m

De même qu’on ne s’aperçoit que l’on a un estomac que le jour où il fait mal, le Maire de Bordeaux découvre l’importance de la contribution du Conseil Général de la Gironde le jour où elle vient à lui manquer.

Lui, si prompt à passer sous silence l’effort financier des partenaires de la Municipalité -souvent supérieur au sien-, jusqu’à « oublier » de les citer ou de simplement donner la parole à leurs représentants les jours d’inauguration, lance aujourd’hui un déchirant appel au Conseil Général.

Après le Grand Stade et la fête du vin où notre institution a refusé d’aller à hauteur des espoirs municipaux, ce sont d’après Alain Juppé six projets qui seraient abandonnés en rase campagne s’ils ne recevaient pas le chèque salvateur de Philippe Madrelle : deux maisons-relais, une plate-forme gérontologique, une résidence sociale, une maison des jeunes travailleurs..

De la même manière qu’après dix ans de mandat, Alain Juppé avouait découvrir qu’un quart des Bordelais vivent au dessous du seuil de pauvreté, il a aujourd’hui la révélation que, sans la contribution du Conseil général, il va au « désastre ».

Pour ne pas prolonger davantage ce chemin de Damas, je lui propose d’ inciter ses amis du gouvernement à s’acquitter des deux cent millions d’euros qu’ils doivent au Conseil Général .

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel