m

S’il n’y a aucun lien entre l’ « extradition » de l’assassin de Chapour Bakhtiar, ancien premier ministre du Shah d’Iran, et la libération de Clotilde Reiss, il faut en avoir une couche épaisse de les faire coïncider au jour près.

Et même, ce qui ne peut être autrement, s’il y a un lien, un brin de stratégie aurait conseillé quelques jours d’écart.

Comme quoi on peut être lourdement menteur et gravement innocent.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel