m

Une maison mauriacienne, secrête, silencieuse et fraîche dans la touffeur générale. Deux fois mauriacienne, puisque je me mets à ma table de travail, volets demi-fermés, avec cette impression un peu étrange que nous ne sommes pas si nombreux à nous refermer ainsi sur « nos chères études ».

Pour moi, le temps d’étudiant est bien loin, mais il me semble ne l’avoir jamais tout à fait quitté, vivant depuis toujours dans l’urgence d’une tâche, de quelque chose à faire qui doit être fait. Je n’ose pas dire d’une « mission », ni même d’un « devoir » puisque moi seule les ai jamais posé comme tels.

A côté de moi -j’y reviens- la tribune d’Edgar Morin, née sans doute, à près de 90 ans, sans autre urgence que celle que l’on se donne, d’un sentiment voisin du mien et de la même attente.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel