m

Vingt millions de contribution de l’Etat au lieu de 50 demandés par Alain Juppé pour un projet estimé à 200 millions d’euros, qui va payer le reste ?

Réponse : le privé, mais ce n’est jamais gratuit, et le contribuable bordelais.

En appelant à une plus large contribution les collectivités locales, le Maire de Bordeaux joue coup double à l’encontre des Bordelais, et d’ailleurs aussi des habitants de la CUB et des Girondins.

Les collectivités territoriales sont appelées à débourser 15 millions d’euros chacune (CUB, Conseil Général, Conseil Régional et ville de Bordeaux). Connaissant les difficultés où chacune des collectivités se débat, cela signifie une augmentation des impôts et une réduction des autres investissements.

Ces difficultés, on le sait, dues aux transferts de l’Etat qui ne compensent pas le poids des charges déléguées aux collectivités, ainsi que la diminution des recettes (par ex. la chute des droits de mutation) ne feront d’ailleurs que s’aggraver si la réforme territoriale vient à terme.

Alain Juppé demande 15 millions au Conseil Général qui est le premier à prendre de plein flanc cette diminution des recettes et des transferts. Si Philippe Madrelle, jusqu’alors très déterminé à ne pas s’engager dans le projet du Grand Stade, se rendait à la demande du Maire, cela se traduirait obligatoirement par un ou deux points de fiscalité supplémentaire et par une réduction des investissements lourds que nous tenions à honorer. Pour ma part, je préfère moderniser les collèges, sécuriser et élargir les routes départementales et les accès terrestres du port de Bordeaux, tenir nos engagements envers les âgés et les handicapés, soutenir l’insertion et l’emploi que construire un Grand Stade qui servira trois fois par an.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel