m

Plus fort que le mystère de la chambre jaune, le mystère de la place rose…

Le 3 septembre nous avons mis à profit notre célébration du cent-cinquantenaire de la naissance de Jaurès pour faire une proposition au Maire de Bordeaux : installer sur cette place une plaque de bronze, comme celle qui apprend aux Bordelais les noms illustres de leurs maires (le dernier inclus) devant le palais Rohan, ou encore y édifier un buste.

Cette dernière proposition sera d’autant plus facile à concrétiser qu’un buste de Jean Jaurès a déjà existé sur cette place. Quelle main malencontreuse (ou plutôt : quel maire ?) l’a placardisé ? Premier mystère.

Philippe Dorthe, du temps où il était conseiller municipal, avait déjà soulevé ce mystère et recherché où pouvait bien avoir été caché le buste du grand homme. Nulle réponse ferme. Un mystère à la fois épais et ump entoure la destination de la pièce. Les plus raisonnables évoquent les réserves du musée d’Aquitaine. Les plus facétieux imaginent que c’est Sarkozy lui-même qui à l’époque de son meeting jaurésien en a réclamé le prêt pour sa chambre à coucher…

Toutes les supputations sont ouvertes. Alors que notre groupe d’une quarantaine grossissait et s’enflait de passants, les élus municipaux se sont engagés à questionner le Maire et à réclamer le retour de Jaurès sur sa place ouverte sur le grand large du fleuve, si belle avant hier sous le soleil juste qui était revenu à temps pour notre réunion.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel