se faire qu’au prix d’une recette supplémentaire ou d’un recours à l’assurance privée.

Chacun doit s’interroger sur son choix. Pour ma part, le mien est celui de la solidarité. Les données démographiques (augmentation de la population mondiale, longévité) sont claires : « le XXIe siècle sera celui de la fraternité ou ne sera pas ». Cette parodie d’une citation attribuée à Malraux n’est pas juste : le XXIe siècle sera, mais sans fraternité il sera d’une grande cruauté.

 

 

 

 

 

 

 

 

Interdite, la publicité pour le tabac ?

« Toute publicité, toute promotion en faveur du tabac est interdite ». La loi Evin de 1991 l’affirme, l’article 3511-3 du code de la santé publique aussi et de même la Convention-cadre de la Lutte anti-Tabac (CCLAT) ratifiée par la France en 2004. Sauf que…

Sauf que… Les lois paraissent bien souvent faites pour être contournées,  déviées et l’habileté de ceux qui s’y emploient est proportionnelle à leurs intérêts financiers.

Ceux des industriels du tabac sont considérables, à l’égal de leur cynisme ; l’un et l’autre sans doute assez comparables à ceux des financiers qui organisent l’évasion fiscale.  Pourtant, à dénoncer leurs pièges, on se fait bien souvent agonir d’insultes..

La Ligue contre le Cancer et l’Institut IPSOS ont mené deux études analysant la présence et la valorisation du tabac dans les films français.

La première a analysé 200 films sortis entre 1982 et 2002, choisis pour leur performance en nombre d’entrées. Dans 50% apparait une scène de tabagisme et dans 20% une marque identifiable de produit du tabac.

Une deuxième étude  concerne 180 films sortis entre 2005 et 2010 (nettement après la loi Evin), comptabilisant là aussi le plus grand nombre d’entrées. Ce sont ici 80% des films qui présentent des « événements fumés » et 30 % de ces 180 films présentent 10 événements fumés ou plus.

Pourquoi ces chiffres précis ? Parce que, outre la fréquence des scènes, leur simple augmentation au cours des années démontre que ces scènes ne peuvent être justifiées par le seul intérêt artistique ou historique. En 99 minutes, même des fumeurs intenses ne fument pas 10 fois, non plus que 80% des sujets ne justifient la présence à répétition de la cigarette. Dans les mêmes périodes, le cinéma américain au contraire a réduit le nombre et le temps des scènes de tabagisme dans les films.

Je sais, cher  Jean-Pierre  Mocky, qui avez hurlé des insultes dans mon téléphone après une simple question écrite, c’est désagréable à entendre mais c’est ainsi : le cinéma est un art, mais ce n’est pas l’Art qui pousse nos cinéastes à servir d’écran publicitaire et d’alibi  à des multinationales de ce crime organisé, planifié, assumé qu’est le tabac.

La durée moyenne des « événements tabac » est de 2,4 minutes. Cela peut sembler court mais correspond en réalité à 5 publicités commerciales habituellement projetées à la télévision ou au cinéma. En multipliant par le nombre de séances, de salles, de DVD, de rediffusions télé, on imagine facilement le montant financier que cela représente. Et qui justifie bien des colères, bien des articles effarouchés, scandalisés, offusqués quand quelqu’un ose aborder le sujet.

La marque de cigarettes n’est qu’occasionnellement visible. On ne s’étonnera guère cependant que Marlboro monopolise 65% des apparitions comme elle vient en tête des ventes dans le marché français.

Alors quoi, je veux ‘ »interdire » toute présence de la cigarette au cinéma ? Même pas !

Je veux

- que toute participation financière de l’industrie du tabac à la production d’un film soit publiée et connue du public, selon le principe du « Sunshine Act » dont nous avons voté une déclinaison à l’Assemblée lors de la loi santé; J’ai proposé lors de la loi santé que tout financement par les cigarettiers élimine le financement public. Ceci a été refusé. Il y a encore beaucoup à faire pour que l’on reconnaisse et que  l’on accepte de réduire cette publicité déguisée et cachée.

- qu’une commission de déontologie se prononce sur l’intérêt artistique ou la nécessité historique de scènes de tabagisme ; qu’au contraire elle contre-indique la multiplicité des scènes visant à banaliser la consommation du tabac et à en faire un acte de l’environnement de tous les jours ; ou les scènes identifiant le fait de fumer à la jeunesse, à la beauté, à la minceur et à la séduction. Les jeunes sont les premiers « piègés » par le tabac au cinéma (cf référence donnée en commentaire)

Jean-Pierre Mocky, tous les autres qui aimez cinéma et artistes, souvenez-vous de la toute dernière scène de Yul Brynner, peu avant sa mort d’un cancer pulmonaire. Il avait tenu à être filmé pour un ultime message :

« Now I am gone.. I just tell you :  don’t smoke ! »

 

 

 

 

 

 

Langues étrangères : ce n’est pas au collège mais avant, que tout se joue

L’ambition de la réforme du collège est la bonne. C’est celle qui au début du siècle dernier animait les « hussards noirs de la République » : donner à tous les enfants le maximum possible de chances d’égalité.

Rien n’a changé depuis lors. Les cerveaux à la naissance, s’ils ne sont pas les mêmes, sont égaux en force, en capacité de développement, en devenir. Très vite, ils ne le sont plus tout à fait : le nombre de mots, d’expériences, l’entourage – au sens le plus large : épreuves, nutrition, tendresse..- auxquels ils sont confrontés les place en positions différentes et c’est l’enjeu de l’Ecole de pallier  cette première distribution sur les marches d’un indéfinissable podium.

En tous points, je souscris à cette ambition sans laquelle les fils de paysans pauvres, les enfants des veuves de guerre, les orphelins d’il y a un siècle n’auraient jamais échappé à un destin qui leur paraissait tracé.

L’éducation d’alors avait, comme tous les autres domaines, moins à affronter la globalisation du monde qui complique aujourd’hui infiniment la tâche. Consciente de cela, la Ministre de l’Education et son équipe, ont fait de l’apprentissage des langues un enjeu majeur. Autre ambition à saluer.

Et c’est là pourtant que je m’interroge. L’apprentissage des langues défie la segmentation du système éducatif en « école », « collège », « lycée ». Son agenda, son rythme, est celui du développement hyperbolique du cerveau, pas celui des ministères ni des administrations, quels qu’ils soient.

Chacun de nous connaît des enfants entre 4 à 6 ans qui comprennent plusieurs langues. Ce sont bien souvent les chanceux qui ont deux parents de langue maternelle différente, qu’ils identifient chacun à une langue. Ils tardent quelquefois un peu à parler l’une ou l’autre pour faire « bisquer » l’un des parents, ce qui n’a rien d’anormal même sans se référer à nos bien-aimés psychanalystes, mais ils « possèdent » déjà toutes les bases des deux langues et il suffira de presque rien pour qu’ils les maîtrisent. Et les parlent couramment.

Ce sont aussi les enfants qui parlent une langue à la maison (bien souvent chez nous un dialecte arabe ou une langue européenne de l’est) et qui en apprennent une autre à l’école. Les problèmes sont là quelquefois différents, mais tous ces enfants ont déjà à égalité dans leur cerveau les bases de la possession des deux langues et j’ai été, à plusieurs reprises, « bluffée » que dans les squats les enfant Roms se désignent spontanément comme traducteurs entre leurs parents et moi. Il faudra en effet à l’égard de tous ces enfants des maîtres qu’ils aiment et qui leur soient attentifs, pour qu’ils ne souffrent pas d’un retard de vocabulaire dans la langue scolaire, celle-ci n’étant pas réimprimée à la maison dans toute sa diversité.

Relisez tous les travaux dans ce sens. Les clefs de l’apprentissage « maternel » ou en tout cas « naturel » des langues se situe dans les premières années. Un jeune ou moins jeune adulte qui apprend une langue ne sera jamais aussi à l’aise, aussi fluide, que celui qui en a été imprégné dans son enfance.

Cet enjeu des langues a une importance particulière, j’ose même dire décisive. L’Europe tire sa force (et aussi quelques-unes de ses difficultés..)  de la variété de ses langues et donc de ses cultures. Ce fut un des plus graves maillons manquants du Traité constitutionnel de ne pas dire UN MOT de l’apprentissage des langues « voisines » selon l’expression du linguiste Claude Hagège. Peut-on penser qu’en possédant le seul « espéranto anglais », un jeune puisse se sentir réellement européen ?

Alors quoi ? Jouons l’Europe, jouons le monde ! Jouons cette bénédiction de pouvoir apprendre une langue sans effort  en apprenant à chanter des comptines puis de vraies chansons dans une langue voisine, en commençant dès l’enfance à compter en deux langues, puis, naturellement, en parlant géographie, poésie, vie quotidienne… avec une maîtresse qui parlera cette autre langue dont l’oreille enfantine possède déjà la musique.

Trop cher, trop exigent en « moyens » éducatifs ? Pas forcément. L’ambassadrice d’Allemagne a exprimé la crainte de son pays de voir la « langue de Goethe » de moins en moins enseignée de notre côté du Rhin. Mon inquiétude est la même de voir le français plier l’échine devant la priorité faite à l’anglais dans tous les Länder allemands. Et si nous échangions des enseignants et qu’un nombre égal d’écoles dans les deux pays bénéficie d’institutrices venues du pays voisin ?

Même chose avec les autres pays majeurs de l’Union européenne.

Pas forcement trop cher, mais compliqué. Je l’avoue. Car il faut faire perdurer cet enseignement, cette imprégnation pendant les premières années d’école. Non pas en récitant des déclinaisons, mais en parlant, en échangeant classes, enfants et enseignants. Et alors pourquoi pas anticiper d’un an  l’apprentissage « scolaire » de la langue apprise naturellement ?

Compliqué parce que cela suppose des classes diversement spécialisées. Non, l’allemand n’est pas une langue élitiste, pas plus que l’espagnol ou l’italien. Pas davantage que l’anglais mais qui se situe tout autrement du fait de l’imbibition générale due aux médias et à chacun de nous. Mais cet espéranto anglais n’a rien à voir avec la langue de Shakespeare, avec l’incroyable richesse de son vocabulaire. Certains peuvent choisir qu’elle soit la deuxième « langue maternelle », certains peuvent en choisir une autre et n’en faire, en 5ème, que la troisième. Ce seront peut-être ces derniers qui auront le meilleur atout dans un parcours professionnel européen ou latino-américain. Ou tout simplement chez nous, au contact de salariés d’entreprises étrangères ou de touristes.

Je n’ai jamais eu l’occasion d’interroger Najat, que j’ai en grande amitié et estime, sur sa connaissance d’une de ses deux langues d’origine, non plus que sur celle de ses  jumeaux. Non plus sur son vécu de ce biculturalisme qui est une incroyable richesse. Mais elle ne peut y être insensible.

Notre ambition est l’égalité : donnons à tous les enfants cette chance, cette richesse, ce trésor.

 

 

 

 

 

 

 

 

Disparus ou rappelés, les « morts » ne font pas recette

Toujours curieuse de lire dans les quotidiens les rubriques nécrologiques qui y figurent régulièrement. Non pas tant pour y trouver signe de la disparition de quelque vieux copain ou d’une quelconque célébrité. Mais pour en apprécier la rédaction.

Les quotidiens ont chacun leurs spécialités en la matière. Sans conteste « Le Figaro » rassemble la majorité des « rappels à Dieu ». Les familles qui en expriment le regret ou la douleur, malgré la qualité éminente du rappelant, comptent de nombreux Louis, Thibault, Maximilien ou Constance. Les générations y sont multiples et dans chacune d’elle, la colonne de leurs représentants témoigne d’une fécondité rassurante et d’alliances estimables où particules et titres ne déparent pas.

Moins connotés et largement majoritaires « le décès », moins souvent « la disparition ». La « tristesse » ou la « grande tristesse » figurent en tête des sentiments exprimés. L’ « immense tristesse » et surtout l’ « immense douleur » concernent surtout des disparus avant le grand âge, bien souvent du fait d’une « longue maladie ». La douleur exprimée s’atténue un peu quand le nombre des décennies rend la mort prévisible et permet de se dire « c’est la vie… ».

La mort est rarement exprimée comme telle. Une occurrence ce matin dans la page « Carnet » du Monde. Le défunt travaillait dans le Monde des Lettres et portait le nom de Toussaint, qui n’est pas comme on le croit trop le jour des Morts. Ceci aurait pu expliquer cela.

Cette timidité devant ce mot brutale et terrible de « mort », nous la retrouvons partout. Pas une occurrence dans la loi sur la fin de vie. Cet instant très court, cette « aventure horrible et sâle » mais si brève, nous demeurons très timides à la nommer.

Les morts ne sont pas des morts mais des « défunts » ou des « disparus ». Sans doute est-ce la condition pour que l’on puisse dire, ou même penser, qu’ils « reposent en paix ».

top