m

Réforme de la Légion d’honneur : le mérite ni la vertu ne commencent aujourd’hui

Il y a dans la communication qui entoure certaines mesures d’Emmanuel Macron une atmosphère de mépris qui est très désagréable. J’ai ainsi été choquée du tweet d’une députée LREM de la Gironde à propos de la « réforme » de la légion d’honneur : « On ne l’obtiendra plus par copinage mais uniquement par mérite. 50% de lauréats en moins dès l’année prochaine ».

Outre que les « distingués dans l’Ordre de la Légion d’honneur » ne sont pas des « lauréats », pas plus que la légion elle-même n’est un concours dont on régule le taux d’admission, ce tweet signifie mathématiquement que 50% des décorés l’ont été par copinage. Merci pour eux. Et merci pour les gouvernements antérieurs qui se sont conduit bien légèrement.

Pour ma part dans mon temps de Ministre, j’ai proposé , obtenu et/ou remis, très peu de légions d’honneur. Ce fut toujours à des personnes qui méritaient cette distinction par leur engagement durable pour la cause de l’âge et de la vulnérabilité. Une seule de mes propositions concernait une personne ayant une forte notoriété : il s’agit de Roselyne Bachelot et ceci pour l’énergie qu’elle a mise à pouvoir réaliser ce qu’on appelait alors « la réforme de la dépendance ». Ministre elle-même à ce moment, elle fit avec énergie et enthousiasme un vrai tour de France de concertation et de mobilisation. Hélas, en dernière heure, le Président Sarkozy préféra réduire la TVA des restaurateurs. Cela avait le même impact sur la dépense publique : la différence est que la baisse de la TVA n’a servi à rien et que la « réforme de la dépendance », telle que Roselyne l’envisageait, eût amélioré la vie d’à peu près toutes les familles françaises.

Roselyne n’était pas ma « copine », ni aucun de ceux que j’ai proposé, mais ils avaient tous ce mérite que le Président de la République réclame aujourd’hui. Certains Députés s’expriment un peu hâtivement : la vertu, ni le monde lui-même ne commencent avec eux.

Le temps des cimetières

Le temps des cimetières, du souvenir, du poids du temps déjà passé.. Mais ce n’est pas de cela que je veux écrire, mais de la minéralité de nos cimetières alors que nous sommes tous ou presque désireux de végétaliser la ville et de la repeindre aux couleurs de la nature.

Pierres tombales, petites chapelles, monuments orgueilleux.. Nos cimetières ne célèbrent pas cette symbiose entre la mort, la nature, la re-naissance, que la conscience universelle traduit en formules philosophiques, religieuses ou en simples mots (inhumation, enterrement..).

Certes, le temps du jour des morts et de la Toussaint voit refleurir les tombes. Mais les fleurs en pot, que le premier froid, le premier grand vent, abattra, montre bien la brièveté de cette floraison, son caractère circonstanciel, alors que c’est l’éternité de la nature qu’il faudrait célébrer. Les cimetières allemands sont de ce point de vue tellement plus éloquents et j’ose dire plus rassurants : fleurs en terre, arbustes se penchant sur de sobres pierres tombales dressées comme de minuscules menhirs au lieu de ces couvercles pesants dont nous couvrons les tombes pour être bien sûrs que les défunts ne s’en échapperont pas. Point d’oiseaux, point de saisons, point de vie dans nos cimetières, alors que c’est l’éternité du souvenir et la continuité de la vie au travers des générations que nous allons y chercher.

A Bordeaux, j’exprimerai en conseil municipal, ce souhait partagé de voir plus de vert entourer les défunts, réchauffer les voies qui nous font circuler entre eux ; plus d’oiseaux accompagner les paroles que nous leur disons en silence.. Et dans le bref espace laissé entre les tombes, des herbes vivaces apporter témoignage que la vie est toujours la plus forte.

La vulnérabilité, enjeu politique déterminant

C’est pour moi une inquiétude littéralement essentielle que la prise en compte de la vulnérabilité dans l’action politique.
Nous partageons aujourd’hui à la fois un grand défi et une immense chance, ceux de la longévité. Celle-ci implique qu’un nombre toujours plus grand d’entre nous abordera au champ du grand âge et de la moindre autonomie.
Voilà qui concerne au premier chef la politique : quelle place pour les personnes hors de l’activité, quel soutien pour celles en état de fragilité (l’un et l’autre représentant 14 millions de Français) ?
 
Aujourd’hui, vient d’être nommée présidente de la Caisse Nationale pour la Solidarité et l’Autonomie (CNSA), ma « collègue ex ministre », Marie-Anne Montchamp, fervente soutien de l’assurance privée envers la perte d’autonomie. Hors de ce sujet qui nous sépare, nos relations et nos débat furent toujours cordiaux et respectueux et je la salue au passage.
 
L’assurance privée est plus coûteuse et plus aléatoire que l’assurance publique que représente la Sécurité Sociale. Est-ce à dire que c’est aujourd’hui le choix du gouvernement ?
Après la décision de ce même gouvernement de ne pas nommer de Ministre des personnes âgées, que devons nous penser ou craindre de ce nouveau signe politique ?
 
Dans ce domaine surtout, je ne me suis jamais située dans le manichéisme. Examinons ce qui sera fait en face de la détresse de nombre d’ EHPAD et de leur personnel. Soyons vigilants sur l’utilisation des finances de la CNSA. Et espérons que cet enjeu humain et politique majeurissime soit défendu et relevé.
 

« Mon ennemi, c’est la finance ! »

En matière de santé, pas de doute, l’ennemi c’est bien la finance. Nous sommes aujourd’hui en train de faire exploser les progrès médicaux du siècle dernier par des addictions et des maladies comportementales qui sont pour une très grande part causées par des groupes financiers cyniques qui sacrifient des générations de jeunes gens sur l’autel de leurs bénéfices.

En tête de peloton: les cigarettiers et les alcooliers. Parlons ici des seconds, à la lumière de plusieurs publications alarmantes*.

Ce sont aujourd’hui 6% des élèves de 11 ans et 41% des élèves de 15 ans qui déclarent avoir été ivres au moins une fois dans le cours de leur vie. Parmi les ados de 17 ans, ils sont 58,9% à avoir été ivres, dont 25,3% plus de trois fois pendant la dernière année.

Ces états d’ivresse découlent de la pratique de plus en plus fréquente du « binge drinking » (« biture express » ou « défonce alcoolique ») et, grossièrement, plus de la moitié des jeunes avouent s’y adonner, et pour la plupart, continuer à le faire ; avec pour conséquences à court terme des difficultés de concentration et des troubles de l’attention et de la mémoire. Les effets à long terme seront d’autant plus graves que l’alcoolisation a débuté tôt.

Même gravité pour le tabac, et derrière, finalement, la même cause : des puissances financières considérables et d’un cynisme à la mesure de leurs moyens ; des Etats et leurs banques qui ne méprisent pas le fait d’abriter ces puissances financières et, à l’occasion, de les protéger ou de les favoriser. Et bien sûr, des lobbies puissants et des stratégies de communication visant volontiers le public vulnérable des jeunes (par exemple par le biais du cinéma).

« Mon ennemi -notre ennemi- c’est la finance », en matière de santé, et il faut l’expliquer : les jeunes qui pensent s’émanciper en fumant ou en buvant tombent dans les rets d’un pouvoir économique qu’ils contestent par ailleurs,  les « libertaires » qui traitent d’ « hygiénistes » ceux qui dénoncent ces pratiques font le jeu de ces mêmes financiers. Et, toujours davantage, ce qui était un  comportement à risque devient une addiction, cette addiction se propage de manière épidémique (et en premier lieu, parmi les jeunes) et nous nous trouvons aujourd’hui en face de « pandémies financières » qui touchent à des degrés divers tous les pays et contre lesquelles nous butons.

*Amine Benyamia et Marie Pierre Simatier « Comment l’alcool détruit la jeunesse », ed. Albin Michel; Martine Daoust, Mickael Naassilia « Prévention de l’alcoolisme, l’Ecole doit se réveiller ».  Tribune dans « Le Monde », suppl. Science et médecine, 19 octobre 2017

 

Certains y voient la vierge et d’autres le démon..

Jean-Luc Mélenchon a vu la vierge dans le drapeau européen et a demandé pour cela sa suppression des estrades. Bien qu’un peu tardive, JLM ayant été député européen, cette révélation témoigne d’une spiritualité exigeante et ouverte à toutes les clartés, ce qui ne doit jamais manquer d’être salué.

De spiritualité, non plus que de symbolisme, on ne discute point. Un mien ami, au demeurant très spirituel et trouvant en toute chose une dose salvatrice de dérision, voyait dans tous les panneaux routiers triangulaires une allusion au sexe de la femme et appelait pour cela à les supprimer radicalement du bord des routes.

A la suite de JL Mélenchon, cette même radicalité se porte aujourd’hui sur la question de la laïcité. Selon @le_gofira (site moins connu mais également impartial que son presque homonyme), c’est aujourd’hui plusieurs députés d’opposition, pas les mêmes, qui s’élèvent au Parlement contre les sous-entendus maçonniques du panneau « Attention Ecole ». Sa forme triangulaire, déjà dénoncée de longue date par mon ami, associée à des silhouettes d’enfants, serait insidieusement propre à influencer de jeunes cerveaux et à les détourner de l’enseignement confessionnel, voire à les conduire à dénier les racines chrétiennes de la France.

Les uns voient la vierge, les autres le diable, les troisièmes ne voient rien. D’autres enfin, comme Vaclav Havel ne voient dans le drapeau européen, comme dans l’hymne européen, que la capacité des hommes à s’unir et, à l’occasion, à regarder les étoiles.