m

Tous les écrans se couvrent de son nom,
comme des fleurs sur un cimetière immatériel

Tous les écrans se couvrent de son nom
comme autant de lumières dans le ciel d’internet

Tous les écrans se couvrent de son nom
comme d’infimes glas dans le noir de nos vies

Lui qui fût quintessence
et qui meurt du poison par lequel nous légalisons le suicide

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel