m

On ne dira jamais assez de bien des instruments les plus simples ayant traversé des décennies d’usage sans jamais manquer à faire et refaire leurs preuves.

L’un d’entre eux, modeste entre les modestes, a connu sans faillir les heures de gloire comme les heures de disette de notre Ecole publique. Toujours présent, fiable et de faible encombrement, construit le plus souvent d’un bois local n’ayant imposé ni long transport, ni émission dommageable de CO2, il est pratique, simple, durable. D’usages multiples, il en voit aujourd’hui s’ouvrir devant lui un nouveau que Jules non plus que Luc Ferry n’ont pas meme imaginé.

Cet instrument ne manque à aucun de nous et il en traine au fond des tiroirs de toutes les maisons honnêtes longtemps, longtemps, après que les enfants en ont quitté l’abri et le couvert. Il s’agit de notre bon, vieux et amical double décimètre.

j’en tiens un représentant, d’un modèle assez banal, toujours à proximité quand je fais la lecture de la presse en version papier, laquelle garde et de loin ma préférence, la presse dématérialisée ne permettant pas le modeste exercice, ne demandant ni effort particulier, ni connaissances avancées que je vais de ce pas vous recommander.

Une simple mesure en deux dimensions à l’aide de ce fidèle ami permet instantanément de connaître, de comparer, de peser mieux que par tout autre mode, les options éditoriales, les choix, les préférences, les aversions de nos journaux et magazines ; ce qui à l’approche des échéances électorales relève du devoir fondamental de vigilance des électeurs qui refusent d’être systématiquement pris pour des gogos.

J’ ai soumis ce matin à ce précieux auxiliaire du CSA, l’article consacré par Sud Ouest|https://www.sudouest.fr/2011/10/02/sarkozy-reste-leur-favori-515313-710.php|fr] au sondage qu’il a lui-même initié sur les préférences des Français à l’égard des candidats potentiels de la droite à l’élection présidentielle.

Nicolas Sarkozy, ce qui n’est que justice, y a la part majeure. Dans le titre, dans le texte comme dans le coeur -en tout cas certainement pas la raison- des personnes interrogées, avec un score abracabrantesque de 57% de partisans de l’ump désirant qu’il soit leur candidat. Pour autant, je ne m’autorise à aucune conclusion sur leur état cognitif : l’état de la science ne permet aucunement à cette époque d’écarter la possiblité d’un caractère épidémique de l’anosognosie.

Alain Juppé, habituellement peu oublié de notre cher et unique quotidien -ce qui m’amène bien souvent à troquer le double décimètre contre le mètre de couturière- s’y voit réduit, en toute fin d’article, à 13,5 cm2 soit 7 maigres lignes de 4,5 cm. Sur une surface totale de l’article de 1750 cm2.

Voilà pour « le meilleur d’entre eux », lequel s’est subtilement posé en recours lors de l’émission-fleuve de France2 supposée le placer sur orbite présidentielle, un maigre foncier qui a d’ordinaire coutume de l’irriter et de le précipiter sur son téléphone.

Sauf que…. Notre numéro 2 qui avouait complaisamment jeudi dernier « qu’il en rêvait » ne se taille deux jours plus tard qu’un score peu engageant de 8%des sympathisants umpistes et seulement 5%des Français__ favorables à le voir briguer la magistrature suprême.

M’est avis que si ces suffrages avaient été plus nombreux et plus favorables à notre édile, la page de couverture de SO dans son entier n’aurait pas suffi à les porter à la connaissance générale.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel