m

Première mi-temps de matinée avec Emmanuelle Ajon, deuxième mi-temps avec Florence Lamarque, toutes deux candidates sur la liste d’Alain Rousset.

Dans notre tournée des bureaux de vote, une surprise : la mairie de quartier du Grand Parc, traditionnel lieu de vote de ce grand quartier depuis sa création, était fermée et les bureaux de vote relégués à l’école maternelle Condorcet, moins visible, moins accessible et surtout moins légitimement destinée à cette fonction.

La question est aussitôt apparue : à quoi servent donc les mairies de quartiers ? Non seulement les « historiques », comme Caudéran ou le Grand Parc, mais celles qui ont été nouvellement crées à des fins d’élections cantonales par le Maire de Bordeaux ?

C’est simple : à fournir un QG électoral aux futurs candidats aux cantonales. Le Grand Parc est de ce point de vue un exemple. Trois pièces y ont été aménagées pour le staff de l’adjointe de quartier et son bureau. Et c’est pour cela qu’en dernière heure, sans que personne n’en soit averti (sauf les destinataires du phoning municipal particulièrement intense ces derniers jours pour envoyer au vote les « bons » électeurs), les urnes ont été déplacées dans l’école maternelle Condorcet.

Les autres, les « mauvais » électeurs, se sont retrouvés devant la Mairie, prêts à repartir, devant un tout petit panneau leur indiquant, sans le moindre plan, que le vote n’avait pas lieu là.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel