m

Liberté de la presse

Qui a aujourd’hui publié la tribune de la CGT et sous quelles conditions, et qui ne l’a pas publiée et avec quelles conséquences ? La presse elle-même nous le dira-t-elle ?

J’ai interrogé un de ces organes de presse qui a préféré que ses ébauches de réponse restent en « off », ce que j’ai bien volontiers accepté, le demandant moi même à l’occasion à des journalistes, qui en majorité le respectent. C’est un sujet qui n’est pas léger. La liberté de la presse -et plus généralement la liberté d’expression- est une des colonnes fortes de notre démocratie. On connait la citation : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous puissiez le dire ». Voltaire n’a pas moins raison aujourd’hui qu’en son temps.

Cette liberté de la presse et de l’ensemble des médias n’est pas qu’envers le Gouvernement ni envers quelque puissant baron régional. Les liens forts et obligés de la presse avec les syndicats doivent aussi être interrogés. Je suis sûre que plus d’un journaliste aujourd’hui comme moi s’interroge.

Un plaisant « post » du journaliste @benoitlasserre sur Facebook rend compte de cette interrogation et de sa complexité. C’est à la presse elle même de dire et de faire savoir. Nous jouons à front renversé : ce sont aujourd’hui les élus qui font l’interview.

Des preuves d’amour

Le Monde en date du 21 mai, sous le titre très lourd « le chef désarmé », évoque les difficultés des quatre premières années du quinquennat. Exercice difficile pour les anciens Ministres qui ont été interrogés et qui ont, me semble-t-il, assez bien réussi à montrer qu’ils se situaient davantage dans la réflexion collective que dans le regret personnel.

D’un long entretien avec Thomas Wieder qui était plus un échange qu’une interview, il a retenu cette expression « à un électorat, il faut donner des preuves d’amour ».

Expression qui ne paraît pas relever du vocabulaire politique. Et pourtant, dans les deux années de mon ministère, je l’ai perçu ainsi. Le mal-nommé « ministère des personnes âgées et de l’autonomie » a en réalité un double versant : l’enjeu considérable de la transition démographique (30 ans d’espérance de vie à la retraite pour 30% de la population) et celui du grand âge. Les deux bien sûr mêlés : les jeunes retraités s’occupant massivement de leurs vieux parents.

A ceux-là nous avons donné quelques preuves d’amour (augmentation de l’APA, droit aux répit des aidants) mais nous en avons si bien dilué dans le temps leur application, qui ne sera toujours pas complète à la fin du quinquennat, que les signes en sont demeurés inapparents. Mais pour un groupe, ils ont été de toute manière insuffisants.

Ce groupe, c’est celui des retraités pauvres. Moins nombreux qu’il y a cinquante ans, et peut-être moins nombreux que dans cinquante autres. Mais, malgré cela, comptant pour 15% des retraités. Carrières incomplètes, femmes (épouses souvent) employées sans cotiser, métiers à faible salaire, qui aujourd’hui doivent vivre avec beaucoup moins que le SMIC. « Ma » loi leur apportait une aide réelle en cas de perte d’autonomie vécue au domicile, mais au-delà de cela, nos signes en leur direction ont été trop faibles.

Avancer vers la mort en état de pauvreté a pour moi quelque chose d’infiniment déchirant. Les âgés sans ressources ne peuvent attendre quelque chose de rien ni de personne que de l’Etat. Pas de »petits boulots » à faire en complément, pas de « père noël » venant d’aucune part, pas d’avancement ou de progression à l’horizon. Rien que l’Etat lui-même, sa compréhension et sa prise en compte de leur situation.

Une histoire infime a modifié ma conscience politique. Dans la rue, à Bordeaux, une femme que j’avais vaguement connue des années auparavant, m’a accostée. « Bien mise » malgré la difficulté où elle était, « sachant se tenir » comme on disait autrefois des pauvres qui gardaient dignité, contenance et apparence à force de courage, elle m’a saluée et nous avons entrepris une courte conversation. La plainte n’est pas venue sous cette forme mais comme une anecdote dans le récit : « vous voyez, avant, j’allais au salon de thé, retrouver des amies. C’était ma seule sortie. Eh bien, je ne peux plus : le salon de thé est trop cher, pourtant c’est ça que j’aimais ».

Comme on dit encore, cette femme avait travaillé, peiné, au dehors comme pour sa famille. Est-il possible quand la solitude vient, de ne plus pouvoir même s’offrir cette modeste sortie, qui permet de s’habiller, qui rythme journée et agenda, qui correspond à un infime luxe ?

Un an, pour donner cette « preuve d’amour »et d’autres, à ceux qui attendent tant de nous.

 

Tabac : premières victoires

Voilà au moins un motif d’optimisme : la lutte contre le tabac avance ! Et nous aurons le 20 mai (mise en circulation du paquet neutre) et le 31 (journée mondiale sans tabac) des motifs très concrets d’optimisme.

Le paquet neutre d’abord : voté à deux voix près à l’Assemblée, après un gros effort de mobilisation des députés et des associations, il gagne aujourd’hui du terrain et personne ne reviendra sur cette mesure malgré les déclarations électoralistes des candidats de droite aux primaires (Sarkozy et Juppé). En France d’abord où on va le trouver dans les bureaux de tabac dès le 20 mai (avec 6 mois où les buralistes pourront écouler leurs stocks). Mais aussi en dehors d’elle puisqu’il est adopté au Royaume Uni et en Irlande et arrive en discussion en Belgique et en Allemagne, ceci en plus de l’Australie où la consommation n’a jamais été aussi basse, chez les adultes (15% de fumeurs) et chez les très jeunes.

La convention cadre de l’OMS (CCLAT) a été ratifiée par 171 pays, le protocole OMS issu de cette convention a été ratifié par 16 pays, il en faut 40 pour qu’il soit universalisé mais nous progressons presque chaque mois malgré la pression sur les États . Il est essentiel car il contient des mesures fortes de lutte contre le commerce illicite, arme de pression des cigarettiers . La directive européenne 2014 « sur la fabrication, la présentation et la vente des produits du tabac »est transposée aujourd’hui en France par une ordonnance de la Ministre de la santé.

La Ministre de la santé, Marisol Touraine, a inclus dans cette ordonnance plusieurs mesures très positives. Tout d’abord la réalisation annuellement d’une manifestation « Moi(s) sans tabac » sur le modèle du « StopTober » britannique . Cette opération d’envergure aura lieu chaque mois de novembre; elle sera précédée par une campagne incitant à l’arrêt du tabac et suivie d’une opération de soutien à l’arrêt. Associations et établissements de santé y participeront sous la direction territoriale des Agences Régionales de Santé, et la direction nationale de la nouvelle Agence de Santé Publique.

La traçabilité relève pour l’instant d’une disposition transitoire dans l’attente d’une généralisation européenne des mécanismes d’identification et de traçage.

Enfin, le fond de prévention prévu dans la Plan National de Réduction du Tabagisme voit un début substantiel de concrétisation, à hauteur de 32 millions d’euros. Il s’agit pour cette année d’un redéploiement de crédits. Un financement pérenne, basé sur une taxe sur profits des cigarettiers selon le principe « pollueur-payeur » devra secondairement être mis en place. Notre souhait est que le montant final parvienne à ce qui est unanimement considéré comme le seuil décisif  d’efficacité de la prévention : 1 euro par habitant (soit 66 millions pour la France). Les associations autour de l’Alliance contre le tabac dont je suis présidente seront particulièrement vigilantes à ces deux derniers points (traçabilité des produits, indépendante des cigarettiers et si possible publique, et fond de prévention à hauteur d’efficacité).

Rappelons que gain de cause a été obtenu pour la suppression des « coins fumoirs » dans les lycées. Une circulaire écrite devrait le préciser à court délai. Deux mesures restent à obtenir : la possibilité d’une action de groupe pour les victimes du tabac et leur famille (je vais une fois de plus présenter un amendement dans le cadre de la loi justice du XXIème siècle) et l’augmentation significative du prix du paquet, le fameux « paquet à 10 euros » dont j’ai lancé l’idée et espère voir au plus vite la concrétisation car atteindre un seuil symbolique (ici 10 euros) est un gage d’efficacité.

La bataille n’est pas encore gagnée. Mais chaque marche est aujourd’hui montante en France grâce à l’engagement de notre Gouvernement. C’est le cas aussi en Europe : les mesures concrètes sont aujourd’hui plus limitées en raison des intérêts financiers majeurs de pays comme le Luxembourg, mais l’opinion publique bascule et finira par gagner la partie contre les tanks sherman du lobbyisme auprès des institutions européennes.

Juppé : bonnes paroles et ordonnances

J’espère que la triple page du journal Sud-ouest consacrée à Alain Juppé le 15 mai sera l’objet d’une lecture de texte à sciences-po. Elle est un exemple peu égalé du langage politique et de la raison pour laquelle les Français perdent confiance.

Premier exemple : Alain Juppé supprimera(it) 250 000 emplois dans la fonction publique. Le journaliste ne relève pas le lien discutable avec la baisse du chômage mais il l’interroge clairement « Dans quelles administrations supprimerez-vous ces postes ». Réponse : « Il faut les maintenir dans l’éducation, la police, l’armée, la magistrature« . Voilà une réponse qui amène un certain consensus mais qui va à l’inverse de la question posée. Le lecteur est obligé de faire l’effort de la réflexion : quelles sont les administrations, hors ces quatre-là,  qui sont alors exposées ? La santé en tout premier lieu qui est aujourd’hui à la limite des efforts possibles, le secteur social (RSA, handicap, grand âge, allocations chômages), les collectivités territoriales telles que celles que dirige actuellement le Maire de Bordeaux (et où il n’arrête de dénoncer la baisse des subventions de l’Etat), la recherche… Si  Alain Juppé avait répondu à la question autrement qu’a contrario, il aurait sûrement rallié assez peu d’approbation. Notre modèle social, avec 100 milliards d’économies comme il le propose, et la suppression de 250 000 postes, sera totalement explosé. Merci qui ?

Autre question « Pourriez vous associer la gauche à votre quinquennat ? ». La réponse mérite une fois encore le grand prix de l’esquive : « Je défendrai un projet et un discours de rassemblement« (suit un bla-bla sur la situation en 2002..). L’exemple précédemment donné montre que le projet ne rassemblera qu’une droite bien de droite. Quant au discours, imaginez-vous un candidat qui répondrait « Je défendrai un discours de division » ? ..

Nouvel exemple : « Mes propositions sur l’économie sont toutes très bien accueillies. Sauf une, (la suppression de) l’impôt sur la fortune ». Alors là, cher Alain Juppé, il faut voir du monde : de tous ceux qui ont réussi à décrypter votre langage subliminal, je n’en ai pas rencontré un qui approuve ces propositions. Mais quelques-uns  se sont laissés piéger par votre manière de dire sans dire, ou par la lénifiance du titre de Sud-ouest: « L‘injustice sociale, c’est le chômage » avec lequel on ne peut qu’être d’accord ; mais à cette injustice sociale cardinale, répondrez-vous par une élévation des allocations chômage ? Eh bien, pour ma part, je prends le pari : comme vous voulez baisser les charges sur les entreprises et faire 100 milliards d’économies, vous les baisserez et/ou vous les écourterez. Fromage et dessert pour les chômeurs et, en prime -je parie encore-, une moindre prise en charge de leur santé. « Si on explique, on peut réformer » dites-vous. Seulement voilà, vous vous gardez bien d’expliquer.

J’ai gardé le meilleur pour la fin : toutes ces bonnes nouvelles qu’il nous cache à demi, il les fera passer dans les six premiers mois par ordonnance. Une « ordonnance » dit comme ça, ça n’a pas l’air méchant, c’est même ce qu’un médecin vous remet dans le but de vous guérir. En politique, c’est un poiluchon plus brutal : c’est légiférer sans vote du Parlement. Celui-ci n’est consulté qu’une fois pour habiliter le pouvoir exécutif à agir sans son intervention pendant un temps limité, mais pour autant de mesures qu’il en décide. Une sorte de 49 -3 en salves mais sans motion de censure, c’est à dire sans engager la responsabilité du gouvernement. En un mot, retraite à 65 ans, coupes sur la dépense publique, suppression de 250 000 postes de fonctionnaires, réduction prévisible du budget de la sécurité sociale, suppression de l’ISF, baisse de la fiscalité des (seules) entreprises, régime général de retraites pour les fonctionnaires… Tout cela mis en place dans les six premiers mois…

Un été meurtrier, en face duquel il ne restera(it) que la rue.

 

Harcèlement

Oserai-je aller à contre-courant sur un sujet aussi sensible et aussi médiatique que le harcèlement ? Il me semble que nous nous américanisons, peut-être à l’excès, sur la dénonciation et la sanction de « propos graveleux » ou de gestes  pas forcément attentatoires à la dignité humaine.

Ma génération de « boomeuses » ayant « fait 68 » a conquis son émancipation et conserve une volonté forte d’autonomie et de défense de soi-même par soi-même. Aurais-je reçu un mail (il n’y en avait pas encore) équivoque, subi une remarque déplacée, la remise en place aurait été immédiate et définitive. En tout cas pas question pour moi, ni hier, ni aujourd’hui dans des limites bien précises d’absence de toute violence, de « dénoncer » le goujat et de mettre les faits sur la place publique.

Omertà coupable ou refus de la victimisation des femmes, chacun aura de cette attitude la lecture qu’il souhaite. Je répète que j’exclus de ce recours à la seule auto-défense tous les actes comportant une véritable violence physique. De même ceux que pourraient subir une femme en « fragilité hiérarchique » vis-à-vis de son supérieur. Là, la plainte est nécessaire pour démontrer le refus, le rejet et le dégoût de toute promotion, subordination comme de tout déclassement reposant sur des arguments sexuels. Cela va au-delà même, on l’aura compris, du sujet du harcèlement.

Une de mes correspondantes sur twitter, dont j’estime les remarques et les questions, m’interroge : dans l’affaire qui occupe aujourd’hui les médias, auriez-vous dénoncé les faits ? La réponse demande plus de 140 signes:

  • Je n’aurais en aucun cas dénoncé quelque chose que j’aurais appris par le buzz interne de l’Assemblée. Le tam-tam couloir y est intense et pas toujours appuyé sur le béton de la vérité.
  • Apprendrais-je cependant un fait digne de foi, je m’adresserais à la femme victime pour confirmation et l’inciterais à porter plainte.
  • Aurais-je constaté moi-même un fait, j’appuierais en premier lieu là encore la victime pour qu’elle agisse. En accord avec elle, si les personnes étaient liées à mon groupe politique, j’en informerais le président de ce groupe pour que lui aussi la soutienne dans ses démarches.

On le comprend, la délation n’est pas mon fort. La dénonciation est autre chose mais elle demande la certitude et doit être faite en priorité par la victime, ou en lien avec elle quand celle ci craint une mesure de rétorsion de la part de l’agresseur.

Ce sujet est en effet très sensible. Ma volonté est que par souci de défendre les victimes de toute forme de harcèlement, on ne les affaiblisse dans leur autorité propre et on ne les place de fait en infériorité en face des hommes. N’oublions pas cependant qu’agresseurs et agressés peuvent être de même sexe et que la même attention doit être apportée à toute forme d’actes qui implicitement suppose une subordination.

N’oublions pas non plus que le mot « harcèlement » suppose la répétition et même la fréquence de cette répétition et dans ce cas, même de simples propos ou des gestes anodins, sont en effet condamnables.