m

Forum social, hier au Hangar 14 à Bordeaux. Rencontre en apparence assez détendue, où chacun peut parler, intervenir, interroger ; et l’occasion de beaucoup d’appartés toujours positifs.

Le Conseil Général était un partenaire actif de la manifestation : il ne lui pas été laissé par la Municipalité de Bordeaux une place en proportion de son rôle dans ce domaine à Bordeaux et on ne peut que le regretter. La politique est toujours meilleure quand elle est pratiquée avec un peu de hauteur de vue.

C’est pourtant d’un moment assez drôle que je veux parler : le débat final. Sur le plateau, comme d’hab, un seul acteur politique : le Maire de Bordeaux. Comme trame du débat : le jeune agenda 21 de la ville de Bordeaux, plus fort de proclamations que d’ébauches de réalisations. Pas un mot, comme d’hab aussi, de l’agenda 21 du Conseil Général qui vient pourtant d’être primé par le Ministère de l’environnement.

Autour d’Alain Juppé, Corinne Lepage, députée européenne et présidente de CAP21, mais aussi ancienne ministre du lointain gouvernement Juppé dont elle fût une jupette plus durable que les autres -voilà qui garantissait un débat raisonnablement obédient- ; Pierre Saglio, Président d’ATD Quart monde et Jean Louis Sanchez, délégué général de l’ODAS, l’observatoire national de l’action social décentralisée.

Je fais tout de suite amende honorable : je ne connaissais ni l’ODAS, ni son délégué général, dont le discours inarrêtable a finalement été interrompu par l’horaire de son départ en avion. La matière de ce discours était résumée dans une expression qui vient selon lui du Québec : « La France est riche de droits mais pauvre en liens » et son émouvant plaidoyer était pour qu’enfin nous trouvions le chemin de l’entraide, de la fraternité, de la solidarité, du regard vers l’autre, de la compassion et tant d’autres beaux mots dont notre pays est selon lui privé.

Alain Juppé a repris aussitôt à son compte l’expression québecoise stigmatisant cette France plus forte de droits que de liens sociaux et enfourché la même antienne. Nous allions de déploration en déploration quand soudain le Maire de Bordeaux s’est avisé qu’il parlait au milieu d’un parterre de militants associatifs qui venaient d’engloutir leur samedi, et bien d’autres jours de leur vie, dans l’action sociale.

Demi-tour toutes ! Le pays tout entier, non, mais notre ville est redevenue d’un coup le temple de la solidarité, de la compassion, du regard vers l’autre… Voir plus haut la liste complète de toutes ces nobles qualités. Conscient que quelques esprits mesquins apercevraient le changement brutal de discours, Juppé a glissé « qu’il assumait ses contradictions ».

Les autres orateurs sauf Pierre Saglio, étaient partis. L’heure continuait d’avancer et Juppé de débattre avec lui même avec l’assurance de n’être point contredit par d’autre que par lui .

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel