m

Michèle DELAUNAY attire l’attention de Madame la Ministre de l’Education nationale sur le manque de sommeil des adolescents et les troubles liés.

La période de l’adolescence est synonyme de changements majeurs physiques, affectifs et sociaux. Des études montrent que la quantité de sommeil lent profond diminue de 35 % au profit d’un sommeil plus léger à partir de 13 ans. Ce sommeil plus léger s’accompagne de difficultés d’endormissement. Ce phénomène naturel est accentué par des habitudes sociales qui incitent l’adolescent à veiller aggravant ainsi ses difficultés de sommeil. Il dispose en effet de nombreuses activités qui entrent en conflit avec son sommeil : visionner des films sur ordinateur, discuter sur les réseaux sociaux ou son smart-phone avec ses amis, jouer en ligne, écouter de la musique…

Ainsi, près de 30 % des 15-19 ans sont en dette de sommeil et à 15 ans, 25 % des adolescents dorment moins de sept heures par nuit alors même qu’ils devraient en moyenne dormir neuf heures trente pour être en forme. Ainsi, ils sont nombreux à déclarer somnoler dans la journée voire à dormir pendant les pauses ou les cours.

Pourtant, c’est durant cette période que le sommeil est considéré comme essentiel pour l’apprentissage, l’acquisition des connaissances, l’équilibre physique et psychologique. Le manque de sommeil a de nombreuses conséquences néfastes telles que fatigue, irritabilité, somnolence, difficultés de concentration mais aussi en termes de santé : baisse des défenses immunitaires, risque d’obésité, de diabète, de dépression… Or, souvent, les adolescents négligeant leur sommeil sont mal ou peu informés sur les risques et les troubles causés par ce déficit.

Face à ces constats, Madame Michèle DELAUNAY demande donc à Madame la Ministre de l’Education nationale si le Gouvernement envisage de mettre en place des campagnes d’information et de sensibilisation sur les risques liés au manque de sommeil au sein des établissements scolaires publics ou sous contrat avec l’Etat fréquentés par les adolescents.

Comments 1 commentaire

  1. 12/07/2023 at 16:41 beaux reves

    Tout d’abord, permettez-moi de vous exprimer ma gratitude pour cet article éclairant. Votre plume incisive et votre capacité à aborder un sujet aussi complexe avec une telle clarté sont vraiment admirables. Le souci du détail dont vous faites preuve est indéniablement la marque d’une véritable expertise.

    Passant en revue votre texte, on note un angle particulier que vous adoptez pour traiter de l’éducation et du sommeil des adolescents, une thématique habituellement négligée, mais si cruciale. Vous avez le mérite d’avoir su tisser une toile fascinante, réunissant des arguments solidement construits et des faits concrets pour mettre en lumière l’importance cruciale du sommeil pour le développement de nos jeunes. Il est rafraîchissant de voir comment vous avez su apporter une perspective nouvelle à ce sujet.

    Toutefois, une question me taraude. Vous avez largement souligné l’impact du sommeil insuffisant sur les performances scolaires des adolescents, mais qu’en est-il des solutions potentielles ? Quels sont, selon vous, les moyens efficaces d’améliorer les habitudes de sommeil de nos adolescents ? Serait-ce par des changements institutionnels tels que l’adaptation des horaires scolaires, ou plutôt par des modifications à la maison, comme limiter l’exposition aux écrans avant le coucher ?

    Dans l’attente de vos précieux éclaircissements, je vous adresse mes cordiales salutations.

    Bien à vous,

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel