m

Nous sommes avec Alain (Juppé) des amis d’Hossegor, aimable village des Landes doué d’une double qualité : affronter l’océan de plein fouet et bénéficier du calme lénifiant d’un lac marin.

Disons-le, sans en tirer de conséquences politiques susceptibles d’ébranler la planète : Alain est ami et riverain du lac quand je lui préfère et de beaucoup la sauvagerie multi-séculaire de l’océan.

La preuve de cette différence d’option et de choix fondamentaux est définitivement administrée dans une comparaison osée de l’Hossegorois lacustre : « Nicolas Sarkozy est une vague puissante » quand « Hollande est un galet qui s’use ».

Pourquoi pas ? Je me suis amusée déjà que Juppé ait vu à Marseille un « Sarkozy déclarant son amour à la France » quand son ancienne ministre Corinne Lepage voyait « une déclaration pleine de violence ».

Deux conceptions de l’amour sans doute.

Je reviens à vague et galets. Pourquoi pas cette comparaison, après tout ? J’irais presque jusqu’à la légitimer en connaisseuse ancienne de l’océan et des galets qu’il charrie dont je ne résiste pas à ramener à chaque promenade quelque exemplaire dans ma besace.

La vague, quelquefois spectaculaire, retombe et s’écrase en quelques secondes. Le galet met des décennies, voire des siècles à s’user.

Dans le domaine qui nous occupe, je préfère un Président durable.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel