m

Ce soir, dans une manifestation (et pas la moindre : la rentrée du barreau de Bordeaux), un éminent orateur s’est adressé à Alain Juppé en l’appelant « M. le député-maire ».

Le problème n’est pas Juppé, mais cette espèce d’habitude lourdement ancrée dans nos traditions politiques (et un peu plus à Bordeaux qu’ailleurs) de cumuler les fonctions, en paraissant les additionner alors qu’on ne fait qu’en effacer l’une ou l’autre.

Un député ou un sénateur-maire est-il plus puissant qu’un député ou un sénateur tout court, ou bien qu’un maire tout court ? La réponse est simple: cela dépend de la taille de la ville. S’il s’agit d’une sympathique petite bourgade de nos campagnes, le député l’emporte haut la main et, pour ses quelques centaines d’administrés, il est celui qui a l’oreille de Paris et en effet, son audience est alors plus grande. S’il s’agit d’une de nos grandes métropoles, le maire est celui qu’on désigne au Parlement par sa ville. Rebsamen n’est pas connu parce qu’il est sénateur, mais parce qu’il est maire de Dijon. Collomb, parce qu’il est maire de Lyon. Leur « pouvoir », sur le terrain comme au national, ne tient pas à leur mandat de parlementaire, mais à ce que représente leur ville. Seul Jean-Marc Ayrault est également connu pour chacune de ses fonctions, parce qu’il est président du groupe SRC à l’Assemblée, groupe plutôt dynamique et audible nationalement, et qu’il est Maire de Nantes, ville également dynamique.

Ces fonctions, parlementaire et maire, fondamentalement, ne sont pas cumulables. Maire d’une grande ville est un emploi non seulement à plein temps mais à plein engagement du cerveau, à pleine présence sur le terrain. Député ou sénateur, ou on le fait bien, ou quelqu’un d’autre le fait. Sinon, on dévalorise l’importance du parlement.

On devine que je vais introduire la question du cumul des mandats. J’y viendrai dans un prochain billet que je veux réfléchi, posé, parfaitement honnête, comme l’est d’ailleurs cette introduction et, j’espère, tout ce que j’écris.

A celui-ci, je n’apporterai qu’une conclusion souriante. Jean Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel, était à deux chaises de moi quand cette belle apostrophe de « député-maire de Bordeaux » a été utilisée. Aimablement, il s’est tourné vers moi d’un air de dire « Vous avez encore du travail ! »

Ma réponse l’a fait sourire plus encore : – Eh oui, il me faudra bien trois mandats pour effacer ces mauvaises habitudes bordelaises ! »

Hugues Martin, qui était entre nous, a paru ne pas entendre.

Comments 2 comments

  1. 02/11/2016 at 15:32 Code de la route

    J’aime beaucoup votre site Web Madame !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel