m

Il s’est élargi, complété de préoccupations sociales majeures, complexifié quelquefois avec l’émergence de nouvelles données sociétales, mais il n’a jamais été aussi nécessaire.

Tout à l’heure, lors de la séance de clôture de l’Université d’été du planning familial que nous accueillions dans les beaux nouveaux locaux du Conseil général de la Gironde, la preuve a été donnée qu’il était aussi très vivace. Quelle réunion politique peut se prévaloir de la diversité générationnelle, de la passion, de la vivacité des débats qui se déroulés pendant deux jours à Bordeaux ?

Je n’aborderai ici qu’un point qui a fait l’objet d’une de mes dernières interpellations écrites au gouvernement : le machisme scolaire.

Nombreux sont les enseignants, de tous niveaux scolaires, à témoigner de la montée en puissance des attitudes et des propos discriminatoires, méprisants, visant à humilier et à abaisser, à l’encontre des jeunes filles. On n’en parle peu, on ne prend guère en haut lieu de mesures éducatives à leur encontre.

Pourtant il suffit de si peu : un propos humiliant qui n’est pas relevé, redressé, puni, peut laisser une trace indélébile chez la fille, et un sentiment d’impunité, voire une certitude d’avoir raison qui fera son chemin délétère et s’amplifiera chez le garçon.

Cela vient aggraver la guerre qui est faite dans les quartiers, dans certains établissements, aux filles qui s’aventurent à porter une jupe. Le pantalon a été pendant plusieurs décennies le signe de l’émancipation, la jupe deviendra-t-elle pour les féministes en herbe un signe de résistance au machisme ordinaire et extraordinaire ?

Ne soyons pas pour autant manichéens. L’excès inverse existe. Un adolescent, partout dans le monde, est un adolescent et des tenues provocantes de la part des filles méritent quelques explications de la part des enseignants. Mais ce problème est à l’heure actuelle loin d’être le plus préoccupant.

Si UNE PART du chemin de l’égalité des sexes a été faite pour les femmes socialement et culturellement favorisées, partout on constate que dans les milieux socialement plus fragiles une aggravation des ségrégations et des contraintes à l’égard des filles et des femmes. Jamais le constat « ce qui est bon pour les femmes est bon pour la société toute entière » n’a été aussi justifié.

Jamais nous n’avons mesuré avec autant d’acuité que le combat pour l’égalité des sexes est d’abord un combat pour l’égalité tout court.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel